Au Luxembourg

11 février 2021 08:00; Act: 11.02.2021 09:17 Print

Malgré le froid, de nombreux chantiers continuent

LUXEMBOURG - L'épisode de froid actuel a des conséquences sur la poursuite des chantiers. Des accords peuvent être trouvés au sein des entreprises concernées.

storybild

Les ouvriers doivent faire face à des températures glaciales. (photo: Editpress/Image d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que MeteoLux annonce des températures quasi sibériennes pour cette fin de semaine, de nombreux ouvriers devront continuer à travailler sur les chantiers à l'extérieur. «Au Luxembourg, la loi ne précise pas la température minimum - ou maximum - pour travailler, contrairement à d'autres pays, explique Hernani Gomes, secrétaire général du syndicat Bâtiment à l'OGBL. Ce sont les patrons qui prennent la décision, mais ils doivent veiller à ce que la santé et la sécurité de leurs employés soient assurées».

En cas de litige, un salarié peut s'adresser à la délégation du personnel ou, à défaut, à l'Inspection du travail et des mines (ITM), s'il estime que les températures extérieures sont trop basses pour continuer à travailler. Directeur de travaux chez Tralux, Jean-Claude Gabay indique qu'«une bonne moitié de nos ouvriers sont actuellement en "intempéries"», autrement dit que c'est la caisse ad hoc qui leur verse leur salaire.

«Une contrainte supplémentaire»

«Les sols sont gorgés d'eau et avec le gel, les travaux de bétonnage, de petit terrassement ou la pose de revêtements sont quasi impossibles, ajoute-t-il. «Nous faisons le point jour après jour et localement mais il est peu probable que nous puissions reprendre les chantiers cette semaine».

Chez Costantini, Christophe Dardenne, administrateur délégué dresse le même constat: «Globalement, plus de 50% de nos chantiers sont à l'arrêt. Seuls certains travaux à l'intérieur et de sous-traitance restent possibles. Cette année, le froid est sans doute encore un peu plus vif que d'habitude. C'est une contrainte supplémentaire, mais qui nous embête moins que la crise sanitaire...».

(pp/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Crystal le 11.02.2021 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    Vous pouvez dire ce que vous voulez mais ces mecs sont à respecter. Qui aurait envie d'être des heures dehors dans le froid, sous la pluie, dans l'humidité, sous la chaleur ? N'oubliez pas qui construit nos routes, nos bureaux, nos maisons et appartements, le tram et autre. Courage les gars.

  • luis le 11.02.2021 13:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je connais les chantier les mains qui reste colle dans les briques etc et le travail de mauvaise qualité en hiver dans le temps ont avait congé mais c,est fini courage a vous tous.

  • Alex le 11.02.2021 10:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et à l'époque ils faisaient comment les gens ?

Les derniers commentaires

  • joe le 14.02.2021 03:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réponse à 123 ton père avait raison mais je crois que toi tu fais partie des deux

  • bienfaisant le 13.02.2021 10:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J ai 36 ans de chantier et je peux vous dire que ce n est pas facile avec le temps mais en revanche il existe une bonne mentalité et encore une fraternité

  • luxo le 12.02.2021 10:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je propose que le ministre de l’éducation envoie tous ses enseignants remplacer les ouvriers sur les chantiers pendant ces 2 semaine de vacances. Cela leur permettra d’avoir une petite expérience du monde du travail et de se rendre compte de la pénibilité de certains métiers.

    • Tout est Dit le 12.02.2021 12:35 Report dénoncer ce commentaire

      @luxo je propose que vous vous devoiler sous votre vrai nom, histoire de savoir si vous auriez encore le courage decrire des sotises, mais je pense que non

  • joe le 12.02.2021 07:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La réponse est la suivante à Dark Ángel qu’on le fasse travailler dans le froid car lui de toute façon il ne fait rien parce que c’est un vrai branleur et après on discute

  • 123 le 11.02.2021 20:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Eh bien, mon père nous a toujours dit, si vous êtes paresseux, vous ne devez pas être stupide l'inverse si vous êtes stupide vous ne pouvez pas être paresseux