Violence au Luxembourg

20 juin 2017 12:31; Act: 20.06.2017 16:59 Print

La majorité des victimes ont plus de 35 ans

LUXEMBOURG - Les professionnels dans le domaine de la lutte contre la violence domestique au Grand-Duché ont présenté, mardi, le bilan de l'année 2016.

storybild

C'est à Luxembourg-Ville que la police est le plus intervenue l'an dernier (160 fois), puis à Esch-sur-Alzette (69 fois) et à Differdange (57 fois). (photo: DPA)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Au cours de l'année 2016, la police grand-ducale a procédé à 789 interventions pour violences domestiques (-1,62% par rapport à 2015) dont 256 (+5,78%) ont donné lieu à une expulsion, c'est à dire une mesure d'éloignement de 14 jours entre l'agresseur et sa victime. Dans son bilan annuel, le comité de coopération entre les professionnels dans le domaine de la lutte contre la violence a fait le point sur le type de violences et le profil des victimes et des agresseurs.

C'est à Luxembourg-Ville que la police est le plus intervenue l'an dernier (160 fois), puis à Esch-sur-Alzette (69 fois) et à Differdange (57 fois). Les trois plus grandes villes du pays concentrent ainsi plus d'un tiers des interventions pour violences. Des interventions beaucoup plus fréquentes le week-end (près de 40% le samedi et le dimanche). Les coups et blessures représentent le délit le plus fréquent (231 fois), loin devant les injures (69 fois) et les menaces de mort (53 fois).

146 victimes mineures

62% des victimes sont des femmes (un chiffre stable par rapport à 2015). Les 35-45 ans sont les plus touchés (28%), devant les plus de 45 ans (26,5%) et le 25-35 ans (21%). En 2016, 146 victimes étaient mineures, soit 12% du nombre total de victimes. 68% des agresseurs étaient des hommes et un tiers avaient entre 35 et 45 ans. 24 agresseurs étaient mineurs (2,25%).

Sur les 256 expulsions autorisées par les parquets de Luxembourg et de Diekirch, la quasi-totalité (plus de 80%) concernaient des violences entre partenaires, époux, concubins ou ex. À noter que les cas de violence d'un enfant sur un adulte sont en légère augmentation: 24 cas d'expulsion contre 15 en 2015, soit 10% du nombre d'expulsions.

Isabelle Schroeder, présidente du comité de coopération entre les professionnels dans le domaine de la lutte contre la violence:

(Marion Chevrier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Stadt le 20.06.2017 16:58 Report dénoncer ce commentaire

    35-45 ans, logique, c'est la période où on en a marre de son conjoint +/-

  • Nomade le 20.06.2017 18:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    reste aussi à vérifier combien d'hommes en sont vraiment victimes (plus courant que l'on croirait) mais qui ne font pas appel aux autorités à cause du sentiment de honte inhérent et le regard de la société sur les hommes victimes de violences (souvent tourné à la rigolade)

Les derniers commentaires

  • Nomade le 20.06.2017 18:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    reste aussi à vérifier combien d'hommes en sont vraiment victimes (plus courant que l'on croirait) mais qui ne font pas appel aux autorités à cause du sentiment de honte inhérent et le regard de la société sur les hommes victimes de violences (souvent tourné à la rigolade)

  • Stadt le 20.06.2017 16:58 Report dénoncer ce commentaire

    35-45 ans, logique, c'est la période où on en a marre de son conjoint +/-

    • Ouais le 20.06.2017 17:51 Report dénoncer ce commentaire

      La violence domestique n'implique pas seulement des conjoints! Il y a entre autres des mineurs!