Au Luxembourg

05 mars 2018 12:53; Act: 05.03.2018 18:45 Print

«Il faut encore diversifier l'offre des formations»

LUXEMBOURG - La Chambre des métiers et la Chambre des salariés présentaient, ce lundi matin, leur collaboration en matière de formation professionnelle.

storybild

Les deux Chambres veulent que la frontière entre formations générale et professionnelle devienne plus perméable. (photo: Editpress/Didier Sylvestre)

op Däitsch
Sur ce sujet

«L'artisanat au Luxembourg, c'est 7 250 entreprises et 84 500 personnes occupées. En terme de formation professionnelle, six qualifications dans 41 métiers sont aujourd'hui proposées», détaillaient ce lundi matin Tom Oberweis, président de la Chambre des métiers et Jean-Claude Reding, président de la Chambre des salariés.

Les deux Chambres ont une position commune sur les défis futurs de la formation professionnelle, dans un secteur qu'elles qualifient de dynamique. Elles souhaitent toutes deux que la frontière entre formations générale et professionnelle devienne plus perméable. «L'idée est qu'à terme, les jeunes en formation professionnelle puissent, par exemple, poursuivre leur études jusqu'au Master», explique Tom Oberweis. «Il faut encore diversifier l'offre des formations et permettre aux élèves une transition plus facile entre les qualifications. C'est un travail déjà bien en cours», ajoute Jean-Claude Reding.

Les deux Chambres plaident aussi pour un renforcement de l'orientation et aimeraient voir leur outil basic-check implanté au niveau national. Le basic-check lancé en 2016, permet aux élèves de 5e (anciennement 9e) de tester leurs compétences et de découvrir les métiers qui pourraient le mieux leur correspondre. «Les retours que nous avons eus durant la phase test ont été très bons, témoigne Claude Cardoso, conseiller de direction à la Chambre des salariés. Certains élèves ont été très surpris de leurs résultats et découvert des filières auxquelles ils n'avaient pas songé». Le basic-check sera proposé dans les lycées du 26 au 30 mars.

La réaction de Tom Oberweis, président de la Chambre des métiers.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ouvrier le 05.03.2018 22:32 Report dénoncer ce commentaire

    Au GDL les emplois manuels sont suffisamment bien payés, mais ce sont les fonctionnaires qui sont trop payés, par rapport à ceux qui risquent la vie et la santé au travail.

  • Veritas in Vinasse le 05.03.2018 22:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu d’avoir des choses permanentes à la tu, ils devraient passer des clips sur la vrai vie quotidienne de professionnels de tout horizontalité au moins ça leur donnerait une idée

  • Big Obelix le 05.03.2018 15:08 Report dénoncer ce commentaire

    Tant que les salaires pour des travaux parfois dûrs et insalubres ne deviennent pas compétitifs face aux salaires des emplois de bureau, la motivation pour l'artisanat restera très faible.

Les derniers commentaires

  • Ouvrier le 05.03.2018 22:32 Report dénoncer ce commentaire

    Au GDL les emplois manuels sont suffisamment bien payés, mais ce sont les fonctionnaires qui sont trop payés, par rapport à ceux qui risquent la vie et la santé au travail.

  • Veritas in Vinasse le 05.03.2018 22:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu d’avoir des choses permanentes à la tu, ils devraient passer des clips sur la vrai vie quotidienne de professionnels de tout horizontalité au moins ça leur donnerait une idée

  • Baron Rouge le 05.03.2018 18:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Travailler permet de vivre ! faire travailler les autres t’enrichira ! Amen ...

  • luxo le 05.03.2018 17:39 Report dénoncer ce commentaire

    Il serait utile de mieux former tous les enseigants. Avant de se tenir devant des éleèves ils devraient tous faire un stage dans différentes entreprises pendant une année afin de connaitre réelement le monde du travail. Comment valoriser les métiers manuel quand on n'a jamais travaillé sur un chantier, dans une usine, chez un artisant ou une société de nettoyage.

  • Big Obelix le 05.03.2018 15:08 Report dénoncer ce commentaire

    Tant que les salaires pour des travaux parfois dûrs et insalubres ne deviennent pas compétitifs face aux salaires des emplois de bureau, la motivation pour l'artisanat restera très faible.

    • Alainmg° le 05.03.2018 16:43 Report dénoncer ce commentaire

      Les salaires des ouvriers ont toujours été mal payées depuis longtemps et c' est pour cela que l' on ne trouve de jeunes artisans. J' étais tôlier qui refaisait les anciennes carrosseries de voitures à la main à partir d' une tôle plate. Essayer de trouver un jeune tôlier aujourd'hui et une personne qui le forme. Au prix d' une ancienne voiture valant beaucoup d' argent le tôlier sera toujours sous payés.

    • @ Big Obelix le 05.03.2018 17:01 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez raison, il y a des différences exagérées sur les salaires. Pour ma part, je ne me lève plus pour gagner une misère et être exploité sans respect.