Au Luxembourg

29 mars 2017 09:58; Act: 29.03.2017 13:17 Print

Les expatriés britanniques sont déçus et inquiets

LUXEMBOURG - Un groupe réunissant un millier d'expatriés britanniques au Grand-Duché s'inquiète des conséquences qu'aura le Brexit sur leur quotidien.

storybild

Les membres de BRILL ont offert aux passants des tasses de thé, samedi, à Luxembourg-Ville, pour aborder la question du Brexit avec le grand public. (photo: BRILL)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«Tristesse et déception». Les membres de BRILL (British immigrants living in Luxembourg) ne cachent pas leur préoccupation après la signature, lundi soir, de la lettre d'activation du Brexit. Pour ce groupe, qui réunit un peu plus d'un millier de Britanniques vivant au Luxembourg, «le Royaume-Uni fait une erreur énorme en quittant l'Union européenne». «Il s’agit d’un jour qu’aucun des membres ne voulait voir arriver», poursuivent ces expatriés qui vivent pour la plupart depuis de nombreuses années au Grand-Duché.

«Beaucoup de Britanniques n’ont pas pu voter pour cette décision de quitter l’Union européenne. Plus de 50% des membres de BRILL vivent en dehors du Royaume-Uni depuis plus de 15 ans et n'y jouissent donc plus du droit de vote», déplorent-ils. À travers l'UE, les Britanniques s'inquiètent de l'impact que l'accord aura sur leur vie. Certains craignent de perdre l'accès à la gratuité des soins de santé, ou encore aux régimes de pension appliqués dans l'UE. Au Grand-Duché, les citoyens britanniques redoutent surtout les conséquences que pourrait avoir le Brexit sur leurs droits de résidence, sur la reconnaissance de leurs qualifications ou encore sur l'emploi.

«Si les négociations se passent mal avec l'UE, nous craignons de ne pas garder tous nos droits en matière de travail», explique pour le BRILL Fiona Godfrey, contactée par L'essentiel. Selon un sondage, 90% des membres de BRILL veulent continuer à vivre au Luxembourg après le Brexit. 70% d'entre eux comptent par ailleurs demander la nationalité luxembourgeoise dans les deux prochaines années. Au total, 1,2 million de Britanniques vivent dans des pays de l'UE.

(jd /L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Camembert le 29.03.2017 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    A un moment il faut choisir, français émigré au Luxembourg, j'y vis depuis trois ans. J'ai choisi d'accepter d'être invisible aux yeux des natifs, de subir remarques et mépris. Tout le monde surjoue le côté "ouais c'est génial !!" mais off les voix sont différentes, on parle du fameux mur, non pas de la langue mais entre eux et les autres. Perso, j'adore le cadre de vie, la beauté du paysage, les expos. Alors arrêtons de pleurnicher et vivons notre vie comme elle vient dans un beau pays.

  • LiNh le 29.03.2017 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    L'inquiétude n'est pas seulement du coté des expatriés anglais mais également du côté des expatriés européens vivant en UK

  • Antonis le 29.03.2017 11:50 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense que le premier problème à résoudre est de l'assurance des pensionnés qui ont déplacé leur domicile du UK au Lux. Tous les autres problèmes sont plus faciles.

Les derniers commentaires

  • Hofcat le 30.03.2017 09:50 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a avait déjà des relations UK vs autres pays avant l'EU. Certains droits ne sont pas liés à la nationalité. Un citoyen hors EU (Suisse, USA, Russie etc.) qui travaille au Luxbg a droit à la couverture santé et à sa pension. Ca ne va pas changer. Ce qui va changer c'est l'arrivée de nouveaux Britaniques : ce ne sera peut-être plus aussi facile qu'avant. Ceux qui sont déjà résidents, je vois mal le Luxembourg décider de les expulser. Après ça peut dépendre d'un pays à l'autre. La Pologne pourrait "copier" UK : si vous expulsez les Polonais, nous expulsons les Britaniques.

  • Malcolm le 29.03.2017 18:00 Report dénoncer ce commentaire

    Brexit : quel va être le statut d'un Franco-Britannique par exemple ? Aura t-il un pied là et l'autre là ? un demi-européen en quelque sorte ?

    • AhBon le 30.03.2017 10:10 Report dénoncer ce commentaire

      Bin il aura le même statut qu'un Français-Américain?

  • Marginal le 29.03.2017 15:22 Report dénoncer ce commentaire

    je réitère mon message, saviez-vous qu'il y avait une vie avant l'euro ? et on se portait à merveille

    • @Marginal : Ah oui ?! le 29.03.2017 16:09 Report dénoncer ce commentaire

      Cela fait depuis 1951 que le Luxembourg, La France et quelques autres sont entrés dans l'Union Européenne. Et donc, vous avez souvenir qu'avant 1951, on se portait à merveille ?! Laissez-moi en douter ...

    • Marginal le 29.03.2017 17:02 Report dénoncer ce commentaire

      je disais avant l'euro, rectification de vos dire:le Traité de Rome n’a été signé quant à lui que le 25 mars 1957 et les institutions communautaires ne se sont mises en place que très progressivement ensuite. Ce simple rappel des dates a une conséquence logique immédiate : si la paix a prévalu entre 1945 et, disons, le début des années 1960, il est tout simplement impossible d’en attribuer le bénéfice à quelque chose qui n’existait pas.

    • Sandra le 29.03.2017 17:46 Report dénoncer ce commentaire

      Nous étions même très heureux, sans peur du lendemain! Tout a changé avec la fin des frontières et l'arrivée de cette maudite monnaie, je me rappelle pourtant qu'en France le non l'avait emporté...

    • @Marginal: le 29.03.2017 17:58 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, la paix a prévalu entre 1945 et 1960 (= 15 ans). Mais je constate aussi qu'elle a prévalu entre 1918 et 1939 (= 21 ans). Je ne pense pas que votre argumentation soit très convaincante.

    • Ambassade de TontonBeberie le 29.03.2017 17:59 Report dénoncer ce commentaire

      Et encore ce n'est même pas le traité de Maastricht ou l'Euro qu sont responsables de l'échec de l'union européenne ce sont les élargissements déraisonnables et surtout le traité de Lisbonne qui est une véritable catastrophe. Si cette union pouvait au moins reconnaître que depuis une dizaine d'années elle est partie dans la mauvaise direction, elle aurait peut être encore une chance de revenir en arrière et se remettre sur les rails.

    • Marginal le 29.03.2017 18:23 Report dénoncer ce commentaire

      La paix a prédominé de 1945 et 1960 ? je dirai de 1945 à nos jours- et puis ,avant 1951, mes parents vivaient heureux comme ils m'ont dit, demandez à vos parents (s'ils sont nés dans les années 40) ils confirmeront mes dires

    • Echec? le 30.03.2017 08:50 Report dénoncer ce commentaire

      Qu'est-ce qui permet de dire que l'UE est un échec ? Ah oui, c'est à la mode. Pour info, la CECA date bien de 1951. Et dire que tout le monde était plus heureux avant 1950 relève du pur fantasme.

  • lulu le 29.03.2017 15:06 Report dénoncer ce commentaire

    Pour ma part il faut trancher dans le vif comme cela a été fait en Angleterre. Pas de sentimentalisme. retour au pays d'origine si on perd son travail au Luxembourg. On ne va pas cautionner la perte d'emploi en plus. Merci à ce grand pays.

  • Habitant cosmopolite le 29.03.2017 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Je connais une quarantaine de British ici et ils ont tous pris la nationalité luxembourgeoise. Donc pas besoin d'être inquiéts mes amis.

    • Clara Breddy le 29.03.2017 15:13 Report dénoncer ce commentaire

      Les citoyens britanniques qui ont voté en faveur du Brexit, représentent une petite majorité de la population. La campagne référendaire a été extrêmement mensongère et cela a été reconnu officiellement. Des sondages effectués récemment montrent que un nombre important de citoyens britanniques ne voteraient plus en faveur du Brexit, car ils ont enfin compris les conséquences! Enfin, selon la législation britannique, le référendum est exclusivement CONSULTATIF, et c'est le Parlement qui décide.

    • Ambassade de TontonBeberie le 29.03.2017 18:16 Report dénoncer ce commentaire

      @Clara, c'est faux. Informez vous un peu. Depuis le referendum sur le brexit, 22 sondages ont été réalisés en reposant la question du brexit, et sur les 22, 1 seul va dans le sens de ce que vous affirmez (fin novembre), 2 ne se prononcent pas, et 19 confirment nettement le résultat du referendum. On a certes dit que les sondages s'étaient déjà lourdement trompés sur le Brexit, ce n'est pas tout à fait exact non plus.