Rencontre à Luxembourg

24 octobre 2016 15:30; Act: 25.10.2016 10:33 Print

Brexit: le Luxembourg fait valoir ses atouts

LUXEMBOURG - Le négociateur en chef du Brexit pour la Commission européenne, Michel Barnier, a rencontré Xavier Bettel, lundi, à Luxembourg.

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

L'ancien commissaire européen au Marché intérieur et aux Services financiers a rencontré lundi matin le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, dans le cadre de sa tournée des capitales européennes. «Le Luxembourg est intéressé à cette négociation pour beaucoup de raisons et notamment, mais pas seulement, sa place financière», a déclaré Michel Barnier aux journalistes, à son arrivée, au bureau de Xavier Bettel.

En effet, le Grand-Duché est bien décidé à ne pas laisser passer les opportunités, pour son importante place financière, d'un départ du Royaume-Uni de l'UE. De fait, le secteur bancaire luxembourgeois se prépare déjà à l'arrivée de nouvelles banques, notamment celles d'origine non communautaire en provenance de Londres, en visant en particulier les institutions américaines, australiennes, canadiennes, suisses ou turques.

Pas de vraies négociations avant mars 2017

Michel Barnier a souligné la «position névralgique» du Luxembourg, pays fondateur de l'UE, mais aussi, souvent, sur le trajet des représentants de la Commission européenne entre Bruxelles et le Parlement européen à Strasbourg. Le négociateur européen se rendra d'ailleurs mardi à Strasbourg pour rencontrer «des députés européens clés qui ont une responsabilité» avant de se rendre en Croatie.

Très discret depuis son entrée en fonction le 1er octobre, le Français a réaffirmé qu'il ne s'exprimerait «pas avant la fin» de ses consultations avec les 27. Les négociations en tant que telles ne commenceront que quand le gouvernement britannique aura activé l'article 50 du traité de Lisbonne - la clause de divorce -, d'ici à la fin mars 2017, selon la Première ministre britannique, Theresa May.

Les conditions de l'accès du Royaume-Uni au marché unique et la liberté de circulation des ressortissants européens constituent les principaux enjeux des discussions.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Consulting le 25.10.2016 11:59 Report dénoncer ce commentaire

    UK prévoit de rabaisser l'impôt sur les sociétés à 10% (contre 12% en Irlande et 30% au Lux). Arrêtez de rêver... il y a plus de sociétés présentes au Lux qui délocalisent ou ferment un service que de sociétés qui arrivent ! Mais... c'est mieux de ne pas trop en parler

  • Hofcat le 25.10.2016 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    Mesdames, messieurs bienvenue au Luxembourg. Juste une petite formalité : il faut parler luxembourgeois. Espérons que beaucoup d'anglais aient pris luxembourgeois deuxième langue à l'école.

  • benji le 24.10.2016 19:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il fait valoir sa langue luxembourgeoise ? Ah ben non pas pour la finance .

Les derniers commentaires

  • Consulting le 25.10.2016 11:59 Report dénoncer ce commentaire

    UK prévoit de rabaisser l'impôt sur les sociétés à 10% (contre 12% en Irlande et 30% au Lux). Arrêtez de rêver... il y a plus de sociétés présentes au Lux qui délocalisent ou ferment un service que de sociétés qui arrivent ! Mais... c'est mieux de ne pas trop en parler

    • un avis le 28.10.2016 15:57 Report dénoncer ce commentaire

      Le pire est qu'en plus des pays comme l'Irelande viennent démarcher nos entreprises au Luxembourg pour leur proposer des solutions clés en main pour se délocaliser en Irelande ... Pendant ce temps, nos politiciens n'ont pas été foutus de mettre en place une action coup de poing pour aller démarcher les entreprises suisses pour qu'elles viennent s'installer chez nous quand le franc suisse s'est désaligné de l'euro ... Maintenant, les suisses ont mis en place les plans de délocalisations mais aucun chez nous alors que nous avions tout ce qu'il faut et en plus en zone euro !!!

  • Hofcat le 25.10.2016 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    Mesdames, messieurs bienvenue au Luxembourg. Juste une petite formalité : il faut parler luxembourgeois. Espérons que beaucoup d'anglais aient pris luxembourgeois deuxième langue à l'école.

  • aigorleo le 25.10.2016 09:11 Report dénoncer ce commentaire

    Les atouts comme les pétitions nationalistes qui collectent un nombre jamais vu de signatures, une langue non officielle de l'EU obligatoire même dans les écoles privées... Le Luxembourg aurait réellement une chance de récupérer un pourcentage des potentiels effets du Brexit, mais pas en se refermant sur soi-même...

  • Jeanphil le 25.10.2016 08:02 Report dénoncer ce commentaire

    Frankfort est en meilleur position que Luxembourg pour succéder comme place financière après le Brexit. Avoir J.C. Juncker à la tête de la CE n'est pas un avantage ici. Si Luxembourg devait devenir la place fiancière on (les autres pays) crirait encore au scandale de favoritisme.

  • dieux le 25.10.2016 06:54 Report dénoncer ce commentaire

    Aurevoir et adieu le brexit,il ne manquera pas:)