Au Luxembourg

20 novembre 2017 12:00; Act: 20.11.2017 13:45 Print

L'ORK s'inquiète pour les enfants réfugiés

LUXEMBOURG - Dans son rapport annuel publié lundi, le comité luxembourgeois pour les droits de l'enfant dit être souvent sollicité par des parents et enfants d'origine étrangère.

storybild

L'ORK s'inquiète notamment pour les enfants réfugiés qui arrivent au Luxembourg après un périple souvent difficile. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

«Déménager à l'étranger est un défi important pour tous les enfants», s'inquiète l’Ombuds Comité fir d’Rechter vum Kand (ORK, comité luxembourgeois pour les droits de l'enfant) dans son rapport annuel publié ce lundi. Si le problème concerne aussi bien les expatriés que les migrants, l'ORK se penche surtout sur les enfants de réfugiés. «Pour les enfants de familles demandeuses de protection internationale, s'ajoute, outre les traumas qu'ils ont vécu, la grande difficulté que leurs conditions de vie restent marquées par une extrême précarité économique et une incertitude quant à leurs perspectives d'avenir».

En outre, l'ORK «constate et regrette que les conditions de logement dans les foyers sont souvent marquées par un certain degré de délabrement des bâtiments et par des conditions de promiscuité problématiques». D'autant qu'au fil des relogements, les enfants doivent parfois changer d'écoles et perdent leurs repères, leurs nouveaux copains de classe. Or, ces enfants «peuvent être spécialement vulnérables».

Mutilations génitales et exploitation

Par ailleurs, «les chapitres sur la protection des enfants contre l'exploitation, par la prostitution et la vente d'enfants, la protection contre les mutilations génitales des filles et contre les mariages de mineurs témoigne que, du fait de la mobilité des personnes et des mouvements migratoires, ces thématiques se retrouvent désormais dans nos sociétés et qu'il est important de former les professionnels qui travaillent avec les populations à risque et de développer les instruments de prévention», souligne l'ORK.

Le comité demande ainsi au Luxembourg d'adopter rapidement le projet de loi qui doit mettre en place un système juridique de protection pour les femmes et filles victimes et de mettre en place une législation claire sur les mariages forcés et mutilations génétiques.

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • NDR Lux le 20.11.2017 20:40 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis scandalisé d'apprendre qu'il faille encore légiférer dans ce pays, simplement pour protéger des gamines de la barbarie et de la bêtise humaine fondues dans des traditions d'un autre âge. Pour un pays qui se veut être un bon élève de l'U.E., c'est normal ? Pour le reste, le luxembourg doit assumer les responsabilités et les conséquences de ses engagements au sein de l'U.E., particulièrement à l'égard des enfants (demandeurs d'asile ou résidents).

  • claude le 20.11.2017 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si les dirigeants voulez se réveiller '''se qu il vas arriver est super grave car l invasion vat mettre les nationaux dans la catastrophe garantie dans peux de temps '''he oui !!!!!!!

  • petitevoix le 21.11.2017 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sera très dure pour les enfants car ils vont grandir dans le sentiment de souffrance que leurs parents vont le transmettre On espérant que les organisations proposent un plan d aide accord a chaque individu ou situation

Les derniers commentaires

  • petitevoix le 21.11.2017 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sera très dure pour les enfants car ils vont grandir dans le sentiment de souffrance que leurs parents vont le transmettre On espérant que les organisations proposent un plan d aide accord a chaque individu ou situation

  • NDR Lux le 20.11.2017 20:40 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis scandalisé d'apprendre qu'il faille encore légiférer dans ce pays, simplement pour protéger des gamines de la barbarie et de la bêtise humaine fondues dans des traditions d'un autre âge. Pour un pays qui se veut être un bon élève de l'U.E., c'est normal ? Pour le reste, le luxembourg doit assumer les responsabilités et les conséquences de ses engagements au sein de l'U.E., particulièrement à l'égard des enfants (demandeurs d'asile ou résidents).

  • claude le 20.11.2017 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si les dirigeants voulez se réveiller '''se qu il vas arriver est super grave car l invasion vat mettre les nationaux dans la catastrophe garantie dans peux de temps '''he oui !!!!!!!

  • equal le 20.11.2017 15:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon, nous avons beaucoup ? Content pour vous alors. On travaille à 2 avec un enfant et on a même pas de quoi partir 1 fois en vacances.. Ne généralisez pas votre cas.

    • Une femme le 20.11.2017 17:24 Report dénoncer ce commentaire

      Oui mais eux n'ont pas de toit sur la tête ni de quoi manger.... leurs problèmes et les nôtres sont quand même très différents, dans notre cas il n'y a pas mort d'homme

    • Danièle le 20.11.2017 17:55 Report dénoncer ce commentaire

      Equal, je pense que malgré nos problèmes (de certains) pour s'en sortir, on a quand même plus que ceux là. Et surtout on n'a pas eu ce grand chamboulement de vie et déchirement en quittant tout. Les enfants doivent être protégés avant tout.

  • Opinion le 20.11.2017 14:59 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut regarder les problèmes en face qui se présentent sans les dramatiser et trouver des solutions. Pour ceux qui ont vocation de rester, il faut mettre en place un cadre pour leur permettre de participer rapidement à la vie culturelle et économique du pays. Les autres ont besoin de certitude, ce n'est pas humain de garder des gens pendant des années dans une situation "en voie d'explusion", les pays d'origine des migrants économiques doivent prendre leur responsabilité et les reprendre.