Citoyens britanniques

27 septembre 2017 09:51; Act: 27.09.2017 09:51 Print

Devenir Luxembourgeois pour défier le Brexit

LUXEMBOURG - Le nombre de demandes de naturalisation de citoyens britanniques a explosé, passant de 56 en 2015 à 192 en 2016. Et déjà 240 entre janvier et juillet 2017.

storybild

Depuis le début d'année, 240 citoyens Britanniques ont fait une demande de nationalité luxembourgeoise, dont 50 pour le seul mois de juillet dernier. (photo: L'essentiel)

op Däitsch
Sur ce sujet

Les craintes d'une partie de la population britannique vis-à-vis du Brexit ne sont pas évacuées, loin de là. Et cela se matérialise au Luxembourg aussi. Depuis un peu plus d'un an, les demandes d'obtention de la nationalité luxembourgeoise affluent dans les services du ministère de la Justice. En 2015, 56 dossiers avaient été déposés contre 192 en 2016. Et c'est encore plus vrai en 2017 puisque 240 demandes de citoyens issus du Royaume-Uni sont déjà parvenues sur les sept premiers mois, dont 50 pour le seul mois de juillet dernier.

«Il semble que le nombre de demandes a augmenté récemment», se contente d'avancer l'ambassade britannique au Grand-Duché, sans autre commentaire. Au-delà des dossiers déposés, le nombre de naturalisations validées a évidemment explosé lui aussi depuis le référendum de juin 2016, qui a acté la sortie du Royaume-Uni de l'UE: 37 en 2013, 75 en 2015, 128 en 2016 et déjà 135 en 2017. «Les demandes en question sont traitées ni plus vite, ni plus lentement», précise le ministère de la Justice. En l'occurrence huit mois de délai et les mêmes critères de résidence et de langue.

L'avenir en question

C'est d'ailleurs ce qui a conduit Donna à accélérer son apprentissage du luxembourgeois. Cette Britannique qui vit au Luxembourg depuis douze ans, mère au foyer de trois enfants «nés et scolarisés» dans le pays, qui souhaite reprendre un travail dans quelques mois, craint pour son avenir professionnel au Grand-Duché si elle n'est plus, à terme, citoyenne de l'Union européenne. «Devenir luxembourgeoise, c'est d'abord une marque de respect pour mon pays d'accueil, dont je suis fier. Mais c'est aussi pour me préserver vis à vis du Brexit», confie-t-elle à L'essentiel. Elle espère que sa naturalisation sera effective en 2018.

L'exemple de Donna n'est pas un cas isolé et le sujet de la nationalité, de l'aveu même de la communauté britannique au Luxembourg, tient le haut du pavé sur les réseaux sociaux.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.