Au Luxembourg

08 février 2019 09:00; Act: 07.02.2019 19:55 Print

Le surendettement, un fléau qui reste méconnu

LUXEMBOURG - En 2018, 507 ménages surendettés ont demandé de l’aide. Pour les associations, ce n’est que la partie visible de l’iceberg.

storybild

L'ASBL Inter-Actions (photo) et la Ligue médico-sociale gèrent les dossiers de surendettement.

Sur ce sujet
Une faute?

«On a trop souvent tendance à penser que ceux qui ont des dettes ne savent pas gérer leur budget. Le surendettement reste tabou», déplore Christiane Steffen, d’Inter-Actions. En 2018, le service de conseil en matière de surendettement d’Inter-Actions, qui s’occupe du sud et du centre du pays, a enregistré 296 nouvelles demandes d’aide et celui de la Ligue médico-sociale, qui s’occupe du nord et du centre, 211.

Certaines situations se règlent à l’amiable. D’autres doivent être traitées dans le cadre de la loi sur le surendettement et peuvent aller jusqu’à un redressement personnel. Les chiffres de 2018 sont identiques aux autres années, mais pour les associations, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. «La Justice fait état de 10 000 saisies sur salaire prononcées par an, à côté nos 211 dossiers, c’est une goutte d’eau, note Christian Schumacher, de la Ligue médico-sociale. Beaucoup ont honte d’avouer qu’ils ont des dettes». «Ils viennent nous voir quand ils ont déjà tout tenté. D’autres n’arrivent jamais jusqu’à nous», confirme Christiane Steffen.

Le surendettement est souvent lié à un aléa de la vie (accident, divorce, perte d’emploi…), mais certains profils sont plus exposés: «Les bas salaires, les locataires…, note Christian Schumacher. Les loyers sont élevés, la vie chère, les crédits cachés faciles à contracter. Sans épargne, avec une machine à laver cassée, vous prenez un crédit pour la remplacer et cela s’accumule», illustre-t-il.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sylvie le 08.02.2019 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    On ne peut pas toujours rendre "les autres" responsable. Certains vivent aussi au dessus de leurs moyens financiers et dépensent plus qu'ils gagnent.

  • Ouvrir les yeux le 08.02.2019 10:43 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis en situation difficile après deux drames de la vie. J'ai réagi à temps, en vendant tout ce qui n'était pas essentiel et en supprimant de nombreux abonnements. J'ai complètement changé ma façon de vivre et je suis heureux. Je ne regrette pas d'avoir été capable de réagir à temps, mais j'avoue que cela a été douloureux.

  • arrive le 08.02.2019 12:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    René : tes enfants vont galérer car ton temps n est plus le leur . Les temps actuelles sont très difficiles tes enfants auront besoin de toi

Les derniers commentaires

  • le psy le 12.02.2019 16:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À le normal...regardes autour de toi !!!

  • logique le 10.02.2019 19:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Savoir : donc si ils héritent d un voisin ou conjoint une somme et héritent de la dette rmg mais pas de bien ni d argent de leurs parents .. devront les enfants alors rembourser l emprunt rmg de leurs parents ? même si ils n y sont pour rien m ont rien signer rien demandé ?

  • rené le 10.02.2019 12:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrivé: A notre époque les taux d’intérêt étaient à 5 7 8 10 et même 18 % contre aujourd’hui 1 à 2% pour le logement on voit que vous n’avez pas connu cette époque !

  • bref le 09.02.2019 19:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Savoir : ils n héritent pas de bien ou d argent de leur parents car leur parents n ont rien mais héritent de la leur dette rmg et peuvent aussi un jour hériter d un voisin ou conjoint ...

  • bref le 09.02.2019 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il. Faut faire très attention avant d accepter le rmg car les gens ne comprennent pas forcément malheureusement que c est une dette et se retrouve dans une dette très lourde !