Forum économique mondial

02 novembre 2017 11:24; Act: 02.11.2017 17:17 Print

Les inégalités se creusent, au Luxembourg aussi

LUXEMBOURG - Les inégalités entre hommes et femmes se sont creusées en 2017, une première après 10 ans de progrès constants, selon le Forum économique mondial.

storybild

C'est la première fois en 10 ans que la tendance s'inverse. (photo: DR)

op Däitsch
Sur ce sujet

Le rapport annuel 2017 du Forum économique mondial (WEF) – qui analyse, dans 144 pays, les inégalités entre les sexes dans le monde du travail, mais aussi dans les domaines de l'éducation, de la santé et de la politique - indique qu'au rythme actuel, les inégalités entre les hommes et les femmes au travail ne disparaîtront pas avant 2234, alors que l'an dernier, elle avançait un horizon de 170 ans pour atteindre cet objectif.

Pour la 4e année consécutive, le fossé entre les genres dans le domaine de l'emploi s'est en effet creusé, rejoignant le niveau de 2008, note le rapport. Globalement, l'année 2017 «marque un coup d'arrêt après une décennie de progrès lents mais constants en termes d'amélioration de l'égalité des sexes, puisque l'écart entre les genres à l'échelle du monde s'est creusé pour la première fois depuis la publication du premier rapport en 2006», souligne le WEF. Au rythme actuel, il faudra encore un siècle pour combler l'écart global entre les hommes et les femmes à l'échelle de la planète, contre 83 ans l'année dernière.

Le Luxembourg recule

34e au classement en 2016, le Luxembourg pointe désormais au 59e rang en 2017, soit encore plus loin qu’en 2006 (56e). Parce que de nombreux pays ont fait de gros efforts mais également parce que les inégalités hommes-femmes se creusent dans de nombreux secteurs. Si le Luxembourg fait partie des meilleurs élèves en matière de parité dans le domaine de l’éducation (1er ex-æquo), la situation a stagné voire s’est dégradée dans des domaines comme l’économie et la politique.

Ainsi, trop peu de femmes sont dirigeantes ou managers: 17,7% de femmes contre 82,3% d’hommes, note le WEF. De même, il existe une différence de revenus: le WEF estime que le revenu annuel moyen en parité de pouvoir d’achat est de 70 000 euros pour les femmes quand il est de 111 500 euros pour les hommes, soit une différence de plus de 60%. L’autre point noir se situe dans la sphère politique: aucune femme n’a encore jamais été à la tête de l’État, seules quatre femmes font partie du gouvernement (22%) et 17 siègent à la Chambre des députés (28%).

Disparités criantes en politique

«En 2017, nous ne devrions pas voir la tendance à l'amélioration de la parité se retourner», a déploré l'un des auteurs du rapport, Saadia Zahidi. Derrière ce recul se cache un creusement de l'écart entre les hommes et les femmes dans les quatre piliers étudiés par les experts.

«Les domaines où les disparités entre les genres demeurent les plus difficiles à surmonter sont l'économie et la santé», tandis que «le fossé politique est celui où les disparités entre les sexes sont les plus criantes et il pourrait mettre 99 ans à se résorber», pointe le WEF. Compte tenu des tendances actuelles, l'écart entre les genres dans le domaine de l'éducation pourrait, lui, être comblé d'ici 13 ans.

(MC/L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 02.11.2017 12:25 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne suis pas surpris d'apprendre que les inégalités se creuses au Luxembourg. Et pas seulement entre les hommes et les femmes. Le Pays se fracture en deux, entre les travailleurs étrangers et les fonctionnaires Luxembourgeois, entre les propriétaires et les locataires. Entre ceux qui parlent le luxembourgeois et ceux qui ne maitrise pas notre langue. Entre les enfants de familles modestes et ceux de familles privilégiées. La France est première dans ce classement et nous un pays bien plus riche nous reculons en 56 ème position.

  • RH IT le 02.11.2017 12:34 Report dénoncer ce commentaire

    Les inégalités se voient surtout dans les secteur de l'informatique, les femmes ont des salaires beaucoup plus bas que ceux des hommes hors le travail est le même....

  • Papa le 02.11.2017 12:43 Report dénoncer ce commentaire

    Et les inegalites entre un papa et une maman celibataire avec une garde partagee, on en parle un peu ou pas?

Les derniers commentaires

  • Nelio le 04.11.2017 08:14 Report dénoncer ce commentaire

    C’est vrai, il y a aussi d’énormes différences dans le secteur du bâtiment, dans la sidérurgie et dans les métiers artisanaux en général. Très peu de femmes y travaillent. Par contre elle sont largement surreprésentées dans l’éducation et les métiers sociaux. Ne faudrait-il pas avoir de quotas pour remédier à ces déséquilibres?

  • Ossi le 03.11.2017 11:09 Report dénoncer ce commentaire

    Ce matin on en a parlé sur France-Info. Leurs chiffres diffèrent quand même nettement de ceux de Luxo. Ils ont dit qu'en France les femmes gagnent 16% de moins que les hommes!

  • Le justicier. le 03.11.2017 08:15 Report dénoncer ce commentaire

    A part le physique, il n'y a pas de différence entre un homme et une femme.

  • Lulu le 03.11.2017 04:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais que veulent les femmes encore ? Elles n'ont jamais été autant émancipées et gâtées comme maintenant ! Surtout ici en Europe. Allez dans les pays arabes, Inde, Chine ou Afrique et vous verrez comment les femmes sont traitées là-bas.

    • soso88 le 03.11.2017 09:22 Report dénoncer ce commentaire

      Et comment on les traite là-bas?

  • NDR Lux le 03.11.2017 02:45 Report dénoncer ce commentaire

    De quoi les femmes se plaignent ? Elles peuvent voter, choisir leur époux, travailler, conduire une voiture, ouvrir un compte bancaire sans l'accord de leur conjoint, aller faire des achats sans être accompagnées, partir en vacances seules si elles le souhaitent, avec ou sans vêtements dans les endroits prévus à cet effet, prendre un verre librement avec un inconnu, et plus si affinités, et tout cela sans subir le jugement de la société, le crime d'honneur, voire la lapidation. Cela s'appelle démocratie, bien entendu perfectible, mais si rare dans ce monde . Soyons sur nos gardes !