Éducation au Luxembourg

26 septembre 2017 08:00; Act: 26.09.2017 15:01 Print

Le chèque-​​service accueil a du mal à s'exporter

LUXEMBOURG - Quatre demandes d'agrément pour les chèques-services accueil ont été effectuées par des structures étrangères. Toutes ont été refusées!

storybild

Aucune demande d'agrément n'est parvenue depuis la France.

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Effective depuis le 1er septembre 2016, la réforme du chèque-service accueil qui permet d'aider les parents à financer la garde d'enfants de 0 à 13 ans, est marquée par l'ouverture du dispositif aux frontaliers. Ces derniers peuvent s'en servir dans les structures luxembourgeoises, mais aussi dans les lieux d'accueil (crèche, foyers de jour...) des pays voisins.

Encore faut-il que ces structures répondent à un cahier des charges strict, (personnel encadrant parlant le français et le luxembourgeois, mise en œuvre d'un programme d'éducation plurilingue...). Un peu plus d'un an après sa mise en place, le bilan de la réforme est éloquent. 1 056 frontaliers (726 Français, 227 Belges et 103 Allemands) bénéficient du chèque-service accueil pour des enfants inscrits dans des structures luxembourgeoises.

En revanche, le système a beaucoup de mal à s'exporter hors des frontières. Seules quatre demandes d'agrément ont été adressées au ministère et aucune n'émane d'ailleurs de France. Par ailleurs, aucune d'entre elles n'a été acceptée. Un refus que le ministère ne souhaite pas commenter dans le détail. «En général, si une demande est refusée, c'est qu'elle ne répond pas aux critères d'éligibilité».

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Swinger le 26.09.2017 09:03 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une ouverture de façade. Il est évident que le cahier des charges ne peut pas être tenu dans les structures étrangères. On est dans la politique, pas dans le pragmatisme.

  • évident le 26.09.2017 09:09 Report dénoncer ce commentaire

    C'est sûr qu'avec l'obligation de répondre à l'exigence d'avoir du "personnel encadrant parlant le français et le luxembourgeois", les établissements basés à l'étranger auront du mal à y accéder...une crèche basée en France (même si elle est frontalière) va t-elle embaucher du personnel parlant le luxembourgeois alors que les enfants sont de famille française...?

  • Mascha58 le 26.09.2017 12:50 Report dénoncer ce commentaire

    Lisons le texte avant les disputes usuelles: "hors des frontières, seules quatre demandes d'agrément ont été adressées au ministère et aucune n'émane d'ailleurs de France". Donc n'attaquez pas le français!

Les derniers commentaires

  • Belgitude le 27.09.2017 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    Remettons l'église au milieu du village : l'apprentissage de la langue, ce n'est plutôt à la maternelle ?

  • moi le 27.09.2017 07:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve que cela serait super si les enfants étaient sensibilisés aux langues frontalières car soyons honnêtes pour le futur c'est important. Le soucis que je vois est qu'il faudrait des luxembourgeois qui aillent travailler en France par exemple et avec l'écart de salaire connu qui le ferait? Le principe est bon mais la réalisation infaisable selon moi

  • lynn le 26.09.2017 23:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'était une crèche privée car nous dépassions le plafond pour les crèches d'état. Donc pas d'aides. Maintenant, tout le monde les reçoit avec des tarifs suivant le salaire. Entre les heures gratuites et les aides, les parents ne paient plus grand chose.

  • Evidemment le 26.09.2017 22:48 Report dénoncer ce commentaire

    refusée sur base de la mauvaise foi de l'administration, il va encore falloir que cette histoire passe devant la cour de justice européenne...

  • Faut y comprendre le 26.09.2017 15:56 Report dénoncer ce commentaire

    on veut l'argent du Luxembourg mais sans les obligations, une histoire perpétuelle