Au Luxembourg

23 octobre 2017 16:07; Act: 23.10.2017 17:23 Print

L'apprentissage reste vu comme une voie d'échec

LUXEMBOURG – Vrai passeport pour l'emploi, la filière de l'apprentissage peine à trouver les candidats adéquats. Les acteurs tentent de remédier à cette situation.

storybild

Certaines filières ont du mal à trouver preneur, comme les couvreurs. (photo: AFP)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

La Chambre des métiers et les Chambres des salariés unissent leur force pour promouvoir l'apprentissage. Aide à l'orientation, coaching, tutorat dans les entreprises: toutes sortes de mesures testées jusqu'à alors seront mises en place de manière plus large. Détaillé lundi, cet énième coup de pouce vise à développer la formation professionnelle, où la rencontre entre candidats et entreprises demeure largement perfectible. Actuellement, 1 709 contrats d'apprentissage sont en cours dans le pays. «Mais il demeure entre 150 et 200 postes vacants dans les entreprises. Autant que le nombre de jeunes qui ne trouvent pas de société pour les accueillir», constate Daniel Schroeder, conseiller de direction à la Chambre des métiers.

Première explication à ce déséquilibre, certaines professions sont beaucoup trop demandées, alors que d'autres subissent une pénurie. C'est notamment le cas des couvreurs et charpentiers où il manque «une bonne vingtaine de candidats. Nous n'avons qu'une seule classe alors qu'il en faudrait trois. Même chose dans la maçonnerie», détaille Daniel Schroeder. À l'inverse, l'esthétique compte «trois fois trop de jeunes intéressés. Principalement des filles».

La deuxième raison tient aux idées reçues dans le processus d'orientation. «Une orientation par l'échec qui empêche de rendre ces métiers attractifs», dénonce le conseiller de direction. Vient alors le problème du niveau de qualification. Là où les entreprises ont besoin de jeunes capables de suivre un DAP (diplôme d'aptitude professionnelle), elles doivent faire face à un trop plein de candidats en échec scolaire. La voie d'apprentissage n'est pourtant pas loin de constituer une garantie d'emploi. 90% des diplômés trouvent un travail dans les trois mois, 70% restent dans l'entreprise qui les a formés.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Franvier le 24.10.2017 07:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour augmenter les salaires il faudrait que les gens soient prêt à payer le vrai prix du bon travail mais malheureusement tout le monde cherche le «  pas chère «  et le « vite fait » De plus c est vrai que dans l artisanat pour réussir il faut bosser ,... vraiment ,... alors ça en décourage plus d ‘un ,... mieux vaut trouver un planque dans une mairie c est moins stressant et mieux payé ... forcément puisque il n y a pas de concurrence ... les gens sont pathétiques, ils veulent bien gagner leur vie mais ne sont pas prêt à payer le prix , genre j acheté une télé sur le web parce qu’elle est 10 euros moins chère que cher le commerçant mais je ne veut surtout pas que le commerçant ferme car c est bien pratique d avoir une boutique à côté pour aller voir la télé avant de l acheter Pathétique je vous dis

  • Pourtant si logique le 23.10.2017 20:41 Report dénoncer ce commentaire

    Et les salaires de cette filière "apprentissage" on en parle? Sont-ils à la hauteur ou pas des prix de l'immobilier dans le pays par exemple? Donc oui souvent c'est vu comme un échec, et aucun parent ne veut pour son enfant des difficultés ne serait-ce que pour se loger. Donc pas vraiment d'idées reçus mais de la logique! Et qui a envie de risquer sa vie sur un chantier (vu les infos sur les morts presque toutes les semaines)?

  • porcinet le 23.10.2017 19:37 Report dénoncer ce commentaire

    le jour où un ouvrier pourra atteindre le salaire d'un employé, ils auront assez de candidats. Malheureusement une fois atteint le diplôme, ils recoivent le salaire minimum qualifié et doivent se contenter des index toute leur vie. Le choix est vite fait. Sans compter les grade que l'on peut atteindre en tant qu'employé et les salaires qui vont avec.

Les derniers commentaires

  • anto le 24.10.2017 16:37 Report dénoncer ce commentaire

    les vies perdu sur les chantiers sont à 99% dû au non respect des règles de sécurité, je vois les ouvriers tous les jours et c'est pire que des collégiens, nous sommes obligés de les rappeler à l'ordre tous les 5 minutes, après pour les salaires je sais que lorsque les personnes sont vraiment bon ils sont grassement payés, c'est sur que c'est pas avec certaines mentalités (je fais mes heures et je me casse, ni plus ni moins) que le salaire et les possibilités d'évolution augmente. morale : certain devraient se tirer les doigts.

  • Artisan le 24.10.2017 11:48 Report dénoncer ce commentaire

    Malheureusement au Luxembourg, l'intelligence de la main n'est pas reconnue. La dextérité, la précision, le toucher comme le coup d'oeil s'acquière aprsé des années d'apprentissage et d'expérience. Un bon maçon, un bon couvreur mérite une qualification équivalente à un BAC +3 ou +5 et le salaire qui va avec. Ensuite ces métiers difficiles, dangereux est pénibles méritent une sur rémunération par rapport un emploi dit à tord intellectuel. Rien ne justifie qu'un bon ouvrier, n'ait pas un salaire similaire à ceux des informaticiens , des enseignants ou des employés de la fonction publique!

  • Lucius le 24.10.2017 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Lorsqu'on vient de ces fillières, il faut rappidement envisager de se mettreà son compte.

    • @Lucius le 24.10.2017 11:50 Report dénoncer ce commentaire

      Pas sur, car vous n'êtes pas certain de gagner plus, alors que vous prennez des risques financiers.

  • Louis le 24.10.2017 09:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avant d'avoir un bon salaire il faut apprendre à travailler et faire ses preuves non......!

    • Lanz le 24.10.2017 11:05 Report dénoncer ce commentaire

      Ce serait le bon sens, mais ce n'est absolument pas vrai.

    • Luxo le 24.10.2017 11:52 Report dénoncer ce commentaire

      Malheureusement cette règle de faire ses preuves ne s'applique pas aux fonctionnaires ni aux enseignants.

  • Franvier le 24.10.2017 07:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour augmenter les salaires il faudrait que les gens soient prêt à payer le vrai prix du bon travail mais malheureusement tout le monde cherche le «  pas chère «  et le « vite fait » De plus c est vrai que dans l artisanat pour réussir il faut bosser ,... vraiment ,... alors ça en décourage plus d ‘un ,... mieux vaut trouver un planque dans une mairie c est moins stressant et mieux payé ... forcément puisque il n y a pas de concurrence ... les gens sont pathétiques, ils veulent bien gagner leur vie mais ne sont pas prêt à payer le prix , genre j acheté une télé sur le web parce qu’elle est 10 euros moins chère que cher le commerçant mais je ne veut surtout pas que le commerçant ferme car c est bien pratique d avoir une boutique à côté pour aller voir la télé avant de l acheter Pathétique je vous dis

    • miesvan le 24.10.2017 08:54 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait, les tarifs dans l'artisanat n'ont pas tellement augmentés en 10 ans par rapport au quote part terrain, ergo les gens ont toujours moins de budget pour l'équipement de l'habitat, surtout dans les classes moyennes...comment veux-t-on faire évoluer ces salaires,même si c'est mérité alors??? Puis demandez à certains salariés qui travaillent dans la finance combien il veulent payer pour un travail bien fait...ils se vantent tous de trouver toujours moins cher ...étant commercial j'en ai vu quelques uns passer, je vous dit...