Croissance au Luxembourg

07 décembre 2017 13:33; Act: 07.12.2017 15:05 Print

«L'esprit d'entreprendre doit se réveiller»

LUXEMBOURG - Pour atteindre une croissance «qualitative», la Chambre de commerce de Luxembourg invite le pays à investir dans la digitalisation.

storybild

«Il faut flexibiliser davantage le marché du travail», préconise Marc Wagener. (photo: Editpress/Isabella Finzi)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Avec une croissance économique attendue de 3,1% entre 2017 et 2021, l’emploi devrait continuer à augmenter au Luxembourg dans les prochaines années. Pour mieux préparer l’avenir, la Chambre de commerce de Luxembourg invite le pays à ne pas se reposer sur ses lauriers et à fixer des leviers de «croissance qualitative».

Car depuis l’an 2000, la productivité du travail stagne au Grand-Duché. «Il faut flexibiliser davantage le marché du travail», préconise Marc Wagener directeur «affaires économiques» de la Chambre de commerce de Luxembourg, «et il faut surtout mettre en œuvre de nouveaux outils numériques», mais c’est justement là où le bât blesse, car «pour 61% des entreprises, c’est très difficile de recruter des informaticiens».

«Remettre en cause les modèles établis»

«Ce type de profil devient rare en Europe, et nos entreprises doivent payer très cher pour les attirer au pays», reconnaît Carlo Thelen, directeur général de la Chambre de commerce de Luxembourg. «Les coûts augmentent, les marges diminuent et nos sociétés ne sont plus en mesure d’investir dans la digitalisation».

Savoir utiliser à bon escient les nouvelles technologies et se les approprier est donc un des grands objectifs de demain. «Il faut mettre les bonnes ressources aux bons endroits», plaide Marc Wagener. «Et surtout permettre à de nouvelles entreprises de remettre en cause les modèles établis. L’esprit d’entreprendre doit se réveiller chez les résidents luxembourgeois. Pour une meilleure mixité, il faudrait plus de Luxembourgeois dans le secteur privé et plus d’étrangers dans le secteur public».

Carlo Thelen, directeur général de la Chambre de commerce de Luxembourg, au micro de L'essentiel Radio

Marc Wagener, directeur «affaires économiques» de la Chambre de commerce de Luxembourg, au micro de L'essentiel Radio


(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • vrai travailleur le 07.12.2017 18:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être que l’Etat au lieu d embaucher encore plus de fonctionnaire devrait aider les starts up et donner un crédit d impôts...

  • Blablabla le 07.12.2017 18:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La mentalité au Luxembourg est celle de la sécurité de l’emploi, donc la plupart se penchent sur des emplois d’État en principe sûrs et bien rémunérés. La mentalité du pays n’aime pas le risque d’entreprendre, à l’inverse des pays anglo-saxons beaucoup plus entreprenants et aimant le goût du risque.

  • Paul le 07.12.2017 14:04 Report dénoncer ce commentaire

    Déjà en maternelle et plus tard en primaire on freine l’esprit critique et l’esprit innovateur. Ceci est fait pour avoir des sujets facilement gouvernables. Les communistes ont essayé cela avec des résultats désastreux et qui ont encore des répercussions de nos jours dans les pays de l’Europe de l’Est. Il faut un enseignement qui transmet le bon sens et l’esprit d’entreprendre. Il faut recruter des enseignants, qui ont le gout scientifique et le bon sens.

Les derniers commentaires

  • Blablabla le 07.12.2017 18:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La mentalité au Luxembourg est celle de la sécurité de l’emploi, donc la plupart se penchent sur des emplois d’État en principe sûrs et bien rémunérés. La mentalité du pays n’aime pas le risque d’entreprendre, à l’inverse des pays anglo-saxons beaucoup plus entreprenants et aimant le goût du risque.

  • vrai travailleur le 07.12.2017 18:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être que l’Etat au lieu d embaucher encore plus de fonctionnaire devrait aider les starts up et donner un crédit d impôts...

  • le sage le 07.12.2017 14:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas en abaissant les règles du droit du travail que les Luxembourgeois auront tout à coup l'esprit d'entreprendre. L'esprit d'entreprendre s'acquiert très jeune et fait partie de l'éducation que l'on reçoit. Si on prend par exemple le cas de Gérard Lopez, son goût d'entreprendre est venu de son père et non d'une éducation traditionnelle d'un lycée élitiste.

    • Un Doué pour les affaires le 08.12.2017 08:25 Report dénoncer ce commentaire

      Dans la personne que vous citez, vous oublié qu'elle est un cran au-dessus de tout le monde niveau intelligence...Les facilités intellectuelles d'une personne jouent aussi

  • Paul le 07.12.2017 14:04 Report dénoncer ce commentaire

    Déjà en maternelle et plus tard en primaire on freine l’esprit critique et l’esprit innovateur. Ceci est fait pour avoir des sujets facilement gouvernables. Les communistes ont essayé cela avec des résultats désastreux et qui ont encore des répercussions de nos jours dans les pays de l’Europe de l’Est. Il faut un enseignement qui transmet le bon sens et l’esprit d’entreprendre. Il faut recruter des enseignants, qui ont le gout scientifique et le bon sens.