Justice

28 février 2021 08:43; Act: 28.02.2021 17:54 Print

Le «pillage» du Sahara débattu au Luxembourg

LUXEMBOURG - L'importation, vers l'UE par le Maroc, de produits issus du Sahara occidental, fait encore l'objet d'un procès devant la Cour européenne de justice (CJUE).

storybild

Face à ce «harcèlement judiciaire», le Maroc compte défendre «la légitimité de son partenariat» commercial avec l'UE. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La Cour européenne de justice (CJUE) se penche une nouvelle fois dans les prochains jours sur le dossier du Sahara occidental, les indépendantistes du Front Polisario contestant des accords UE-Maroc permettant à Rabat d'exporter tomates, melons et poissons de l’ancienne colonie espagnole. Deux audiences sont prévues, mardi et mercredi, devant la 9e chambre de la CJUE à Luxembourg, qui, toutefois, «devrait rendre son délibéré dans plusieurs mois».

Pour le Front Polisario, il s'agit de stopper le «pillage des ressources naturelles» du territoire, «principalement l’agriculture d’exportation, le phosphate, la pêche et le tourisme», comme l'a expliqué à l'AFP l'avocat français Gilles Devers, chargé du dossier. Face à ce «harcèlement judiciaire», le Maroc compte lui, défendre «la légitimité de son partenariat» commercial avec l'UE, a déclaré son ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, cité par l'agence officielle MAP.

80% du territoire contrôlés par le Maroc

Vaste étendue désertique de 266 000 km2 située au nord de la Mauritanie, le Sahara occidental est le dernier territoire du continent africain dont le statut post-colonial n'est pas réglé: le Maroc en contrôle plus de 80% à l'ouest, le Front Polisario moins de 20% à l'est, le tout étant séparé par un mur de sable et une zone tampon sous contrôle des casques bleus de l'ONU.

Des négociations de paix quadripartites (Maroc, Polisario, Algérie et Mauritanie) menées sous les auspices de l'ONU sont suspendues depuis le printemps 2019. Rabat propose un plan d'autonomie sous sa souveraineté, en mettant en avant la stabilité de la région et les millions investis dans les infrastructures locales. Se considérant comme la principale victime de ce conflit oublié, le Polisario, qui a proclamé une République sahraouie (RASD) en 1976, milite pour l'indépendance avec le soutien de l’Algérie, en réclamant un référendum d'autodétermination prévu par les Nations unies.

435 millions d'euros de produits exportés en 2019

Après près de 30 ans de cessez-le-feu, les tensions ont ressurgi en novembre 2020 quand le Maroc a déployé ses troupes dans une zone tampon de l’extrême sud du Sahara occidental, pour chasser des indépendantistes qui bloquaient la seule route commerciale vers l’Afrique de l’Ouest, selon eux, illégale. Le Polisario se dit depuis «en état de guerre de légitime défense» et annonce régulièrement des «attaques» contre les positions marocaines, la dernière ayant fait selon lui trois morts fin janvier. Le Maroc répond en dénonçant une «guerre médiatique» et des «victoires imaginaires».

Dans le même temps, le mouvement indépendantiste mène un «combat économique», avec des actions juridiques notamment auprès de la CJUE, comme le souligne Me Devers. Car, selon lui, les «facilités d’accès au marché européen» contribuent au «maintien de la colonisation» marocaine. Le but, à terme, pour le Polisario est aussi de faire partir les entreprises européennes installées au Sahara occidental.

L'enjeu financier n'est pas négligeable: en 2019, le Maroc a exporté vers l'UE pour près de 435 millions d'euros de produits issus du Sahara occidental, essentiellement du poisson, selon un document publié en décembre 2020 par la Commission européenne, qui ne donne aucun chiffre concernant le phosphate, une autre ressource de la zone.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phil Mori le 28.02.2021 12:24 Report dénoncer ce commentaire

    L'Europe a tout intérêt à œuvrer pour une relation solide et apaisée avec le Maroc, puissance régionale influente. les USA ont compris cela et n'ont pas tardé à prendre position pour la reconnaissance du sahara marocain. Ne perdons pas de temps avec un groupe de séparatistes et extrimistes au financement suspect

  • Mez le 28.02.2021 12:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais la vie continue, cessez de ne pas voir au délais du Luxembourg

  • Esprit Libre le 28.02.2021 12:01 Report dénoncer ce commentaire

    NE CENSUREZ PAS UNE OPINION

Les derniers commentaires

  • Pasquale le 01.03.2021 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    Les pays voisins ne se soucient pas de l'avis des gens qui vivent dans cette région. Tout le monde proclame sa légitimité sur ce territoire. Comme dans toutes les guerres, la colonisation passe juste dans d'autres mains. La question est: quel est l'envahisseur qui va lancer les hostilités le premier ?

  • Tome le 28.02.2021 20:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils auraient du utiliser Cargolux et le Freeport ça aurait été plus discret!

  • Palamunitan le 28.02.2021 16:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On a rien d‘autre a foutre ? CONCENTREZ VOUS SUR LES VACCINS ET LA PROTECTION DE CEUX QUI VOUS ONT ELUS. Du reste, on peut parler plus tard.

  • Le Catalan le 28.02.2021 16:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et si on proposait tout simplement aux habitants de cette région de voter pour choisir leur avenir ? Après tout, ils sont les principaux concernés par leur statut non ?

    • Atoman le 01.03.2021 08:39 Report dénoncer ce commentaire

      C'est mal connaitre ce dossier que de dire ca, un referendum est impossible, les polisario se considerent comme les seuls a pouvoir voter a un eventuel refrendum excluant tout les saharoui vivant au Maroc. De plus le nombre de polisario a été volontairement gonflé par des personnes n'étant pas saharoui (algeriens, maliens, ...) ,ils ne sont donc pas legitime de voter. Et il faut bien comprendre que le polisario est financé par les generaux Algeriens afin de nuir aux interets du Maroc, le jour ou les Algeriens auront reussit leur revolution contre les generaux , le polisario d'eteindra tt seul

  • bart le 28.02.2021 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    Et les manipulations bancaires du Luxembourg débattues au Maroc !