Finance

05 février 2019 10:51; Act: 05.02.2019 13:28 Print

Luxembourg prend sa part du «gâteau Brexit»

LUXEMBOURG - Les échanges ont tourné autour du Brexit, et ses conséquences pour la Place financière luxembourgeoise, ce mardi, lors du premier «House of Finance press breakfast».

storybild

La place financière attire des acteurs bancaires et financiers avec le Brexit.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Le Grand-Duché sait tirer profit de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, en attirant des acteurs bancaires et financiers qui délocalisent leurs activités, ou partie d’entre elles, de Londres vers Luxembourg, en prévision de la perte de leur passeport européen.

Selon les estimations de Nicolas Mackel, CEO de Luxembourg for Finance, autour de 80 entités auraient soit fait ce choix, soit élargi des activités déjà représentées au Luxembourg. «Nous sommes convaincants en tant que centre de compétences pour attirer un certain nombre de banques. Pour d’autres, comme le trading, nous ne le sommes pas, et des places comme Francfort ou Paris sont mieux positionnées. Le "gâteau Brexit" a été coupé en plusieurs tranches et chacun en a profité», a imagé Yves Maas, vice-président de l’Association des banques et banquiers, Luxembourg (ABBL).

«3 000 nouveaux emplois sur deux ans»

Si des marchés comme le private equity, la gestion patrimoniale, les services de paiement ou les fintech, déjà représentés, vont s’étendre et se consolider, d’autres apparaissent.

«Dans l’assurance, de nouveaux acteurs font du non-vie international. C’est un segment additionnel, porté par de grands acteurs internationaux», observe Nicolas Mackel. Ce dernier a maintenu son estimation à «environ 3 000 nouveaux emplois créés, sur deux ans».

En attendant, malgré la perspective d’un «Brexit dur» qui se profile, des dispositions sont prises par les régulateurs, pour que les affaires se poursuivent sans trop de dommages, particulièrement pour les clients. «Nous avons fait en sorte que, techniquement, on puisse travailler. Mais la question qui demeure porte sur la stabilité des marchés, et leurs réactions en cas de "hard Brexit"», a soulevé Yves Maas.

Nicolas Mackel, CEO de Luxembourg for Finance

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Résident le 05.02.2019 20:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @schlapp: oui bien sûr les cadres superieures habitués à vivre dans la City vont s'installer dans la brousse à la frontière...faites moi rire...si vous aviez investi au GDL il y a 15 ans vous auriez fait une meilleure affaire....et vous le savez aussi bien que moi....

  • Marc Thill le 05.02.2019 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    OK, bien

  • consult le 05.02.2019 14:21 Report dénoncer ce commentaire

    "3.000" depuis 2 ans ? quelle affaire... d'autant que les sociétés s'implantent avec un tax rulling. Le Lux a copié UK : quand ton business est réalisé ailleurs... c'est 5% d'impôts sur les sociétés. Si toutes les sociétés du Lux savaient cela...

Les derniers commentaires

  • Kli le 06.02.2019 09:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans tous les cas: plus d’emploi bien remuneres a Luxembourg = positif pour les prix de l’immobilier

  • Kli le 06.02.2019 09:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N’importe quoi... Oui il y a le plein emploi, comme ailleurs en Europe, mais le Brexit bride la croissance britannique, au moins a court/moyen terme. Nul ne peut predire l’etat du monde dans 20 ans, mais il est peu probable que l’economie britannique depasse l’allemande malgre la faiblesse demographique de cette derniere.

  • Fautsortir latêtede soncURSS le 06.02.2019 08:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Rigoberta : C'est l'UK qui freine pour partir de l'UE et non pas l'UE qui essaye de les retenir... Et ils ont raison d'avoir peur les anglais, avec la perte du Passeport Européen et le retour des taxes de douanes : plus de coûts pour les entreprises, moins de bénéfices, politique de réduction des coûts, suppressions d'emplois, chômage... Sans parler de la City qui va y laisser des plumes... Le plein emploi et une meilleure situation après le brexit qu'avant ne risque pas d'arriver.

  • Résident le 05.02.2019 20:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @schlapp: oui bien sûr les cadres superieures habitués à vivre dans la City vont s'installer dans la brousse à la frontière...faites moi rire...si vous aviez investi au GDL il y a 15 ans vous auriez fait une meilleure affaire....et vous le savez aussi bien que moi....

  • Rigoberta le 05.02.2019 17:54 Report dénoncer ce commentaire

    En UK c'est le plein emploi. En cas de Brexit (si l'UE les laisse partir) ils dépasseront l'Allemagne en moins de 20 ans.