Record au Findel

08 mars 2019 09:00; Act: 07.03.2019 19:56 Print

Quand la cocaïne se cache dans des bacs à fleurs

LUXEMBOURG - Le bilan 2018 des saisies de drogues des douanes et accises a été porté par deux prises spectaculaires. «L'essentiel» en dévoile les détails.

storybild

300 kilos de cocaïne avaient été interceptés à l'aéroport de Luxembourg, en novembre. (photo: Douanes et accises)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Administration des douanes et accises a intercepté plus de 616 kilos de drogue de 500 kilos de produits chimiques destinés à la fabrication de produits stupéfiants, au cours de l'année 2018, selon les chiffres fournis à L'essentiel. Un bilan pour le moins flatteur, porté par deux saisies exceptionnelles. La plus retentissante concerne les 300 kilos de cocaïne saisis au Findel dans un avion de Colombie, dévié à Luxembourg, qui devait se rendre aux Pays-Bas, en novembre.

«Il s'agissait d'un envoi de fleurs destiné au marché d'Amsterdam. La drogue était disposée dans des bacs. Un mode opératoire connu depuis des années», explique Paul Felten, commissaire douanier 1re classe.

La deuxième saisie spectaculaire a été réalisée en mars dans une voiture qui circulait entre les Pays-Bas et la France: 159 kilos de cannabis cachés dans le véhicule, notamment sous les sièges. La drogue était conditionnée en «valise marocaine», sorte de ballots rectangulaires emballés de manière artisanale.

« Le Luxembourg, un point de passage»

Une tendance se confirme, à la lecture des grosses prises des douanes. Les Pays-Bas font figure de plaque tournante du trafic de drogue en Europe.

Parmi les autres saisies importantes, 89 kilos de khat, un produit qui revient souvent dans le bilan des douanes au fil des années, mais également 24 000 cigarettes, le résultat d'un trafic bien lucratif issu des pays de l'Est. «Il ne s'agit pas forcément de cigarettes contrefaites. Achetées à bas prix en Ukraine par exemple, elles sont ensuite revendues en France ou au Royaume-Uni, là où le prix du tabac est élevé», précise Paul Felten.

Au final, une très faible quantité des produits saisis sont destinés au marché luxembourgeois. «Étant donné sa situation géographique mais également en raison du prix de l'essence, le Luxembourg n'est rien d'autre qu'un point de passage pour les trafiquants», conclut-il.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.