Interdiction d'ici 5 ans

25 octobre 2017 16:30; Act: 26.10.2017 10:03 Print

Moins de glyphosate mais davantage de CO2?

LUXEMBOURG – Pour le secrétaire général de la Chambre de l’agriculture du Luxembourg, supprimer rapidement l'herbicide entraînerait une cascade de problèmes.

storybild

Supprimer le glyphosate contraindrait les agriculteurs à un retour à une culture plus intensive de la terre, selon Pol Gantenbein. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Si de nombreux citoyens s’accordent à dire que l’interdiction du glyphosate, jugé comme potentiellement cancérogène par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), serait une bonne chose, les spécialistes du secteur, eux, craignent que cela engendre des difficultés à la fois financières et même environnementales.

«De plus en plus d’exploitations agricoles pratiquent le travail du sol réduit pour protéger leurs sols contre l’érosion», indique Pol Gantenbein, secrétaire général de la Chambre d’agriculture du Luxembourg. Un travail qui consiste à ne pas labourer profondément et à briser le sol plutôt qu’à le retourner. Et dans ce contexte, «le glyphosate est fréquemment utilisé au Luxembourg».

«C’est jouable mais...»

Selon lui, supprimer la glyphosate d’ici 5 ans, «c’est jouable», en indiquant qu’il ne s’agissait pas forcément d’un problème de délai mais d’un problème de coûts supplémentaires pour les agriculteurs car «toute alternative au glyphosate est nettement plus coûteuse qu’un traitement avec le glyphosate». Et d’expliquer que «la lutte mécanique contre les adventices (NDLR: mauvaises herbes) entraînerait une augmentation nette des coûts et une augmentation nette des émissions de CO2».

Pourquoi? Parce que, de fait, pour garder un certain niveau de rendement et donc éliminer ces herbes, les agriculteurs seraient contraints de revenir à des méthodes de labourage plus profondes qui libéreraient plus de CO2 et qui useraient davantage leurs machines et nécessiteraient plus de carburants.

Pol Gantenbein, secrétaire général de la Chambre d'agriculture du Luxembourg, revient sur le projet d'interdiction du Glyphosate.

(MC/GM/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • rotala le 25.10.2017 20:45 Report dénoncer ce commentaire

    C'est encore et toujours l'argent qui parle ! Ces personnes se ridiculisent par leurs arguments, ils sont prêts à tout et n'importe quoi pour protéger leurs intérêts, au détriment de notre santé

  • Nicolas le 25.10.2017 17:14 Report dénoncer ce commentaire

    ou d'avoir un paillis naturel ... ou de raisonner dans les pratiques. Renouveler le glyphosate pour 5-7 ans, c'est accepter de s'empoisonner 5 ans de plus en espérant trouver une solution alternative, pour accepter de s'empoisonner 5 ans de plus un peu plus tard, car après tout, on aura toujours 5 ans ... Tout simplement scandaleux ! On a matraqué les agriculteurs via les chambres d'agricultures pour les pousser sur un modele productiviste et chargé en produit phytosanitaires et sur des modèles économiques non pérennes. Difficile de les en sortir aujourd'hui.

  • Plus con tu meures et tu le mérite le 25.10.2017 20:26 Report dénoncer ce commentaire

    Dégoûtant: Cancérigène pour les animaux mais sans plus pour les humains..? Après tant d'années pas plus de sûretés?

Les derniers commentaires

  • Ant le 27.10.2017 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Produit dangereux connu pour ces méfaits il faut le stopper tout de suite on ne peut pas dire « on ne savait pas »

  • unpeudhumanite le 26.10.2017 09:08 Report dénoncer ce commentaire

    Du Grand n'importe quoi. Personne n'aime changer ses habitudes même si ces habitudes tuent à petit feu. On trouvera mille raisons, toutes inacceptables, de continuer à nous empoisonner non pas « probablement » comme ils le disent mais de manière certaine puisque beaucoup (scientifiques, agriculteurs, vétérinaires..) ont constaté les dégâts. Décidément le courage n’est pas la première qualité des politiques ici comme en France où pour le bénéfice de quelques-uns on empoisonne le plus grand nombre.

  • bourguignon le 26.10.2017 08:03 Report dénoncer ce commentaire

    utiliser les méthodes de M et Mme Bourguignon, ingénieurs agronomes. on arrêtera de faire des conneries avec la terre et gérer de les pathologies des plantes vendues par les grands semanciers.

    • Réaliste le 26.10.2017 13:17 Report dénoncer ce commentaire

      La propagande de désinformation menée par les multinationales qui subventionnent les instituts "indépendants" de l'Etat comme l'INRA (dont les Bourguignons ont démissionnés et dénoncent) sont les plus belles preuves! Mais le hic, parce qu'il y a un hic, c'est que les médias classiques et les Etats vont se basés sur les études tronquées de ces instituts corrompus, seuls les vrais journalistes d'investigation et les citoyens curieux le savent, les autres ne sont que des moutons suivant l'avancée du troupeau tête baissée, aux grands bonheurs des multinationales, politiques et consorts!

  • algu le 26.10.2017 07:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    écolo doit travailler chez l état pour donner de tels commentaires. dans la vrai vie, si tu arrêtes les traitements la qualité de tes récoltes en patira...c est pas 10 mais 50% car le prix d achat de céréales chute si la récolte n est pas propre... Avant d écrire n importe quoi, le mieux c est de se renseigner !!!

  • radarx le 25.10.2017 22:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le lobby des agriculteurs&co nous tueront pour toujours à petit feu. combien de gens serront morts jusqu'à dans 5 ans??? et même après combien de temps on trouvera la trace de ce poison dans la sol et dans nos assiettes??