MSF Luxembourg

14 avril 2016 13:30; Act: 14.04.2016 16:29 Print

30 ans d'existence et des missions dans 69 pays

LUXEMBOURG – En 30 ans, MSF Luxembourg a pu investir 130 millions d’euros dans différentes missions à travers le monde. L'ONG est aujourd’hui présente dans 69 pays.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet

En 1985, deux médecins généralistes, un pneumologue et un pilote sont bouleversés par la situation en Éthiopie. Cette famine va être le point déclencheur de la création de MSF Luxembourg, officiellement fondée par ces quatre hommes le 24 mars 1986. Aujourd’hui, MSF Luxembourg compte 26 salariés, 92 membres associatifs et 62 bénévoles.

Depuis 30 ans, environ 130 000 personnes ont fait au moins un don à MSF Luxembourg et 130 millions d’euros ont pu être investis dans les différents programmes. L’ONG est aujourd’hui présente dans 69 pays, à travers 200 missions à la fois «urgentes» comme en Grèce pour la crise des migrants ou en Afrique de l’Ouest pour l’épidémie Ebola et «des missions par choix» comme en Haïti pour faire face à la crise sanitaire, six ans après le séisme.

Récolte et analyse de données

Outre ces missions, MSF Luxembourg assure aujourd’hui un autre rôle important, moins connu du grand public: la recherche opérationnelle. «14 personnes font partie de cette unité, qui réalise 120 projets par an», explique le directeur de MSF Luxembourg, Paul Delaunois. Leur but est de trouver des solutions pour améliorer les programmes de soins. Depuis le Luxembourg et sur le terrain, cette cellule récolte et analyse des données.

«Lors d’une crise humanitaire, explique par exemple le président, Guy Berchem, les médecins fournissent aux populations des biscuits ou des liquides de "renutrition". L’unité opérationnelle fait des recherches cliniques pour voir si ces produits sont optimaux». Paul Delaunois fournit un autre exemple: «Nous avons en ce moment sept personnes en Égypte qui analysent la gestion des victimes de torture. Il s’agit de migrants qui ont subi des blessures physiques et psychologiques. Le personnel médical sur place n’est pas formé pour gérer cela. Notre équipe va donc tenter d’améliorer la prise en charge des malades, en trouvant des psychologues ou en formant les médecins».

(Juliette Devaux/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grompere Kichelcher le 15.04.2016 04:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mon avis et Clopinette -> liked. Moi j'ai annulé mon ordre permannent pour MSF. Il paraît que je fais partie de ceux touché par la précarité. Dans ce pays on ne touche même pas son RMG complet et on vous calcules des partages de maisons dedans desquels vous avez du vivre avant que vous tombez dans cette situation et lesquels vous avez dépensé avant de toucher les aides sociales. Ce pays de gestapo est de tte façon de sorte que les gens perdent leur piaule, donc droit civiques, et ainsi plus droit au RMG, avant que vous le recevez la première fois. Sans famille et réserve on devient SDF et avec RMG on est dans un cercle vicieux, tandis que d'autres se lemtanafèrent au Portugal et font la "belle" vie avec.

  • mon avis le 14.04.2016 14:54 Report dénoncer ce commentaire

    redonnez cet argent aux pauvres du coin au lieu d'aller là bas ou l'insécurité règne

Les derniers commentaires

  • Grompere Kichelcher le 15.04.2016 04:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mon avis et Clopinette -> liked. Moi j'ai annulé mon ordre permannent pour MSF. Il paraît que je fais partie de ceux touché par la précarité. Dans ce pays on ne touche même pas son RMG complet et on vous calcules des partages de maisons dedans desquels vous avez du vivre avant que vous tombez dans cette situation et lesquels vous avez dépensé avant de toucher les aides sociales. Ce pays de gestapo est de tte façon de sorte que les gens perdent leur piaule, donc droit civiques, et ainsi plus droit au RMG, avant que vous le recevez la première fois. Sans famille et réserve on devient SDF et avec RMG on est dans un cercle vicieux, tandis que d'autres se lemtanafèrent au Portugal et font la "belle" vie avec.

  • mon avis le 14.04.2016 14:54 Report dénoncer ce commentaire

    redonnez cet argent aux pauvres du coin au lieu d'aller là bas ou l'insécurité règne

    • Clopinette le 14.04.2016 15:32 Report dénoncer ce commentaire

      @mon avis... mais il est vrai que la pauvreté existe au Luxembourg et qu'il faut mieux distribuer les richesses. Il parait que nous allons mettre de l'ordre dans les sociétés offshore. Beaucoup d'argent pour tout le monde et plus de justice sociale. Espérons que nos responsables politiques auront du courage. Il faut commencer par lutter contre la précarité et donner les moyens à tous de vivre dignement de leur travail. Bravo à MSF qui n'hésite pas à mettre à se metttre danger pour venir en aide dans les situations de guerre/épidémie.