Réforme de la police

17 décembre 2015 14:53; Act: 17.12.2015 17:13 Print

30 civils embauchés et de nouvelles armes

LUXEMBOURG – Après plus d’une cinquantaine de réunions, les premières conclusions sur la réforme de la police ont été dévoilées jeudi.

storybild

Ministre et syndicats se retrouvaient jeudi matin. (photo: Editpress/Fabrizio Pizzolante)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Pour l’instant, quatorze commissariats de proximité sont sur la liste de ceux qui sont appelés à disparaître. «Ce sont de petites structures avec moins de cinq éléments», a fait savoir jeudi le ministre de la Sécurité intérieure, Étienne Schneider (LSAP). «Mais ces fermetures ne signifieront pas qu’il n’y aura plus de présence policière dans ces communes, au contraire», a-t-il poursuivi. D’ailleurs avant de fermer ces commissariats de proximité, le ministre aura des entretiens individuels avec chacun des bourgmestres concernés pour obtenir leur assentiment.

Par ailleurs, les policiers seront équipés d’ici fin 2017 de pistolets et non plus de revolvers. Un groupe de travail supplémentaire va être créé pour s’entendre sur les modèles à choisir. «Nous avons eu l’aval du conseil de gouvernement mercredi. Il s’agit d’un coût supplémentaire en 2017 pour l’État estimé entre 2 et 2,5 millions d’euros».

Enfin, les partenaires sociaux qui discutent la réforme de la police se sont entendus sur l’embauche d’une trentaine de personnel civil qui viendront renforcer le cadre de la police l’année prochaine. «Ils occuperont des tâches administratives et techniques qui occupent actuellement des policiers en uniforme», a fait savoir Étienne Schneider. Toutefois, ces remplacements se feront uniquement aux places où les titulaires partiront en retraite.

(Patrick Théry/L'essentiel)