Au Luxembourg

14 novembre 2019 20:57; Act: 15.11.2019 10:30 Print

30 policiers supplémentaires présents à la Gare

LUXEMBOURG - Des policiers supplémentaires ont rejoint les commissariats près de la gare pour renforcer la lutte contre l'insécurité.

storybild

La situation s'est un peu améliorée depuis l'affectation des policiers. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a plusieurs semaines, les riverains et commerçants du quartier de la Gare, dans la capitale, ont tiré la sonnette d'alarme, réclamant la mise en place de mesures pour lutter contre l'insécurité qui y règne. Le ministre François Bausch a annoncé jeudi aux députés de la commission de la Sécurité intérieure et de la Défense que 30 policiers supplémentaires avaient été affectés dans les différents commissariats de ce secteur.

«La population et les commerçants ont confié avoir déjà constaté quelques améliorations», confie Stéphanie Empain, la présidente de la commission. Ces cinq dernières semaines, 1 310 personnes ont été contrôlées lors de 717 opérations de la police, 27 arrestations en matière de stupéfiants ont été effectuées. «Quand ils se rendront compte que le Luxembourg n'est pas un endroit lucratif pour eux, en raison notamment de la présence policière, ils ne viendront plus», ajoute la présidente.

Mais à l'heure actuelle, un autre problème se pose. Celui du manque de place dans les centres de détention et les délais pour prendre une décision les concernant. «La très grande majorité des dealers ne sont pas des demandeurs de protection internationale mais des personnes en situation irrégulière. Faute de décision sur leur expulsion vers leur pays d'origine, ils retournent dans la rue et reprennent leur business», explique Stéphanie Empain. Elle assure que le parquet, les services de l'Immigration, la Justice, la Sécurité intérieure et la Défense travaillent ensemble pour contrer ce problème.

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 15.11.2019 07:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut expulser les parasites. En tout cas bonne initiative !!

  • bobo le 15.11.2019 06:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A Esch-Sur-Alzette , il faudrait aussi renforcer la sécurité absolument

  • HemleHemle le 15.11.2019 09:08 Report dénoncer ce commentaire

    Finalement, il ne leur a fallu que deux décennies pour s'en rendre compte et agir. Hmh.. Bravo, continuez comme ça?

Les derniers commentaires

  • jef le 17.11.2019 09:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je propose déjà de visualiser les rues où les deals se passent, elles sont en théorie fermées à la circulation la nuit. Si les autorités auraient l’intelligence de positionner des barrières interdisant la circulation ( excepté aux résidents), ou plots électriques, ou caméras qui authentifient les plaques d’immatriculation pour vérifier si oui ou non résident, cela éradique le problème, plus de clients, fini les dealers et prostitution.

  • belle intelligente le 15.11.2019 12:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La majorité des dealers qui se font attraper sont des “sans papiers” mais ceux qui ne se font pas attraper “les fils à papa “continuent à vendre en toute impunité et ça commence au lycée en soirée pas à la gare . Lorsqu ils / elles ( drogués) finissent à la gare c est trop tard . Il faut prévenir le danger avant donc cibler d autres endroits moins douteux officiellement mais tellement fréquentés officieusement

  • @il faut les sortir du pays ... le 15.11.2019 10:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement, mais avec un Asselborn qui accueille les clandestins avec beaucoup de plaisir et de complaisance en les faisant passer pour des pauvres choux innocents en souffrance, on n'est pas sauvés.

  • Unicorn le 15.11.2019 10:04 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème des policiers n'est pas leur nombre mais leur statut. Ils ont le statut du fonctionnaire, avec tout ce que cela entraine, protection contre le licenciement, promotions automatiques voire favorisés, pauses cafés, sorties pour raisons personnelles, congé de maladies sans contrôle, et commandes de pizza pour les services nocturnes. Ajouter 30 policiers ne sert à rien, s'ils ne sortent que pendant les périodes agréables, en tenue officielle, à la vue de tous les guetteurs des coins de rue.

  • ups le 15.11.2019 09:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Imarav : ton commentaires insite à la haine . Quand ta fille va en soirée , en boîte ou au lycée . Qui lui propose de la drogue? . Certainement pas un sans papier facilement repérable . Le gros dealers ont des têtes de bon « citoyen »