Emploi au Luxembourg

05 juillet 2019 06:55; Act: 05.07.2019 09:52 Print

300 salariés ont été préparés à la digitalisation

LUXEMBOURG - Le premier essai du projet-pilote Digital Skills Bridge, qui prépare les salariés à la révolution technologique, touche à sa fin. L’heure est au bilan.

storybild

Le projet sera vite poursuivi, assure le ministère du Travail.

Sur ce sujet
Une faute?

«Si nous n’intervenons pas, le risque de licenciement est grand surtout chez les PME qui n’ont pas toutes les ressources pour former leurs salariés à la digitalisation de leur métier», souligne Nico Binsfeld, coordinateur du Digital Skills Bridge de l’Agence pour le développement de l’emploi (ADEM). Le but du projet-pilote est de préparer les salariés à la révolution technologique et à des changements dans leurs tâches journalières. «Cela peut concerner des métiers très variés, du frigoriste à l’analyste de données». Les formations débutées en septembre dernier sont quasi toutes terminées.

L’heure est au bilan. Il est plutôt positif même s’il reste des réglages à faire. «Au départ, nous pensions intégrer 20 entreprises, soit 600 salariés. Nous n’en avons eu que la moitié. Pour la suite, il nous faudra mieux communiquer. Mais 40 entreprises sont intéressées par une seconde mouture du projet. C’est la preuve que le message commence à passer», détaille Nico Binsfeld.

Au final, 300 salariés de dix firmes ont été formés. Cela a porté ses fruits. «Les entreprises ont opté à 95% pour de la mobilité interne alors que nous tablions sur 65%. Elles ont une vraie volonté de garder leurs salariés car ils sont difficiles à trouver. Quant aux salariés, ils nous ont dit apprécier que l’on s’intéresse à eux et se sentent pris au sérieux», témoigne le coordinateur. Au final, six millions d’euros ont été utilisés sur les douze potentiellement prévus. Techniquement, le projet pourrait redémarrer en janvier.

(Séverine Goffin/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mamomam le 05.07.2019 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    6 millions pour 300 employés, ce sont 20.000 eur par employé... un sacré budget formation!!!!!

  • Schlapp le 06.07.2019 11:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut dire aussi que certaines applications de transport fonctionnent, certes, mais le temps d'attente de la réalité peut choquer !

  • Anticonformiste le 05.07.2019 07:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et en quoi ça consiste au juste ? C’est quoi le but visé ? Le carreleur est impacté par la digitalisation ?

Les derniers commentaires

  • Schlapp le 06.07.2019 11:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut dire aussi que certaines applications de transport fonctionnent, certes, mais le temps d'attente de la réalité peut choquer !

  • Supertram le 05.07.2019 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi j'ai essayé l'application je jardine tout seul, mais ça ne pousse pas, a part quelques mauvaises herbes !

  • Mamomam le 05.07.2019 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    6 millions pour 300 employés, ce sont 20.000 eur par employé... un sacré budget formation!!!!!

    • Jojo le 05.07.2019 09:58 Report dénoncer ce commentaire

      Mais chuuut arrêtez de dire tout haut ce que personne ne doit savoir ...

  • ichigo500 le 05.07.2019 08:39 Report dénoncer ce commentaire

    alors pourquoi les PME au Luxembourg n'ont pas les moyens à former leur personnel? Ca fait plus que la moitié du secteur professionnel. Un pretexte pour faire payer le salarié de sa propre poche les formations requises pour se faire après "rembourser".

  • Anticonformiste le 05.07.2019 07:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et en quoi ça consiste au juste ? C’est quoi le but visé ? Le carreleur est impacté par la digitalisation ?