«Who made my clothes»

29 avril 2017 14:50; Act: 29.04.2017 15:06 Print

L'éthique de la mode à l'honneur aux Rotondes

LUXEMBOURG - La première édition de «Who made my clothes», qui se tenait samedi après-midi aux Rotondes de Bonnevoie a attiré quelques centaines de personnes.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Qui fabrique les vêtements que nous portons? Cette question ne semble pas toujours se poser pour les fans de mode. Alors pour sensibiliser les consommateurs à l'éthique de la mode, la journée «Who made my clothes» était organisée samedi aux Rotondes, pour la première fois au Luxembourg. L'initiative a vu le jour à la suite de la catastrophe du Rana Plaza, au Bangladesh, où un l'effondrement d'un bâtiment qui accueillait un atelier de confection avait fait plus de 1 000 morts près de 2 500 blessés.

«Je suis personnellement engagé dans ces questions de commerce équitable et j'estime qu'il est important pour nous, les jeunes, de changer certaines habitudes de consommation» explique Andy, jeune homme de 24 ans au look branché, venu avec trois de ses amis.

«Le message est passé»

Au menu de la journée, un atelier tricot, un petit marché où des créateurs en tout genre présentent leurs produits éthiques, des activités d'up-cylcing où les enfants peuvent donner une deuxième vie à des vieux vêtements et des conférences avec des experts de la mode. Sac à main en tissu recyclé, colliers artisanaux et autres vêtements «éthiques» étaient présenté lors de cette journée qui a rassemblé des convaincus et des curieux.

«De plus en plus de gens se tournent vers ce mode de consommation, en privilégiant des vêtements de qualités, produits dans des conditions digne . Je crois que le message est passé» concluait Stylianee Parascha, fondatrice de What Eve Wears et organisatrice de l’événement.

(Yannis Bouaraba/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.