24 mars 2008 20:38; Act: 24.03.2008 20:44 Print

Sur vos Vel’oh!, à vos marques, prêt... il neige

LUXEMBOURG - Les giboulées de mars se sont invitées au lancement du Vel’oh!.

Une faute?

Pas de bol pour les quelque 400 futurs cyclistes qui avaient déjà pris leur abonnement pour les vélos en libre-service de Luxembourg-Ville. Vendredi, pour le lancement du Vel’oh!, le mauvais temps était de la partie. Reste à attendre les beaux jours.

Ce 21 mars, premier jour du printemps, les vélos sont partis de la place Guillaume rejoindre les 25 stations éparpillées dans le centre, sous le vent et la neige. Du coup, pas de grande ruée. Mais de timides approches: les badauds, se familiarisant avec le système en pianotant sur les bornes, lorgnent sur les vélos. Et chacun y va de son commentaire.

Le lendemain, quelques rayons de soleil, plusieurs stations sont à moitié vides. «Il est moins lourd que ce que je ne craignais», commente Mathieu en raccrochant son Vel’oh! à la station du Théâtre des Capucins. «Mais mieux vaut rouler en ligne droite. Ces engins sont prévus pour être stables pas pour slalomer». Aujourd'hui, Mathieu a fait la route depuis le Glacis. Et compte bien réitérer l'expérience souvent: au passe d'une semaine à 1 Euro, il a préféré celui d'un an à 15.

Mais pour tester le Vel’oh!, pas besoin de débourser: la première demi-heure est gratuite. Cela sera-t-il suffisant pour détourner les conducteurs de leur voiture? Danièle attend de voir, «J'ai entendu beaucoup de gens dire: "le principe est bien", mais peu disent: "dès demain je m'y mets"».

Séverine Goffin

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).