À Differdange

13 juin 2016 10:52; Act: 13.06.2016 19:40 Print

Une matinée d'inquiétude sur le site d'ArcelorMittal

DIFFERDANGE - De nombreux moyens ont été déployés, lundi, jusqu'à 13h30, sur le site d'ArcelorMittal, où une alerte a été déclenchée suite à des émanations toxiques.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
op Däitsch

Les sirènes de police et de pompiers ont retenti plusieurs heures à Differdange, lundi matin. La découverte d'une bombe à gaz de la Première Guerre mondiale avait d'abord été évoquée mais c'est bien une alerte aux émanations toxiques qui a été déclenchée en milieu de matinée. Alerte levée en début d'après-midi. «L’ensemble des analyses effectuées sur place par les autorités se sont avérées négatives», a précisé le service de la communication de crise du gouvernement, peu avant 13h30.

Dès 8h30, plusieurs employés s'étaient plaints de problèmes respiratoires et d'irritations de la peau. Le site avait alors rapidement été bouclé et la police filtrait les entrées. L'unité de décontamination de Lintgen était sur place, ainsi que les démineurs de l'armée. Avant midi, les véhicules de pompiers continuaient d'arriver sur les lieux, a constaté un journaliste de L'essentiel. Au total, 63 personnes, dont trois ouvriers, ont été soumises à des procédures de décontamination préventive. «Aucun blessé grave n’est à recenser et le diagnostic médical fait état de blessés très légers», a expliqué le gouvernement.


Les fenêtres peuvent être ouvertes

Selon la police et les relations publiques d'ArcelorMittal, tout viendrait de deux wagons transportant de la ferraille, présents sur le site depuis la fin de la semaine dernière. «A priori, les wagons viennent d'Allemagne. Des vérifications sont en cours pour vérifier la nature des matériaux. Il pourrait s'agir de ferraille d'origine militaire neutralisée», explique le porte-parole d'ArcelorMittal. Pour l'heure, l'origine précise d'une éventuelle fuite toxique n'a pas été trouvée et les wagons et les matériaux soupçonnés ont été placés en quarantaine. Des analyses concernant le contenu des wagons se poursuivent.

Lors de l'alerte, les habitants de Differdange, Niederkorn et Oberkorn avaient été invités à laisser les fenêtres de leurs domiciles fermées. En début d'après-midi, le gouvernement a expliqué que les enfants confinés dans les écoles pouvaient quitter leur établissement scolaire, les fenêtres ne devaient plus rester fermées.

Par ailleurs, le trafic ferroviaire entre Esch-sur-Alzette et Pétange a repris normalement, après avoir été fortement perturbé durant la matinée. À noter qu'une cellule de crise a été ouverte et le ministre de l’Intérieur, Dan Kersch, a indiqué qu'un numéro d'information pour le grand public a été activé auprès de l'administration des Services de secours: 8002 8080.

Carlo Koepp, directeur du site d'ArcelorMittal

(NC/TH/FL/L'essentiel)