Rapport de l'ITM

14 septembre 2016 12:22; Act: 14.09.2016 16:23 Print

«27 000 accidents par an, c'est inacceptable»

LUXEMBOURG - Tous les ans, il y a en moyenne près de 27 000 accidents du travail et de trajet. Dans le cadre de sa restructuration, l'ITM met le paquet sur la prévention.

storybild

Nicolas Schmit, ministre du Travail, et Marco Boly, directeur de l'ITM, lors de la présentation du rapport annuel 2015. (photo: Editpress/Didier Sylvestre)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

L'inspection du Travail et des Mines (ITM) a présenté son bilan 2015. Une année charnière dans son histoire puisque son organisation a été totalement chamboulée. «Nous avons tout revu de fond en comble», a d'ailleurs souligné le ministre du Travail, Nicolas Schmit (LSAP). Le but a été de développer le pôle assistance et accueil et surtout prévention des risques de l'ITM».

Et de ce côté là, il y a en effet du pain sur la planche. Chaque année, il y a en moyenne près de 27 000 accidents du travail au Luxembourg (voir encadré). Et en 2015, 11 de ces accidents ont été mortels (et déjà 9 en 2016). «Et il n'y a pas d'amélioration, déplore Marco Boly, directeur de l'ITM. En plus, on estime que chaque année entre 1 000 et 1 200 accidentés du travail ont des lésions permanentes».

De la nécessité de recruter

Pour Nicolas Schmit, «cette situation est dramatique et inacceptable». Et le ministre de pointer du doigt de «graves négligences» dans certaines entreprises. Notamment dans le secteur de la construction. L'année dernière, sur un total de 594 accidents graves et mortels étudiés par l'ITM, 227 concernaient ce secteur.

C'est d'ailleurs pour cela que l'ITM, qui emploie actuellement 95 personnes dont 52 inspecteurs, veut recruter davantage de personnel. Pour renforcer sa présence et ses contrôles sur le terrain afin de prévenir les accidents mais aussi sanctionner les abus. La tâche n'est pas aisée. La moyenne d'âge des employés est de 49 ans et en 2015 il y a eu 19 départs (dont 8 pensionnés) et seulement 11 arrivées. Et les départs à la pension vont se multiplier dans les années à venir.

À court terme, l'administration espère embaucher 36 agents, et 200 d'ici 2025. «Nous ne voulons pas des gens pour s’asseoir dans les bureaux», souligne Marco Boly. D'ailleurs, précise Nicolas Schmit, les futures embauchés «devront certes avoir le diplôme de l’État mais surtout avoir de l'expérience dans le domaine».

(Fatima Rougi/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Raz le bol le 14.09.2016 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    Faudrait peut être aussi faire attention aux boissons. Tous les matins à la pompe à essence rue de Longwy des camionnettes s'arrêtent et les ouvriers viennent chercher des canettes de bière! Quant aux travailleurs désignés ils peuvent pas être constamment sur tous les chantiers! On a bon dire de mettre le casque on tourne le dos et le casque est enlevé!

  • Eh.....Oh... le 14.09.2016 14:23 Report dénoncer ce commentaire

    Cela représente pas moins de 75 accidents journaliers. Vous êtes convaincu de cela ?

  • Ren le 14.09.2016 13:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les travaux noir et privés qui sont réalisés en leurs congés ,faut pas oublier

Les derniers commentaires

  • LeScribe le 29.09.2016 16:46 Report dénoncer ce commentaire

    Aujourd'hui , ce sont les comptables qui font la loi dans les entreprises et seul le rendement compte. Sur les chantiers la sécurité est pratiquement inexistante. Par exemples, lors des grandes chaleurs les ouvriers ne disposaient d'aucune protection. On les laissait travailler en plein soleil! Je pense que l' ITM vit dans une bulle et elle se soucie peu de la santé des ouvriers !

  • bruno le 15.09.2016 15:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jamais travaillé au bâtiment mais je donne de la valeur au personnel qui est la 10 mois par année avec les 4 station qu on a ici. Alors les gens qui travaillent au bureau vous avez pas les week-ends ? férié ? quand je vois ici parler intempéries quelle boîte les donne? après c est vrais que si un morceau de bois ou un cailloux tombe il voit le gilet et il s arrêt ? et le casque c est la protection ultime il protège le dos jambes tête , gants pour les mains ?Mets des gants monsieur du bureau et frappes avec le marteau tu vas mieux rigoler et restes ta journée à côté de la machine et sens bien la douleur, ça sera bien pour ta santé ultime.

  • nico le 15.09.2016 14:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L ITM ne vient pas voir je telephone, moi même pour dénoncer du travail en noir ,on m'a répondu que il faut envoyer une lettre recommandee. C est ridicule ils ne veulent pas du travailler, au bureau c est plus facile..

  • bruno le 15.09.2016 14:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est vrai qu avec le casque et le gilet les ouvriers sont pas sujets des accidents

  • Plus oui mais pour faire quoi ? le 15.09.2016 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    Oui il faudrait recruter, faire venir les inspecteurs sur les chantiers et arrêter le copinage qui permet de se soustraire aux règles ... Mais en définitive il y aura plus de fonctionnaires et les deux autres aspects seront tranquillement oubliés ...