Étude PISA

06 décembre 2016 10:57; Act: 07.12.2016 10:30 Print

Les élèves du Luxembourg sous la moyenne

LUXEMBOURG - L’étude PISA sur l’éducation, révélée mardi, montre que le niveau des élèves du Grand-Duché se trouve en dessous de la moyenne des 72 pays étudiés.

storybild

Les mêmes questions ont été posées aux élèves de tous les pays étudiés. (photo: DPA)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

L’étude PISA, l’une des principales références dans le monde de l’éducation, ne pourra pas flatter les élèves du Luxembourg. La dernière version, publiée mardi, montre en effet que leur niveau se trouve sous la moyenne des pays de l’OCDE. Trois domaines ont été pris en compte dans l’étude: les mathématiques, les sciences et la compréhension de l'écrit. Les auteurs ont posé les mêmes questions à des élèves de 15 ans dans tous les pays étudiés, afin de dresser une comparaison. Celles-ci concernaient par exemple les météorites, la migration des oiseaux ou encore des problèmes à résoudre. Au Luxembourg, les 5 300 élèves interrogés pouvaient répondre aux questions en allemand ou en français (ou anglais pour les établissements anglophones), environ 80% ayant choisi l'allemand.

En sciences, la dominante de l'édition 2015, qui inclut des connaissances en physique, sciences et vie de la Terre et de l'univers, ainsi que des notions de démarches et d'explications scientifiques, les jeunes Luxembourgeois atteignent le score de 483 points, un niveau stable par rapport à la précédente étude. Mais cela représente une différence de dix points par rapport à la moyenne de l’OCDE. L’étude PISA note une égalité globale entre les garçons et les filles, sauf dans la catégorie des meilleurs élèves, où les premiers sont sur-représentés.

Moins de différence entre les établissements

En compréhension de l'écrit, le Luxembourg accuse là encore un retard. Le score ne dépasse pas 481 points, alors que la moyenne des pays étudiés atteint 493 points. Le niveau du Luxembourg est cependant en très légère hausse par rapport à la dernière étude, publiée il y a trois ans. C’est en mathématiques que le Grand-Duché se rapproche le plus des autres pays, avec une performance de 486, contre 490 en moyenne.

Les résultats moyens du Luxembourg s'expliquent en grande partie «par le contexte d'immigration du pays», a expliqué Luc Weis, directeur du Service de coordination de la recherche et de l'innovation pédagogique et technologique, lors de la présentation des résultats. En effet, le Luxembourg est le pays qui a le plus fort «contexte migratoire», selon l'étude, avec 49% des élèves. Cela concerne les élèves dont aucun des parents n'est luxembourgeois.

Le ministre sceptique

Or, «le contexte migratoire joue beaucoup dans la note finale, du fait du contexte socio-économique et de la langue différente des élèves concernés», reprend Luc Weis. Mais la différence de performance entre les établissements, énorme auparavant, s’est considérablement réduite aujourd’hui. C'est au Luxembourg que les élèves sans origine migratoire réalisent les meilleures performances dans les pays de l'OCDE, ont relevé Luc Weis et Antoine Fischbach, senior lecturer à l'Université de Luxembourg. «L'un des défis consiste à gérer l'hétérogénéité des élèves», note ce dernier.

Le ministre de l'Éducation nationale, Claude Meisch (DP), s'est montré assez sceptique par rapport à l'étude. «Nous avons les mêmes résultats à chaque fois, j'ai l'impression d'avoir rajeuni de trois ans, ironise-t-il. Je me demande si cela vaut toujours le coup d'investir de grosses sommes d'argent dans ces études. Ne vaudrait-il pas mieux directement consacrer l'argent au système éducatif?»

Claude Meisch, ministre de l'Éducation nationale

Antoine Fischbach, senior lecturer à l'Université de Luxembourg

Luc Weis, directeur du Service de coordination de la recherche et de l'innovation pédagogique et technologique

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Maximlarbustier le 06.12.2016 11:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pourtant avec tout ce que les profs gagnent ils devraient être entre les premiers au monde

  • WALFER le 06.12.2016 13:40 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait arreter de dire que c'est la faute aux eleves etrangers ou au parents. L'education nationale est completement fautive, avec tous ces changements de poitique et tous ces changements de facon de noter que personne ne comprend. Les profs doivent se remettre en question aussi, car, pas assez de competence pour enseigner dans plusieurs matieres differentes

  • loulou le 06.12.2016 12:07 Report dénoncer ce commentaire

    Mais les salaires des profs sont très au-dessus de la moyenne, voire les meilleurs.

Les derniers commentaires

  • nick/Weisen le 09.12.2016 00:46 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien beau, tous ces constats , mais ça ne change rien! Pourtant il existe des remèdes confirmés des dizaines de milliers de fois. Malheureusement pour les arrogants il existe une condition pour en apprendre plus: ne pas déjà savoir ce qu'on n'a pas encore vu. Je parle de "Study Tech" et on le trouve notamment en plusieurs langues sur able.org En gros, si l'on apprend aux élèves comment apprendre - pour comprendre et savoir appliquer - plutôt que pour régurgiter à l'examen ou au test, l'élève fait souvent le nécessaire lui même pour surmonter "ses barrières" et réussir. Incroyable mais

  • Laetitia le 07.12.2016 23:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Allez voir du côté d'Ivan Illich. N'oublions pas que les professeurs sont transmetteurs de normes, qu'ils enseignent à nos enfants les notions politiques, de citoyenneté, qu'ils transmettent des savoirs être , faire et penser.Ils contribuent tout autant que les parents à éduquer les enfants. C'est bien pour cela qu'on les appelle education nationale.

  • Laetitia le 07.12.2016 22:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est systémique

  • Laetitia le 07.12.2016 22:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voilà qui est pertinent

  • RamBo le 07.12.2016 10:53 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, nos parents et nous-mêmes avons élevé et éduqué nos enfants nous-mêmes, nous avons pris nos responsabilités et cela paie ! Malheureusement, depuis belle lurette, les enfants sont mis en crèche et maison relais très tôt, que voulez-vous qu'ils apprennent ? Le language tel que "ech gin am Geschäft", ou le language SMS "awa", "ej", "ma" etc ? Cela ne peut mener très loin !