Au Luxembourg

04 avril 2019 08:00; Act: 04.04.2019 08:06 Print

4 000 travailleurs handicapés ont un emploi

LUXEMBOURG - La part des travailleurs handicapés qui ont trouvé un emploi est en hausse ces dernières années.

storybild

Selon l'Adem, 40% des personnes handicapées candidates au travail ont aujourd’hui un emploi.

Sur ce sujet
Une faute?

Actuellement, 4 000 travailleurs handicapés ont un emploi. La moitié d’entre eux sont dans le privé, l’autre moitié est occupée auprès de l’État, d’une commune, d’un atelier protégé… Toutes les entreprises ne respectent pas encore leurs obligations légales de quotas. Parmi les 15 508 demandeurs d’emploi inscrits à l’Adem, 3 375 ont le statut de reclassé, handicapé ou les deux. 2 915 d’entre eux sont inscrits depuis plus de douze mois.

Mais la situation tend à s’améliorer. Selon l'Adem 40% des potentiels travailleurs handicapés sont aujourd’hui en emploi, contre 35% en 2015. Depuis 2017, les ministères concernés et leurs partenaires ont lancé le projet COSP-HR, qui porte ses fruits. «Une équipe pluridisciplinaire propose aux demandeurs d’emploi concernés une évaluation de leur état de santé, capacités physiques et de travail, résistance au stress, compétences sociales…», détaille Sophie Grézault, de l’Adem.

Celle-ci précise que «250 demandeurs ont déjà participé au projet, dont 210 jusqu’à la fin. 35% des candidats ont retrouvé un emploi ou intégré une initiative sociale. Les autres ont rejoint un atelier protégé, demandé une pension d’invalidité, etc.». Des mesures financières et pratiques sont aussi proposées «pour accompagner les employeurs et vaincre leur éventuelle peur de l’inconnu». «L'essentiel, ce sont les compétences. Être en fauteuil n’est pas incompatible avec la comptabilité», dit Norman Fisch, de l’Institut national pour le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • AFPL le 04.04.2019 12:30 Report dénoncer ce commentaire

    Content de ces chiffres pour les handicapés physiques. Et le handicap mental, on en parle ? De nombreuses personnes avec un handicap mental peuvent avoir un emploi, être financièrement indépendantes plutôt que d'être à la charge de la société au travers de nos impôts. D'accord avec @Henri dans sa première partie : les pénalités que doivent payer les entreprises ne font que cacher la poussière sous le tapis.

  • Moi le 04.04.2019 11:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est dejá ça mais on devrait faire plus!

  • Henri le 04.04.2019 08:37 Report dénoncer ce commentaire

    Tout simplement parce que les pénalités envers les employeurs ne sont pas suffisamment élevées, ceux-ci préférant s'en acquitter plutôt que d'avoir à gérer le reclassement d'un employé. Quant à la médecine du travail, et dont nous savons qu'elle est indirectement rémunérée par les entreprises elles-mêmes, encore un truc pour la galerie puisque c'est toujours l'employeur qui décide in fine.

Les derniers commentaires

  • Aziz Adil le 04.04.2019 18:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bonsoir, est ce que c'est vrai qu'ils prennent que des luxembourgois?

  • unikum le 04.04.2019 17:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    enfin une bonne nouvelle pour l année 2019

  • Nomi le 04.04.2019 14:45 Report dénoncer ce commentaire

    Les entreprises luxembourgeoises ont l'obligation d'employer des personnes handicapés en proportions de leurs effectifs normales . Mais certaines activités dans les entreprises ne peuvent pas être remplies par des handicapés pour des raisons diverses !

  • AFPL le 04.04.2019 12:30 Report dénoncer ce commentaire

    Content de ces chiffres pour les handicapés physiques. Et le handicap mental, on en parle ? De nombreuses personnes avec un handicap mental peuvent avoir un emploi, être financièrement indépendantes plutôt que d'être à la charge de la société au travers de nos impôts. D'accord avec @Henri dans sa première partie : les pénalités que doivent payer les entreprises ne font que cacher la poussière sous le tapis.

  • Oui mais... le 04.04.2019 12:01 Report dénoncer ce commentaire

    Il est à noter que l'état considère qu'une personne ayant des problèmes de santé mentale est à considérer comme handicapé. Ce qui est normal. Par contre chez ces handicapés, beaucoup ne sont pas des handicapés moteurs et n'ont pas de problèmes mentaux graves. L'état considère qu'une personne ayant du mal à résister au stress est à considérer comme handicapé. Malheureusement dans le privé ce genre de concessions ne sont pas possibles.