Emploi au Luxembourg

11 avril 2017 07:00; Act: 11.04.2017 09:54 Print

4 020 handicapés travaillent au Grand-​​Duché

LUXEMBOURG - Un peu plus de 1 800 salariés handicapés disponibles sont répertoriés à l’Adem. Ils rencontrent des difficultés pour trouver un emploi.

storybild

Les entreprises sont toujours réticentes à employer des handicapés.

op Däitsch
Sur ce sujet

Le dernier rapport du Centre pour l’égalité de traitement montre que le handicap est le premier facteur de discrimination. Les chiffres de l’Adem témoignent aussi des réticences des entreprises à embaucher des salariés handicapés, alors même que la loi les y oblige.

Un peu plus de 4 000 (4 020 exactement) salariés handicapés travaillaient dans le pays en 2016. Ils étaient 4 000 en 2015. Même stabilité du côté du nombre des salariés en quête d’un travail. «Le nombre de salariés handicapés disponibles en 2016 était de 1 816, contre 1 838 en 2015. Soit une baisse de 1%, mais «elle est inférieure à celle du nombre de demandeurs d’emploi en général qui a diminué de 3,9%», précise-t-on à l’Adem. «De plus, 63% des salariés handicapés n’ont pas dépassé la classe de 11e (technique) ou de 3e (classique). Et seuls 5% d’entre eux ont réalisé des études supérieures».

Selon Norman Fisch, de l’Institut national pour le développement durable et la responsabilité des entreprises (INDR), ces chiffres doivent être relativisés. «Certains salariés ne souhaitent pas être identifiés comme des personnes souffrant d’un handicap. Quand ils sont embauchés, ils n’apparaissent pas dans les quotas», estime-t-il. Mais il ne nie pas pour autant le problème. «L’UEL, l’INDR, l’OGBL et le LCGB ont signé en décembre 2015 une charte pour promouvoir l’égalité des chances des personnes handicapées sur le marché de l’emploi. Mais le processus de sensibilisation est long et certaines entreprises sont peu ou mal informées. Nous multiplions les actions pour changer la donne».

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • perruque_de_trump le 11.04.2017 07:28 Report dénoncer ce commentaire

    Les patrons sont ils vraiment réticients à embaucher des personnes handicapées? Je ne vois pas pourquoi un patron n'embaucherait pas qqn en chaise roulante si c'est pour travailler devant un ordinateur. Maintenant bien-sûr, s'il faut embaucher quelqu'un qui doit travailler debout (comme un serveur par exemple) c'est plus compliqué d'embaucher qqn en chaise roulante ou un manchot! Bref, il se peut tout simplement qu'il y ait un décalage entre les compétences des personnes handicapés et ce que recherchent les patrons.

  • Michel le 11.04.2017 17:31 Report dénoncer ce commentaire

    Difficulté ? Je suis travailleurs handicapés et Adem ma pas proposer une seule offre d’emploi depuis 15 ans quoique mon handicap n’est pas visible et il m'empêche pas de travailler. Les seuls actions qui prétendent à faire c'est de nous payer et de nous oublier.

  • Besenise le 11.04.2017 14:29 Report dénoncer ce commentaire

    plus d'un an que j'attends que le conseil arbitral me convoque pour statuer de mon invalidité. C'est tout juste lamentable et honteux. Je suis dans une situation critique parce que je dois attendre mon sort!!!

Les derniers commentaires

  • Michel le 11.04.2017 17:31 Report dénoncer ce commentaire

    Difficulté ? Je suis travailleurs handicapés et Adem ma pas proposer une seule offre d’emploi depuis 15 ans quoique mon handicap n’est pas visible et il m'empêche pas de travailler. Les seuls actions qui prétendent à faire c'est de nous payer et de nous oublier.

  • Besenise le 11.04.2017 14:29 Report dénoncer ce commentaire

    plus d'un an que j'attends que le conseil arbitral me convoque pour statuer de mon invalidité. C'est tout juste lamentable et honteux. Je suis dans une situation critique parce que je dois attendre mon sort!!!

  • anonymement le 11.04.2017 09:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour commentaire MR perruque de Trump pour info une personne handicapée n'est pas forcément en chaise roulante.....................

    • Mikris le 11.04.2017 09:59 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait exacte.

    • perruque_de_trump le 11.04.2017 11:30 Report dénoncer ce commentaire

      J'en suis bien conscient. Ce que je voulais dire, c'est qu'il se peut très bien qu'il y ait un décalage (du à l'handicap ou non, mais je dirais assez souvent du à l'handicap) entre les talents que les handicapés peuvent fournir et ce que recherchent les patrons.

  • perruque_de_trump le 11.04.2017 07:28 Report dénoncer ce commentaire

    Les patrons sont ils vraiment réticients à embaucher des personnes handicapées? Je ne vois pas pourquoi un patron n'embaucherait pas qqn en chaise roulante si c'est pour travailler devant un ordinateur. Maintenant bien-sûr, s'il faut embaucher quelqu'un qui doit travailler debout (comme un serveur par exemple) c'est plus compliqué d'embaucher qqn en chaise roulante ou un manchot! Bref, il se peut tout simplement qu'il y ait un décalage entre les compétences des personnes handicapés et ce que recherchent les patrons.

    • @perruque le 11.04.2017 08:13 Report dénoncer ce commentaire

      C'est un peu plus compliqué que ce que vous décrivez: il y a des conséquences logistiques et matérielles qui demande un investissement supplémentaire de la patron. Et cela veut dire réticences. P.ex. Il y a déjà l'accès au batiment qui doit souvent être revu et adapté. Il ya les sanitaires adaptés qui doivent être mis en place. Et j'en passe ..