Emplois au Luxembourg

25 février 2020 10:21; Act: 25.02.2020 11:24 Print

46 emplois supprimés dans la crèche L’Abeille

LUXEMBOURG – Un plan social au sein de la crèche L’Abeille, de la Banque européenne d’investissement, a été annoncé mardi. La direction a confirmé.

storybild

Les enfants des employés de la BEI devront trouver une autre solution. (photo: Editpress/Claude Lenert)

Sur ce sujet
Une faute?

Des emplois vont bien être supprimés au sein de la crèche L’Abeille, qui accueille les enfants du personnel de la Banque européenne d'investissement (BEI). Un plan social concernant 46 salariés a été annoncé mardi par les syndicats OGBL et LCGB, qui évoquent une cessation d’activité. La direction, contactée par L’essentiel, a confirmé l’information, mais n’a pas voulu donner davantage de détails dans l’immédiat, attendant pour cela l’issue d’une réunion prévue avec les syndicats en fin de matinée. La BEI n'a pas encore réagi.

Les représentants du personnel dénoncent «l’urgence de cette décision» et une «indifférence envers les salariés concernés». Ils demandent la mise en place d’une «politique de sauvegarde» des emplois et réfléchissent à «utiliser tous les moyens légaux pour soutenir les salariés». «La BEI ne peut se défiler par rapport à ses responsabilités, ils ne peuvent pas se débarrasser de la crèche aussi brutalement», a indiqué à L'essentiel Céline Conter, secrétaire syndicale LCGB.

La crèche L’Abeille est installée au sein des locaux de la BEI depuis 1995, dans le quartier du Kirchberg. Mais le contrat entre l'employeur et le prestataire va être rompu, d’où la fin de l’activité de la crèche. La date n'est pas encore connue avec certitude, «mais jusqu'à présent on évoquait la fin du mois d'août», reprend Céline Conter. La crèche profite actuellement à 70 enfants, dont les parents devront trouver d'autres solutions à l'avenir, avec la compensation qu'offrira leur employeur.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fonctionnairechanceux le 25.02.2020 10:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    70 enfants et 46 salariés, c'est du luxe cette crèche

  • kango le 25.02.2020 10:52 Report dénoncer ce commentaire

    46 salariés pour 70 enfants !!!

  • un petit cours le 25.02.2020 13:43 Report dénoncer ce commentaire

    46 employés à 5 semaines de vacances, cela fait qu'il manque constament 5 employés à plein temps. ensuite amplitude de 06:30 à 19:00 soit 13:30 d'ouverture, donc il reste 20 postes pour 70 enfants, soit au mieux 1 pour 3.5 et si des éduc sont malades alors on arrive à 1 pour 4 voir 5. merci les chèques services pour que nous puissions mettre nos enfants dans les crêches luxembourgeoises

Les derniers commentaires

  • Tome le 26.02.2020 22:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il n y a pas d huissier.

  • taxi le 26.02.2020 19:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La plupart de ces gens l’argent leur est monté à la tête.

  • taxi le 26.02.2020 19:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ces gens qui travaillent pour .E.U ont toujours privilégiés.

  • sycloux le 26.02.2020 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    Les crèches se sont un bon emplacement de travail:les crèches il en faut,manque de personnel,manque de sous,c'est inévitable,maintenant je crois au gouvernement,pour bouger les choses en avant toute!!!!!

  • Thionvillois le 25.02.2020 21:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ca c'est pas grave du tout, tout le monde subit la crise après tout !