Au Luxembourg

21 avril 2016 07:30; Act: 21.04.2016 09:49 Print

49 enquêtes en cours pour «viol sur mineur»

LUXEMBOURG - La suspension d'un enseignant de l'école de Bissen, soupçonné d'attouchements sur des fillettes, démontre la complexité des enquêtes en la matière.

storybild

Un instituteur est soupçonné d'attouchements sur enfants à Bissen. (photo: Editpress)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

La suspension d'un enseignant de l'école de Bissen soupçonné d'attouchements sur des fillettes met en lumière la complexité des enquêtes en la matière, notamment en ce qui concerne la circulation d'informations. L'Éducation nationale sera «le plus souvent mise au courant» par le parquet si des investigations sont menées sur un enseignant par exemple.

Présomption d'innocence oblige, les autorités judiciaires ne sont toutefois «pas obligées de le faire», selon le ministère. Traités en toute discrétion, les cas présumés de pédophilie entraînent une «mise en congé» de la personne citée «jusqu'à ce que l'affaire passe en justice». Le ministère de l'Éducation nationale est systématiquement informé en cas de condamnation. L'avenir de la personne au sein du milieu scolaire «dépendra ensuite des faits», mais la peine prévoit souvent une interdiction de contacts avec les enfants.

Autre garde-fou mis en place il y a trois ans, le bulletin «mineur» du casier judiciaire recense les éventuelles condamnations pour des éléments impliquant un enfant. Le contrôle de cet élément du casier est réalisé par les institutions éducatives publiques, avant recrutement.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Clairvoyant le 21.04.2016 07:48 Report dénoncer ce commentaire

    Le mode de fonctionnement de certaines administrations et l'omerta sur les manquements "des collègues" font froid dans le dos s'agissant de crimes tels que ceux visés par l'article. En espérant que les mécanismes de prévention/dénonciation éviteront que des faits si graves soient couverts par corporatisme.

  • il faut révéler les choses le 21.04.2016 08:57 Report dénoncer ce commentaire

    Il est urgent de prendre le problème de viol très au sérieux, mais il y en a un autre qu'on appelle l'inceste, celui là n'est jamais évoqué, aurait-on peur de ce mot dégradant...! Chez nous c'est beaucoup plus courant que nous pouvons l'imaginer...!

  • Pas confiance en l'enseignement public : le 21.04.2016 13:27 Report dénoncer ce commentaire

    Cette année en 2.2 (7/8ans), un gamin se lève sur une chaise, baisse son pantalon et sous-vêtements, et touche ses parties intimes en plein cours. Ma fille me raconte , je vais donc voir l'enseignante qui se justifie d'abord de sa non-attention (bavardage avec collègue de la classe d'à-côté...), et ne semble pas plus choqué que cela. Le soir-même traditionnel réunion parents-profs, et pas un mot. Plus tard, l'enseignante essayera de faire une réputation de menteuse à ma fille alors que les faits sont avérés pour cacher sont manque d'attention. Imaginez en cas d'agression sexuelle leur réaction

Les derniers commentaires

  • realite le 21.04.2016 19:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L état francais pense : touchez à mes enfants mais pas à mon argent ! Car un violeur ou pedophile prendra toujours moins de condamnation qu un voleur !

  • faut pas s'enflammer le 21.04.2016 15:34 Report dénoncer ce commentaire

    moi je pense qu'il voulait juste apporter affection et amour à l'enfant, rien de grave...

    • mea culpa le 21.04.2016 17:47 Report dénoncer ce commentaire

      C'est comme les prêtres.....une mauvaise interprétation du "laissez venir à moi les petits n'enfants" et hop le gamin se retrouve vite à jouer avec son gros jésus. Oui, je sais, j'ai honte de moi....

  • Pas confiance en l'enseignement public : le 21.04.2016 13:27 Report dénoncer ce commentaire

    Cette année en 2.2 (7/8ans), un gamin se lève sur une chaise, baisse son pantalon et sous-vêtements, et touche ses parties intimes en plein cours. Ma fille me raconte , je vais donc voir l'enseignante qui se justifie d'abord de sa non-attention (bavardage avec collègue de la classe d'à-côté...), et ne semble pas plus choqué que cela. Le soir-même traditionnel réunion parents-profs, et pas un mot. Plus tard, l'enseignante essayera de faire une réputation de menteuse à ma fille alors que les faits sont avérés pour cacher sont manque d'attention. Imaginez en cas d'agression sexuelle leur réaction

    • Ciné Marre le 21.04.2016 15:35 Report dénoncer ce commentaire

      Mais c'est merveilleux! Cette enseignante cache son manque de courage et de compétence en mentant ouvertement! Elle devrait plutôt faire en sorte de garder le contrôle et le respect au sein de sa classe. En effet, si elle baisse les bras devant un gamin de 7/8 ans, que fera-t'elle devant un ado de 11 / 12 ans dans la dernière classe de primaire? Le minimum aurait été une bonne punition pour le gamin et la convocation des parents illico presto!

  • Papa le 21.04.2016 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonjour il ne faut pas juger et accuser une personne de fait aussi graves, c'est évident que cela existe malheureusement, étant Père d'une élève de cette classe, la mère à expliqué en réunion les motivations de sa plainte et c'est plutôt non fondée, alors messieurs , laissons faire l'enquête... Svp merci

    • Ciné Marre le 21.04.2016 15:36 Report dénoncer ce commentaire

      Sauf qu'il y a 49 plaintes....

    • heuuuuu..... le 21.04.2016 17:49 Report dénoncer ce commentaire

      Certes, mais pas pour le même enseignant. Si j'ai bien compris c'est pour l'ensemble du Luxembourg non ?

  • J'hallucine le 21.04.2016 11:00 Report dénoncer ce commentaire

    A partir du moment où il y a le moindre soupçon, il devrait y avoir interdiction automatiquement de contact avec des enfants. Quelle est la proportion de personnes soupçonnées injustement, par rapport aux victimes réelles?? Si pour 100 cas déclarés, 10 l'ont été sans fondement et que 90 s'avèrent vrais (je ne connais pas du tout les chiffres), alors cela signifie que nous vivons dans un système qui "protège" plus les bourreaux que leurs victimes. Une victime=qqn au mauvais endroit au mauvais moment... Un bourreau=qqn à qui des circonstances atténuantes seront trouvées...

    • @J'hallucine le 21.04.2016 11:12 Report dénoncer ce commentaire

      Ce qu'ils ont fait!

    • @J'hallucine le 21.04.2016 11:51 Report dénoncer ce commentaire

      lisez l'article: Traités en toute discrétion, les cas présumés de pédophilie entraînent une «mise en congé» de la personne citée «jusqu'à ce que l'affaire passe en justice».

    • Perplexe le 21.04.2016 22:04 Report dénoncer ce commentaire

      Et si au final la personne est innocente ? La mise en congé dure combien de temps ? La justice est-elle rapide pour trancher ?