Au Luxembourg

19 septembre 2019 06:54; Act: 19.09.2019 09:21 Print

708 revolvers de la police vendus aux enchères

LUXEMBOURG - Une société allemande a acheté aux enchères 708 revolvers de la police. Une opération qui a rapporté 325 484 euros.

storybild

Le remplacement des revolvers a coûté plus de 2 millions d'euros. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est une première au Luxembourg, et un procédé assez surprenant pour motiver une question parlementaire de déi Lénk. Au mois de juillet, 708 revolvers Smith & Wesson ayant appartenu à la police ont été vendus aux enchères, «à un professionnel allemand», pour la somme de 325 484 euros, a indiqué mercredi la ministre de la Justice, Sam Tanson.

Pour rappel, les armes de la marque américaine avaient été abandonnées par la police il y a trois ans, en raison de défauts d'utilisation. «360 armes non conformes ont été détruites», précise Sam Tanson. D'autres ont été conservées dans l'armurerie de la police grand-ducale «pour des raisons de collection». Les policiers eux-mêmes ont également pu racheter leur arme de service, après obtention d'une autorisation de détention d'arme.

Pour la ministre de la Justice, cette opération de revente fructueuse n'a rien d'exceptionnel. «Il est d'usage que le ministère des Finances procède à des ventes publiques de biens incorporés dans le domaine de l'État». Reste la particularité des biens en question, des pistolets au risque létal. «Ce sont des armes standard disponibles sous cette forme sur le marché civil». Selon Sam Tanson, toutes les dispositions juridiques ont été respectées du début de l'enchère au transfert des armes.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Duchesse de montmiraille le 19.09.2019 07:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vends 700 pistolets jamais servi, état neuf

  • luxo le 19.09.2019 21:44 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui est choquant c'est que des armes ont été vendu à des policiers. Aucun Luxembourgeois ne devrait posséder une arme à son domicile. Si elles étaient dangereuses pour les policiers en activité, pourquoi elles ne le serait plus au mains d'un civil?

  • gazeleau le 19.09.2019 10:47 Report dénoncer ce commentaire

    Je lis "en raison de défauts d'utilisation". Pour répondre à certains coms, ce n'est donc pas un défaut de l'arme et ce ne peut pas être imputé au fabricant. Je comprends plus qu'elles n'étaient plus adaptées aux procédures ou à l'exigence de sécurité de la police. Quant à l'acheteur, professionnel, si ce n'était pas par cette vente, il les auraient certainement achetée ailleurs. ça peut gêner l'éthique de ceux qui trouvent qu'il y a trop d'armes en circulation, ça se comprend aussi.

Les derniers commentaires

  • luxo le 19.09.2019 21:44 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui est choquant c'est que des armes ont été vendu à des policiers. Aucun Luxembourgeois ne devrait posséder une arme à son domicile. Si elles étaient dangereuses pour les policiers en activité, pourquoi elles ne le serait plus au mains d'un civil?

  • inconnu le 19.09.2019 12:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cela dépend des gens comment ils les utilisent, la loi dit que les armes chez sois doivent être déchargées et chargeur et munitions séparées de l'arme et conditionnés de manière que personne puisse les atteindre, en autres mots les mettres sous clefs, et interdit de charger à la maison

  • gazeleau le 19.09.2019 10:47 Report dénoncer ce commentaire

    Je lis "en raison de défauts d'utilisation". Pour répondre à certains coms, ce n'est donc pas un défaut de l'arme et ce ne peut pas être imputé au fabricant. Je comprends plus qu'elles n'étaient plus adaptées aux procédures ou à l'exigence de sécurité de la police. Quant à l'acheteur, professionnel, si ce n'était pas par cette vente, il les auraient certainement achetée ailleurs. ça peut gêner l'éthique de ceux qui trouvent qu'il y a trop d'armes en circulation, ça se comprend aussi.

  • la deux le 19.09.2019 10:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    459 € 1 fusil.... pourquoi les vendre surtout si ces derniers peuvent encore faire de longues années de service

  • Tintin le 19.09.2019 08:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et où vont ces armes maintenant ??