Au Luxembourg

18 juin 2019 08:00; Act: 18.06.2019 11:24 Print

850 000 dossiers de soins partagés déployés fin 2019

LUXEMBOURG - En phase-pilote depuis quatre ans, le dossier de soins partagé sera généralisé d’ici la fin de l’année par l’agence eSanté.

storybild

Le dossier de soins partagé concerne tous les affiliés à la CNS. (photo: Pexels)

Sur ce sujet
Une faute?

Dossier électronique personnel sécurisé centralisant toutes les informations de santé essentielles d’un patient, le dossier de soins partagé (DSP) est à l’essai depuis le mois de juin 2015. En quatre ans, ce sont environ 57 000 DSP qui ont été ouverts au bénéfice des patients, selon les ministres de la Santé et de la Sécurité sociale, Étienne Schneider et Romain Schneider.

Répondant à une question de la députée Françoise Hetto-Gaasch (CSV), ils ajoutent encore qu’au total quelque 240 000 documents ont été échangés entre praticiens via ces DSP. Si les principaux acteurs du domaine de la santé comme les quatre hôpitaux publics, des laboratoires d’analyse ou encore Hëllef Doheem et Help ont pu travailler et améliorer la plateforme électronique commune, des incertitudes subsistent sur l’utilisation des données des patients, et en particulier sur leur protection.

850 000 personnes affiliées

«Le DSP restera en phase de test jusqu’à ce que le cadre législatif soit finalisé», font savoir les deux ministres. Selon toute vraisemblance, une fois les derniers obstacles juridiques surmontés, l’agence eSanté pourrait déployer, cette année encore, les DSP pour chacun des affiliés à la Caisse nationale de santé.

Selon Romain Schneider, le Luxembourg compte quelque 850 000 personnes affiliées. Ce seront donc autant de dossiers de soins partagés qui devront être mis en œuvre avant la fin de cette année.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • oui, et non ... le 18.06.2019 09:00 Report dénoncer ce commentaire

    les dispositions visant à respecter la confidentialité des données personnelles réglementées par le RGPD sont très light; un peu mode "Apple". Les données de masse peuvent être collectées et pourquoi pas "être commercialisées" auprès d'organismes bienveillants comme les assurances pe.

  • Unicorn le 18.06.2019 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    Le plus important serait une meilleure structure du dossier d'un patient, un médecin a rarement le temps de consulter une pagaille de fiches, et risque de passer à côté d'un détail dans le passé, et poursuivre sur un diagnostic erronné.

  • ITA le 18.06.2019 10:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attention aux hackers !!! On peux faire de tout avec des données pareilles ! Et surtout on peux ruiner une ou plusieures personnes par usurpation de identité ! Ces e-Dossiers sont une arme à Double Trançant ! :-/

Les derniers commentaires

  • pffff le 18.06.2019 13:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Espérons que ce soit positif !on n’avait dit que l’informatique faciliterait bcp de démarches moi je vois qu’on n’est juste de plus en plus occupé a avoir besoin de plus en plus de paperasse partout

  • fais gaffe à mes données !! le 18.06.2019 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    Y'a intérêt que les données soient hyper sécurisées.

  • Unicorn le 18.06.2019 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    Le plus important serait une meilleure structure du dossier d'un patient, un médecin a rarement le temps de consulter une pagaille de fiches, et risque de passer à côté d'un détail dans le passé, et poursuivre sur un diagnostic erronné.

  • ITA le 18.06.2019 10:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attention aux hackers !!! On peux faire de tout avec des données pareilles ! Et surtout on peux ruiner une ou plusieures personnes par usurpation de identité ! Ces e-Dossiers sont une arme à Double Trançant ! :-/

    • Jacques le 18.06.2019 10:41 Report dénoncer ce commentaire

      La problématique n'est pas nouvelle. Je fais 100x plus confiant à des données centralisées, qu'au PC de mon médecin généraliste qui n'a même pas sécurisé avec un mot de passé, son réseau WiFi.

  • Sébastien le 18.06.2019 10:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    très bonne idée. il faudra juste que les hôpitaux jouent le jeu ce qui n'est pas le cas pour le moment. j'en ai un et il est vide alors que je passe mon temps a l'hôpital