Lasagnes au cheval

20 février 2014 07:37; Act: 20.02.2014 09:39 Print

Après le scandale, quelle sécurité alimentaire?

LUXEMBOURG – Impossible de manger des lasagnes sans y penser. Début 2013, cette fraude alimentaire a marqué l’opinion. Depuis, quelles mesures ont été prises au Grand-Duché?

storybild

Distinguer de la viande de cheval de celle de bœuf reste difficile, surtout après préparation. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

C’était il y a un an. Tous les consommateurs européens frémissaient en découvrant qu’ils avaient mangé de la viande de cheval – dans le meilleur des cas - quand ils croyaient dévorer du bœuf. Le Luxembourg n’avait pas échappé à cette crise. De la viande étiquetée 100% pur bœuf et vendue par le grossiste hollandais Selten avait alors été interceptée par l'Inspection vétérinaire du Luxembourg.

L’affaire avait été suffisamment grave pour que le député Henri Kox et son homologue européen Claude Turmes réclament au gouvernement la création d’un ministère pour la protection des consommateurs. Vœu exaucé lors de la formation du gouvernement Bettel, en décembre 2013, puisque Fernand Etgen, a pris en charge, outre l’agriculture et la viticulture, le premier portefeuille au Luxembourg de la protection des consommateurs. Dans ce ministère, on reconnaît cependant que le champ et le périmètre de compétence n’ont pas encore été définis. «Il y a un travail de préparation important – justifie-t-on - pour limiter ce vaste sujet» qui touche à la fois aux domaines de l’économie, de la santé, de la sécurité et de la fraude.

La confiance, première victime

Ces affaires de fraude qui ne remettaient pas en cause «la sécurité alimentaire car il n’y a pas eu de risques pour la santé», indique Félix Wildschutz, directeur de l’Inspection vétérinaire au Luxembourg, ont néanmoins eu des conséquences. La Commission européenne a lancé une campagne d’analyses ADN des viandes dans tous les États membres. Au Luxembourg – où la production est assez faible -, une douzaine de tests ont été réalisés, entre mars et juillet 2013. Un seul s’est révélé défavorable et le lot a été détruit avant sa distribution. Depuis, l’entreprise incriminée procède à des tests ADN de toutes les viandes qu’elle reçoit pour son approvisionnement.

S’il n’y a aujourd’hui que peu de doute pour la production alimentaire grand-ducale, il est cependant impossible de contrôler tous les produits travaillés qui entrent au Luxembourg. Mais plus que des autorités et des contrôles qui augmentent le coût (un test ADN coûte entre 200 et 300 euros), c’est aussi peut-être au consommateur d’être vigilant. «Il est logique qu’un plat cuisiné à 1 ou 2 euros ne puisse pas contenir du steak», explique Félix Wildschutz.

La Commission a cependant recommandé une nouvelle campagne d’analyse ADN, qui démarrera début mars au Luxembourg. Ce nouveau test s’explique par la récente fermeture de l’abattoir de Dodewaard, au centre des Pays-Bas, «où plus de chevaux y entraient qu’ils n’en sortaient», ironise un responsable des autorités sanitaires. La distribution de 690 tonnes de viande est aujourd’hui bloquée par les services vétérinaires néerlandais (NVWA) mais la fraude remonterait à plus d’une année… L’émotion passée, les affaires continuent.

(Frédéric Ruaz/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Poppy le 20.02.2014 08:38 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas que la viande qu'il faut contrôler. J'ai actuellement dans mon frigo un paquet de beurre bio que j'ai acheté dans la plus célèbre chaîne de supermarchés luxembourgeois et qui est déjà ranci UN MOIS avant la date indiquée sur le paquet!!

  • Vincent Cent le 20.02.2014 11:23 Report dénoncer ce commentaire

    La sécurité alimentaire c'est d'aller chez un boucher que vous connaissez, qui choisit ses bêtes dans de petits élevages proches de sa boutique et qui connait son métier. Ceux qui ne sont pas capables de suivre ces principes élémentaires de bon sens continueront à manger de la m... En principe la Loi ne protège pas les imbéciles.

  • esteban le 20.02.2014 08:35 Report dénoncer ce commentaire

    Selon Félix Wildschutz, c'est au consommateur d'être vigilent, un plat de lasagne à bas prix ne peut pas contenir de steak. Mais les consommateurs même vigilants, sur quoi se basent t'ils pour se renseigner sur le plat qu'ils consomment. Sur l'étiquette bien sur, si l'étiquetage est faux alors le consommateur fait comment, il doit procéder lui-même à des tests ADN? Les responsables sont d'abord les grossistes en viande ensuite les politiciens qui sont incapables de mettre en place des mesures adéquates !

Les derniers commentaires

  • Vincent Cent le 20.02.2014 11:23 Report dénoncer ce commentaire

    La sécurité alimentaire c'est d'aller chez un boucher que vous connaissez, qui choisit ses bêtes dans de petits élevages proches de sa boutique et qui connait son métier. Ceux qui ne sont pas capables de suivre ces principes élémentaires de bon sens continueront à manger de la m... En principe la Loi ne protège pas les imbéciles.

    • 20 100 le 20.02.2014 22:53 Report dénoncer ce commentaire

      Donne-moi l'adresse de ton boucher qui vend des lasagnes surgelées préparées avec des bêtes qu'il choisit dans des petits élevages proches de sa boutique...

  • stella le 20.02.2014 10:02 Report dénoncer ce commentaire

    faux pour les prix: tous est la même chose avec d'autres emballages pour les différentes marques comme pour tout d'ailleurs; ça n'a rien avoir avec les prix

  • marie ange le 20.02.2014 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    faites comme moi, faites les vous même, c'est tellement meilleur

  • cassepasles le 20.02.2014 08:45 Report dénoncer ce commentaire

    «Il est logique qu’un plat cuisiné à 1 ou 2 euros ne puisse pas contenir du steak», explique Félix Wildschutz.c’est aussi peut-être au consommateur d’être vigilant alors lui il peut déjà retourner se coucher.... du steak d'accord mais une partie du boeuf c'est tout a fait possible. surtout vu l'infime quantité de viandes ds ces plats. Reponsabilisé le consomateur au lieu de faire son boulot, c'est tellement simple...

  • Poppy le 20.02.2014 08:38 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas que la viande qu'il faut contrôler. J'ai actuellement dans mon frigo un paquet de beurre bio que j'ai acheté dans la plus célèbre chaîne de supermarchés luxembourgeois et qui est déjà ranci UN MOIS avant la date indiquée sur le paquet!!