Union européenne

13 septembre 2016 07:59; Act: 13.09.2016 10:10 Print

Asselborn demande que la Hongrie sorte de l'UE

LUXEMBOURG - Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, a appelé mardi à l'exclusion de la Hongrie de Viktor Orban de l'Union européenne.

storybild

Jean Asselborn a une nouvelle fois dénoncé l'attitude de la Hongrie. (photo: AP)

op Däitsch
Sur ce sujet

Dans un entretien publié mardi dans le journal allemand Die Welt, Jean Asselborn s'est une nouvelle fois montré intraitable avec la Hongrie. «Nous ne pouvons pas accepter que les valeurs fondamentales de l'Union européenne soient massivement bafouées», a soutenu le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères.

«Des gens tels qu'Orban ont conduit à ce que l'UE donne l'image d'une Union qui ose à l'extérieur défendre des valeurs qu'elle n'est plus capable de maintenir à l'intérieur» du bloc, a déploré Jean Asselborn, à quelques jours d'un sommet des dirigeants européens à Brastilava sur l'avenir du projet européen.

Changer les règles d'exclusion

«Ceux qui, comme la Hongrie, bâtissent des clôtures contre des réfugiés de guerre, qui violent la liberté de la presse ou l'indépendance de la justice, devraient être temporairement, voire même définitivement, exclus de l'UE», a-t-il insisté, ajoutant que l'exclusion est «la seule manière de préserver la cohésion et les valeurs de l'Union européenne».

Cette possibilité d'exclusion pour violations des valeurs fondamentales du bloc est prévue dans les traités européens mais requiert l'unanimité des États membres, ce qui rend son application très difficile. «C'est le problème, et Orban le sait bien [...] cela aiderait si l'on pouvait changer les règles afin que l'exclusion d'un pays de l'UE ne requiert plus l'unanimité», a ajouté le ministre luxembourgeois.

Viktor Orban, qui tient un discours antimigrants virulent, organise en octobre un référendum sur le plan européen de répartition des réfugiés. Cette consultation marquera une nouvelle étape dans les rapports tendus du gouvernement Orban avec les institutions européennes qui, depuis son arrivée au pouvoir en 2010, lui ont régulièrement reproché de porter atteinte à l'état de droit et à l'équilibre des pouvoirs dans son pays.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rigoberta le 13.09.2016 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    Asselborn, comme le reste des apparatchik, n'aime pas du tout que le gouvernement hongrois applique la volonté de son peuple.

  • Emile le 13.09.2016 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    Oui, Orban est un quasi-dictateur et un copain de Putin, qui mène une politique contraire aux valeurs de l'UE. Mais c'est quand même Merkel qui a décidé quasi unilatéralement, et sans consulter les autres pays européens, qu'il fallait ouvrir grand les bras aux réfugiés.

  • Creyateur le 13.09.2016 12:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est bizarre parce qu'aucun politicien ne vit dans un village avec des réfugiés ou proche d'un centre de réfugiés. Aucun non plus ne met ses enfants dans une école avec un gros contingent de réfugiés.. Et le financement de tout de ce flux migratoire est fait avec notre travail. La question est simple, à quel moment ces hommes se sentent-ils concernés par ce qu'il se passe ?

Les derniers commentaires

  • realite le 15.09.2016 13:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @lucas en gros si Russie et Turquie nous attaque nous sommes fichus d avance . Si la Turquie êst avec nous pas pareil .

  • realite le 15.09.2016 13:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @lucas certains veulent intégrer la Turquie pour pouvoir profiter de leur force de frappe armee qui est énorme , et ç êst un pays bien situé stratégiquement en cas de guerre .

  • realite le 15.09.2016 13:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @guy444. Je vous adore +1

  • realite le 15.09.2016 13:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    +1 Émile

  • Claude le 14.09.2016 12:23 Report dénoncer ce commentaire

    Pour une fois qu'un politician à des boules! Bravo Jean, moi je suis d'accord avec vous.