Sur le rail

08 mai 2017 16:06; Act: 09.05.2017 12:54 Print

CFL et SNCF renforcent leurs échanges «sécurité»

LUXEMBOURG - Près de trois mois après la collision mortelle de deux trains à Dudelange, François Bausch revient sur les premières mesures prises sur le réseau.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Il y a près de trois mois, le 14 février, un train de voyageurs et un autre de marchandises entraient en collision à Dudelange, faisant un mort et de spectaculaires dégâts. Le 21 mars, le rapport d’expertise préliminaire a révélé qu'une double erreur, humaine et technique, était à l'origine du drame. Le conducteur du train de voyageurs n’a pas vu le premier signal et le système d’aide à la conduite n’a pas fonctionné, ne permettant pas au système dit MEMOR II+ d’enclencher le freinage.

Fin mars, une note interne de la SNCF révélait à son tour que d'autres trains n'avaient pas reçu le fameux premier signal, même après l'accident mortel et sur des rames pourtant vérifiées par la SNCF. François Bausch, ministre du Développement durable et des Infrastructures, confirme en réponse parlementaire «quatre cas de non-répétition de signaux sur les automotrices TER de la SNCF à l'entrée de la gare de Luxembourg, dont trois en date du 17 mars et un le 20 mars».

Meilleur échange d'informations

«Un renforcement du dialogue sécurité entre les CFL et la SNCF a été mis en place en optimisant l'échange d'informations», ajoute François Bausch. Le ministre rappelle ainsi quelques mesures qui ont suivi la collision, parmi lesquelles une meilleure fréquence pour les contrôles du matériel: le système d'aide à la conduite comme les brosses, situées sous la locomotive, qui transmettent le signal au conducteur dans la cabine.

Durant deux semaines, après le 14 février, les cheminots français ont refusé de monter dans leur machine jusqu’à ce que des garanties de sécurité leur soient apportées. Ils ont finalement repris le travail fin février, satisfaits des réponses apportées par les CFL et la SNCF.

(NC/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Philippe le 08.05.2017 20:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mon père ancien cheminot m'a toujours dit que lorsqu'il devait aller au Luxembourg il n'était pas tranquille. Le problème ne date donc pas d'hier.

  • Henri le 08.05.2017 22:43 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi on parle toujours d’erreur humaine, malgré que non-démontrée. En réalité il est prouvé que le système obsolète à crocodiles, qui date du 19ieme siècle, était en cause.

  • Luxo le 08.05.2017 17:58 Report dénoncer ce commentaire

    Je remercie les cheminot Français qui ont fait passer la sécurité des passagers avant celle de leurs fiches de paye. Aujourd'hui nous savons que leurs comportements était justifié, car aprés l'accident la sécurité n'était pas garantie.

Les derniers commentaires

  • Henri le 08.05.2017 22:43 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi on parle toujours d’erreur humaine, malgré que non-démontrée. En réalité il est prouvé que le système obsolète à crocodiles, qui date du 19ieme siècle, était en cause.

    • moimeme le 09.05.2017 10:47 Report dénoncer ce commentaire

      Non, l’enquête est toujours en cours, mais a priori le système n'a pas réagi suite à une erreur humaine, il y aurait bien eu 2 événements qui se sont enchaînes...

  • Philippe le 08.05.2017 20:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mon père ancien cheminot m'a toujours dit que lorsqu'il devait aller au Luxembourg il n'était pas tranquille. Le problème ne date donc pas d'hier.

    • LOKZ le 08.05.2017 22:15 Report dénoncer ce commentaire

      le train sortait d'entretien dans un atelier SNCF. En effet nous avions des raisons de ne pas être tranquilles quand nous voyageons en TER.

  • Luxo le 08.05.2017 17:58 Report dénoncer ce commentaire

    Je remercie les cheminot Français qui ont fait passer la sécurité des passagers avant celle de leurs fiches de paye. Aujourd'hui nous savons que leurs comportements était justifié, car aprés l'accident la sécurité n'était pas garantie.