Programme de l'Adem

03 mars 2017 12:06; Act: 03.03.2017 17:38 Print

Chômeurs, ils sont devenus leur propre patron

LUXEMBOURG - Le programme Fit4Entrepeneurship, dont le premier bilan a été dressé ce vendredi, a notamment permis à Izabela et Lionel de créer leur entreprise.

storybild

Le programme Fit4Entrepeneurship, qui a été lancé en 2015, a permis à Izabela et Lionel de créer leur entreprise. (photo: L'essentiel)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

70% des emplois sont créés dans les PME: c'est face à ce constat que l'Adem, en collaboration avec la Chambre de commerce et la Chambre des métiers a décidé de lancer Fit4Entrepreneurship en 2015. Ce programme, qui propose des sessions de formation et coaching de deux mois, dispose d'un budget de 450 000 euros sur deux ans, financé à 50% par le Fonds social européen et 50% par la Chambre de commerce et le ministère du Travail.

Et le bilan de la première édition 2015/2016, dressé vendredi, est plutôt encourageant: sur les 125 participants, 37 demandeurs d'emploi ont déjà créé leur entreprise et 24 sont en train de le faire. Une dizaine d'autres chômeurs ont été embauchés dans ces structures tandis que 48 participants se sont relancés dans le monde professionnel et ont décroché un emploi salarié.

«Je devais réaliser mon rêve»

Travailler sous les ordres d'un supérieur? C'est terminé pour Izabela et Lionel. Tous deux se sont lancés en 2016 et ne reviendraient pour rien au monde à un emploi salarié.

Izabela, d'origine polonaise a travaillé de nombreuses années dans les ambassades ou des grandes entreprises. «Mais j'avais toujours un projet qui me trottait dans la tête». Cette passionnée de pâtisserie rêve secrètement d'ouvrir une épicerie-salon de thé. Alors quand à l'issue d'un plan social, elle se retrouve au chômage et qu'elle emménage dans une ancienne boulangerie-épicerie, ça fait tilt, «je devais réaliser mon rêve». Un peu perdue, «le programme Fit4Enetrepreneurship m'a permis d'acquérir des compétences en marketing, comptabilité, business plan». Elle apprend beaucoup des expériences des autres aussi. Résultat, en juillet 2016, elle ouvre la boutique «D'Autrefois», à Bourglinster, et si elle ne se verse quasiment pas de salaire, les affaires commencent à marcher «et j'arrive à payer toutes mes factures».

Izabela Wojcicka a participé à Fit4Entrepreneurship

Au chômage à l'entrée dans la quarantaine, Lionel s'est lui aussi posé beaucoup de questions: «J'ai fait le point et je me suis dit que c'était le moment ou jamais». «Dans mes anciens boulots, je me suis rendu compte qu'il n'existait pas vraiment d'entreprise multi-services pour réparer durant la même matinée un problème de store, une fuite d'eau et un problème de plomberie». Cet électricien de formation décide donc de se jeter dans le grand bain de l'entrepreneuriat. «Je suis un manuel, l'administratif, ça me faisait peur mais grâce au programme, j'ai apprivoisé tout ça et ça fait désormais partie de mon quotidien». Il a créé Immo Dépannages depuis près d'un an et cela marche bien, «il est évident que je vais embaucher».

Lionel Chaudier a participé à Fit4Entrepreneurship

Izabela et Lionel sont formels: «Sans le programme, on n’aurait pas sauté le pas, c'est trop dur d'affronter tout, tout seul». Des expériences qui donnent le sourire à Isabelle Schlesser, directrice de l'Adem. «Nous sommes là pour les accompagner, pour les aider à réaliser leur projet professionnel alors quand ça réussit on est pleinement satisfait». Forte de cette première expérience, le programme 2017/2018 mettra encore plus l'accent sur le coaching personnel des apprentis entrepreneurs. «Un vrai plus pour se sentir encouragés dans les nombreux moments de doute», concluent les deux néo-entrepreneurs.

(Marion Chevrier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • betty le 03.03.2017 12:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un grand respect à des gens comme cela qui sortent du chômage par eu même

  • Léon le 03.03.2017 16:44 Report dénoncer ce commentaire

    Simplement génial !

  • Lucky le 03.03.2017 18:17 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à vous 2, c'est encourageant de voir que des personnes osent se lancer dans une entreprise. Lionel, si tu me reconnais, c'est toi qui as pris ma place quand j'ai quitté "G" :)

Les derniers commentaires

  • fabilux le 05.03.2017 08:43 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à vous deux, respect pour votre courage .

  • madmed le 04.03.2017 09:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bon juste un petit point à éclaircir. si je comprends bien et je prends le cas d'Isabella. chômeuse qui a une idée de génie. a prends la gestion d'indépendante. ouvre son entreprise et rêve en même temps. mais ne se versé pas de salaire... car début d'exploitation... c'est pas tout bénéfice pour l'adem ça? i le est où l'aide pour le suivi pendant quelques temps? j'ai connu ça et je sais que c'est dur moralement. bvo à tout ceux qui se lancent dans leur rêves.

  • Zouglou le 04.03.2017 09:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le vrai sujet derrière cette pluie de felicitations est plutôt : combien vont survivre ayant un passé de salariés aux 40h et 5 semaines de vacances par an!

  • Mum le 04.03.2017 09:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Genial bravo pour ce programme motivant

  • DIEUX le 04.03.2017 02:34 Report dénoncer ce commentaire

    Un dieu comme moi, pas mal bravo:)