Événement au Luxembourg

12 décembre 2017 08:00; Act: 12.12.2017 15:24 Print

Des ateliers pour tester des outils dernier cri

LUXEMBOURG - Familles et écoliers peuvent faire preuve de créativité au «Makerfest», dédié cette année aux nouvelles technologies.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Pour la troisième édition du «Makerfest», environ 600 écoliers ont investi le «Forum Geesseknäpchen» dans la capitale. Jusqu'à mardi, ce lieu se veut entièrement dédié aux technologies dernier cri. De la découpeuse laser à l’imprimante 3D, en passant par le casque de réalité augmentée, nombreux sont les outils tant futuristes qu'ingénieux présentés au public.

De multiples domaines, dont la robotique, la programmation informatique, ou l'électronique, sont représentés. «Le but de Makerfest est vraiment de laisser faire les écoliers ou les familles, et de leur faire découvrir de manière ludique le Luxembourg digital», explique Eric Krier, du Service national de la jeunesse.

«Initier les jeunes aux métiers de demain»

La programmation n'a plus de secret pour Henry 13 ans, Louis, 14 ans et Leo, 16 ans, trois des plus jeunes coaches de l'événement. Selon eux, moins de 45 minutes sont ainsi nécessaires au programmeur novice pour faire marcher un de leurs robots. De son côté, Laura Urhausen, chargée de projets «créativité» du Service national de la jeunesse, supervise la confection de coussins en plastique polyéthylène, conceptualisés au gré de l'imagination des participants.

L'Université du Luxembourg, pour sa part, profite de l'événement afin de promouvoir le Bachelor BICS (Bachelor in Computer Science). «Ce cursus est le premier du genre à être académique et permet donc aux étudiants de poursuivre en Master dans les domaines du digital et des sciences de l’informatique», lance Tom Humbert. «Il faut initier les jeunes aux métiers de demain, leur montrer comment développer une application pour voiture autonome ou comment conceptualiser un drone», conclut-il.

(Pierre François/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.