Street art

08 octobre 2016 16:46; Act: 10.10.2016 09:56 Print

Des passants s'affichent sur les murs de Luxembourg

LUXEMBOURG - Depuis quelques jours, d'étranges silhouettes ornent certaines façades et vitrines de la capitale. Derrière ces affiches se cache le projet d'un artiste italien.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Si vous vous êtes promenés dans les rues de la capitale cette semaine, vous avez peut-être remarqué les drôles de silhouettes humaines collées sur la vitrine de magasins, sur le mur de certaines rues ou encore sur la façade de la Chambre des députés. Ces affiches sont l’œuvre de Paolo Cirio. Depuis plusieurs années, cet artiste et activiste italien développe un projet baptisé «Street Ghosts» dans les villes du monde entier.

Son but? Mélanger le réel et le virtuel en collant sur les murs le profil des personnes immortalisées par Google Street View, à l'endroit même où le service de cartographie les a photographiées. «Comme ces images publiquement accessibles sont prises sans l’autorisation des personnes, j’ai renversé la situation: j’ai pris les images des personnes sans l’autorisation de Google et je les affiche publiquement sur les murs», explique l'artiste.

Un parcours pour découvrir les affiches

De son côté, l'International Kunstverein Luxembourg (IKL), qui lance avec «Street Ghosts» son tout premier projet, voit l'occasion d'associer art et citoyenneté. «Luxembourg est une ville où plein de nationalités se croisent. Ce projet est au service de la population», souligne Martine Schneider-Speller , vice-présidente de l'IKL, contactée par L'essentiel.

Le projet, qui doit rester en place «pendant au moins trois mois», sera inauguré le samedi 15 octobre au théâtre des Capucins, à Luxembourg. En attendant, les curieux peuvent déjà partir à la recherche de la trentaine d'affiches réparties dans la ville. Les lieux sont aussi pointés sur une carte, à découvrir ci-dessous, en zoomant sur le Luxembourg.

(Juliette Devaux/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • basta ya le 09.10.2016 12:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce vraiment de l'art ?

  • Dom le 09.10.2016 10:17 Report dénoncer ce commentaire

    Mince alors!

  • Marty le 08.10.2016 18:25 Report dénoncer ce commentaire

    Kuckt emol d'Bild Nr. 6... Dat sinn zwee Pecherten oder? Beim Streetart-Cliche sinn awer niewt der Anonymiseierung vun alle Gesichter, och de Pecherten hir Dengschtkapen ewech gelooss ginn...

Les derniers commentaires

  • lmht le 09.10.2016 23:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait d'accord avec voys Raphaello.

  • Raffaello le 09.10.2016 17:36 Report dénoncer ce commentaire

    Les grands dessins réalisés sur les murs et les façades de Bruxelles sont beaucoup plus parlants. Personnellement, je les préfère aux collages de Paolo.

  • basta ya le 09.10.2016 12:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce vraiment de l'art ?

  • Dom le 09.10.2016 10:17 Report dénoncer ce commentaire

    Mince alors!

  • Zouglou le 09.10.2016 00:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A faire sur des édifices publics pour voir si l'Etat ne dit rien par rapport a cette délinquance .

    • @Zouglou le 10.10.2016 07:29 Report dénoncer ce commentaire

      Pour pouvoir faire ce genre de chose il faut demander des autorisations à la maison communale de Luxembourg ville pour ce cas présent, et c'est elle qui décide du oui ou du non il en est de même pour les artistes de rue,et si c'est accepté il n'y a aucune délinquance contrairement à ce que vous avancez de même que si ces images seraient supposées être placardées sur des édifices publique l'autorisation serait rejetée.Peut être que dans votre pays tout le monde fait ce qu'il veut avec ce qu'il veut mais pas chez nous question de respect.