Emploi au Luxembourg

19 février 2018 15:55; Act: 20.02.2018 09:46 Print

Des slogans sexistes pour faire bouger les choses

LUXEMBOURG – La ministre de l’Égalité des chances, Lydia Mutsch, a présenté lundi la stratégie du gouvernement pour lutter contre les stéréotypes de genre au travail.

storybild

«Après la loi contre les inégalités salariales, il était important de se concentrer sur les clichés relatifs aux choix professionnels. Ils persistent à travers les générations et privent la société de talent», justifie Lydia Mutsch. (photo: Editpress/Didier Sylvestre)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«Les hommes ne parlent pas de leurs sentiments», «Les femmes sont faibles», «La politique, c'est pour les hommes», «Les femmes aiment le shopping»... Autant d'idées reçues dénoncées dans la campagne du ministère de l’Égalité des chances, à l'occasion de la Journée internationale des femmes. L'objectif est clair, il s'agit de combattre ces préjugés, sources d'inégalités.

Le 8 mars, lycéens et étudiants seront donc réunis pour une série d'ateliers sur le sujet à l'École privée Fieldgen, et une conférence sera ouverte au grand-public au CarréRotondes. «Après la loi contre les inégalités salariales, il était important de se concentrer sur les clichés relatifs aux choix professionnels. Ils persistent à travers les générations et privent la société de talent», justifie Lydia Mutsch.

Casser le «mur des stéréotypes»

La ministre de l’Égalité des chances estime que le rôle éducatif est «encore exclusivement associé aux femmes, et qu'il n'y a pas assez d'hommes dans les crèches et les maisons relais». À l'inverse, les postes à responsabilité restent encore trop souvent « accaparés par les hommes, même si des progrès ont été réalisés». La société évolue lentement, car les acteurs impliqués sont multiples.

«L’État donne l'exemple en nommant davantage de femmes, mais les entreprises ont également leur rôle à jouer. Tout comme les médias qui doivent influencer l'opinion publique de manière positive, et les parents concernant l'éducation», précise la ministre. Un vaste chantier donc, qui se poursuivra au delà du 8 mars avec une campagne de sensibilisation et une série d'activités proposées au cours de l'année.

Pour cela, le ministère a choisi la symbolique du «mur de stéréotypes» et du marteau censé le casser. Les enfants n'ont pas été oubliés avec le lancement d'une série de livrets illustrés «PIXI» qui doit les inciter à développer leurs goûts, leurs passions et leurs talents sans se soucier des déterminismes liés au genre.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Peace & Love le 19.02.2018 16:29 Report dénoncer ce commentaire

    Le féminisme est une forme de sexisme.

  • Poudre aux yeux! le 19.02.2018 19:51 Report dénoncer ce commentaire

    Les femmes ne sont pas égales aux hommes... Les hommes ne sont pas égaux aux femmes... Nous sommes simplement différents. Nous avons des forces et des faiblesses... La prochaine étape sera de dire que les lions, les singes et les dauphins sont également nos égaux? Histoire de faire plaisir a tout le monde et de mecontenter tout le monde en même temps...?! Parce que quelques femmes voudraient être des hommes et parce qu'elles sont soutenues par des hommes qui voudraient être des femmes, on embete 90 % de la population avec des faux problèmes!

  • Bon sens le 19.02.2018 16:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On ne mettrait pas plus de femmes sur les chantiers de construction? Ah bon ça elles ne veulent pas?

Les derniers commentaires

  • 1_4all le 20.02.2018 21:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les femmes dirigeaient très bien les entreprises de leur mari pendant la 2ème guerre ! Dans certains pays les femmes bossent dans les champs pendant que les hommes picolent ! Est ce que vous voyagez un peu ? Certaines femmes pilotent mieux des bolides que vous j’en suis sur. Savez vous faire les tricks que certaines femmes font en snowboard, en kitesurf ou en moto cross ? Vous n’avez jamais trouvé une femme médecin meilleure que votre médecin masculin ? Auriez vous peur que l’on vous prive de votre appendice en promulguant aux femmes les mêmes droits que les hommes ? En tout cas mes filles ne s’intéresseront pas à une personne telle que vous. Car ce sont des filles de leur temps et pas d’un temps révolu !

  • 1_4all le 20.02.2018 21:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ poudreaux yeux : votre point de vue ne tient pas la route. Parlons des différences ! Certains hommes sont incapables de faire certains travaux lourds et d’autres ne sont pas capable d’avoir des postes intellectuels à responsabilité. On les met dans des cases aussi ceux là ?! Quand on parle d’égalité des sexes, on parles d’égalité des droits surtout. Le droit de vouloir faire le travail qu’elle désire avec la possibilité de prester les mêmes heures qu’un homme, et obtenir un salaire égal à celui de son homologue d’un autre genre pour les mêmes prestations.

    • Poudre aux Yeux! le 21.02.2018 07:28 Report dénoncer ce commentaire

      @1_4all: "certains" hommes..., "certaines" femmes... Tout est dit!!!! d'exceptions, vous tirez des généralités et vous souhaitez imposer des règles pour quelques uns et quelques unes... C'est votre vision éculée des choses qui ne tient pas la route. Cela fait 50 ans qu'on nous bassine avec ça parce que "certaines" femmes ne sont pas heureuses dans leur couple, avec leur mari, leur chien, leurs enfants. Du coup elles en déduisent que le problème vient de la Société et qu'il faut tout changer pour résoudre leur mal-être... Il y en a assez. Mes fils ne voudront pas de vos filles, Monsieur!

  • 1_4all le 20.02.2018 21:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Albert je suis tout à fait d’accord avec vous. Je suis un homme.

  • Regardez votre ministère madame. le 20.02.2018 11:55 Report dénoncer ce commentaire

    Les féministes vont nous embêter jusque minimum les 8 mars! Le 19 novembre lui passera inappercu! Téléphoner à ce ministère pour dénoncer des irrégularités, commises par des femmes, vous aurez comme réponse: "Mais c'est un pauvre femme". et quand vous faites remarquer qu'elles ne savent même pas de qui il sagit, elles raccrochent. Expliquez nous la parité de votre ministère madame la ministre. Des femmes divorcées et c'est tout, les femmes mariées qui le restent quitte ce ministère.

  • JAFO le 20.02.2018 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    Avec tout le profond respect que j'ai pour les femmes, je vais finir par penser que les féministes ne sont que des machos au féminin...