Entreprises au Luxembourg

11 juillet 2018 14:59; Act: 11.07.2018 16:41 Print

Hausse «inquiétante» des faillites en 2018

LUXEMBOURG - Les déconfitures d'entreprises au Grand-Duché ont progressé de 33,7% au premier semestre 2018, indique la société de recouvrements de crédits Creditreform.

storybild

En février dernier, 70 emplois avaient été supprimés chez TC Constructions.

op Däitsch
Sur ce sujet

Le nombre de faillites au Luxembourg connaît une évolution «inquiétante», selon la société de recouvrements de crédits Creditreform. 611 déconfitures ont ainsi été enregistrées pour le premier semestre 2018, soit une progression de 33,7%. Dans le détail, ce sont les entreprises âgées de plus de cinq ans qui ont été les plus touchées, puisqu'elles représentent 76,6% des entreprises en faillite (contre 64% au premier semestre 2017).

Si l’on analyse l’évolution des faillites par tribunal d’arrondissement, on constate qu’à Luxembourg les faillites sont passées de 380 à 545 , soit une forte hausse de 43,4%. Le tribunal d’arrondissement de Diekirch connaît une évolution inverse avec une baisse de 14,3%. On y a enregistré 66 déconfitures, contre 77 l’année précédente.

Le secteur du commerce le plus touché

L'analyse des faillites par secteur montre que la plus forte augmentation a été notée au niveau du commerce, avec 137 faillites au premier semestre (+35,6% par rapport à la même période en 2017). La quote-part du secteur du bâtiment dans les faillites est restée stable avec 4,75%. Durant les six premiers mois de cette année, 29 entreprises de ce secteur ont dû fermer leurs portes contre 28 pendant la même période de l’année dernière.

Le secteur des services reste avec 439 cas de faillites (contre 328 au premier semestre 2017) le triste leader avec une quote-part de 71,85 % (71,77 % en 2017). A contrario, le plus faible nombre de faillites est à mettre sur le compte du secteur de la production, où seulement six entreprises ont disparu. L’année dernière aucune fermeture n’avait été annoncée.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pas d'accord le 11.07.2018 16:53 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème des chiffres c'est qu'on peut leur faire dire tout et son contraire. Vous donnez un chiffre brut de 33% de progression au 1er trimestre mais sans apporter les éléments nécessaires pour analyser ce qui se cache derrière. Ce qui laisse la porte ouverte à toutes les interprétations. Il aurait fallu donner aussi le chiffre de la compétitivité, les causes des faillites, le type de commerce, l’âge de l’exploitant…

  • Bla bla le 12.07.2018 14:41 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi, il y des faillites ? Car, il ya de plus en plus de gens qui donnent leurs autorisations de commerces, tous secteurs confondus contre paiement. Il faut savoir que 3/4 des entreprises ont des dirigeants qui ne comprennent pas le français ni l'allemand. Du coup il faut pas s'étonné qui'il y ait des faillites, on pas les bases de comptabilité générale et analytique, ni de l'économie. Les Fiduciaires, ne travaillent plus comme avant, vous avez 40 à 50 dossiers à gérer par mois, comment pouvez vous être certains que ces dossiers sont correctement traités. Tout bâcle et à la va vite !

  • Sagga le 12.07.2018 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne trouve pas cela inquiétant.. c'est juste que de nos jours tout le monde veut monter sa boite.. avec 100 balles..

Les derniers commentaires

  • nanard le 12.07.2018 17:21 Report dénoncer ce commentaire

    cela montre, s'il le fallait, qu'un pays ne peut pas vivre sans un secteur industriel et agricole fort.

  • Bla bla le 12.07.2018 14:41 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi, il y des faillites ? Car, il ya de plus en plus de gens qui donnent leurs autorisations de commerces, tous secteurs confondus contre paiement. Il faut savoir que 3/4 des entreprises ont des dirigeants qui ne comprennent pas le français ni l'allemand. Du coup il faut pas s'étonné qui'il y ait des faillites, on pas les bases de comptabilité générale et analytique, ni de l'économie. Les Fiduciaires, ne travaillent plus comme avant, vous avez 40 à 50 dossiers à gérer par mois, comment pouvez vous être certains que ces dossiers sont correctement traités. Tout bâcle et à la va vite !

  • Jack le 12.07.2018 13:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le marché intérieur Luxembourgeois n’est pas assez important trop petit, il faut exporter et s’exporter pour grandir et pérenniser dans futur.....

  • Asimov1973 le 12.07.2018 12:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah ...oui...les commerçants que ouvrent pendant les heures de bureau quand tout le monde travaille et ne peut pas faire du shopping? Bizarre...je pensais que les pensionnaires et les bébés étaient suffisants à leur donner des millions d’euros....pffff....pour moi ils peuvent tous fermer car j’achète depuis longtemps chez Amazon....trois click de mouse chez moi à la maison bien relaxé et surtout 24/24h 7j/7.

  • Jack le 12.07.2018 12:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les loyers beaucoup trop élevés.....