Au Luxembourg

20 février 2018 06:55; Act: 20.02.2018 10:12 Print

Knauf Insulation défend son projet d’usine au Sud

LUXEMBOURG - Des élus de Differdange et Sanem rejettent le projet d'usine de Knauf Insulation sur leurs territoires. Le fabricant de laine de roche leur répond.

storybild

Le groupe Knauf emploie 26 500 personnes, dans plus de 220 usines et plus de 70 pays. Mais son implantation au Luxembourg ne fait pas l'unanimité. (photo: DR/Knauf)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Malgré les réticences d’élus locaux, Knauf Insulation assure que «le Luxembourg est notre emplacement préféré» pour installer une usine de production de laine de roche, plutôt que du côté français de la frontière. Un projet de 100 millions d’euros avec la création de 120 emplois. Et l’industriel de répondre sur les incidences environnementales dénoncées par les communes de Sanem et Differdange, opposées à cette arrivée sur la zone Gadderscheier.

Sur le processus de production, la laine minérale de roche est constituée à 98% à partir de laitier ou de roches volcaniques, «généralement du basalte ou de la dolomie, dont une proportion croissante est constituée de matériaux recyclés sous forme de briquettes». Des roches fondues à 1 500°C dans un four à coke.

Objectif «zéro déchet»

Concernant les rejets, l’objectif est de «zéro déchet» à destination des sites d’enfouissement. «Nous avons calculé une quantité maximale de 4 000 tonnes de résidus de production par an (soit un camion par jour), mais c’est vraiment le pire des scénarios», détaille Siân Hughes, directeur des affaires extérieures.

Les rejets d’oxyde de soufre comme d’ammoniac sont estimés en dessous de la limite de la quantité standard d’émission. «Nos usines de fabrication en Europe suivent et, en général, dépassent les recommandations formulées dans l’UE pour les meilleures technologies disponibles ainsi que les limites fixées par les permis», résume Siân Hughes. Une étude d’impact environnemental a été fournie à l’administration. «Nous attendons leurs conclusions pour entamer la procédure commodo-incommodo».

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Législation le 20.02.2018 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des regles a respecter et si Knauf respecte ces regles alors je ne comprend pas où est le problème.Si Knauf estime les rejets à 4000T par an dans le pire scénario, ils devraient s'engager à payer 1M€ par tonne supplémentaire ainsi que s'engager à une publication bi-annuelle des émissions de l'usine afin de rassurer tout le monde (chiffres à vérifier par un bureau d'experts INDÉPENDANT!). Des emplois, des cotisations sociales et quelques impôts, tout cela est bénéfique pour le GDL et permet de financer la politique envirronementale du gouvernement... surtout pour un fabricant d'isolation

  • utopia le 20.02.2018 07:35 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui fait vivre le Luxembourg ce sont les emplois, la qualité de vie va de pair. On ne peut pas faire fabriquer à l’extérieur du Luxembourg tous les produits générateur de « pollution » qui de toute façon devront être importés pour utilisation. Prenons pour exemple l’électricité, fabriquée en dehors de nos frontières on consomme le courant qui est de toute façon produit au plus près de chez nous (Cattenom donc). Il est vrai que des élections approche à grand pas donc démagogie, démagogie. Nous somme fier d’être un pays riche avec une belle croissance nous sommes fier de nos salaires.

  • Expatlulu le 20.02.2018 07:39 Report dénoncer ce commentaire

    - il faut des emplois pour les gens sans qualifications qui peuvent être formé, ses 2 communes faisaient le même cirque contre Kronospan il y a 15 ans. pouvons- nous tout de fois connaître le ruling accordé ?

Les derniers commentaires

  • Luxo le 20.02.2018 17:17 Report dénoncer ce commentaire

    Le ciment, le béton, les briques, l'acier, les vitres et les matériaux d'isolation déstinés au batiments luxembourgeois doivent être produit sur place.

  • Alainmg° le 20.02.2018 15:06 Report dénoncer ce commentaire

    On prend les employés des banques et on les forme pour qu' ils deviennent manuels et le problème est résolu comme ce fût le cas de l' ARBED en 1980.

  • 4000 tonnes de pollution ! le 20.02.2018 08:20 Report dénoncer ce commentaire

    Foutez le camp au nord, le sud est déjà assez saturé ! C'est à se demander si les gens réfléchissent un tant soit peu...??

    • Peter le 20.02.2018 10:13 Report dénoncer ce commentaire

      On s'en veut pas non plus dans le nord, le Luxembourg est beaucoup trop petit pour accueillir ce genre d'usine très polluante! Des familles n'arrivent plus à se loger au Luxembourg et sont obligées de traverser la frontière pour trouver un logement! Je ne vois donc pas pourquoi on permettrait à cette entreprise d'utiliser des milliers de m2 à des fins industrielles.

    • Olivier le 20.02.2018 11:48 Report dénoncer ce commentaire

      Vous voulez habiter dans une zone industrielle Peter?

  • gina le 20.02.2018 08:08 Report dénoncer ce commentaire

    bonne décision prise par les communes,....

  • Législation le 20.02.2018 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des regles a respecter et si Knauf respecte ces regles alors je ne comprend pas où est le problème.Si Knauf estime les rejets à 4000T par an dans le pire scénario, ils devraient s'engager à payer 1M€ par tonne supplémentaire ainsi que s'engager à une publication bi-annuelle des émissions de l'usine afin de rassurer tout le monde (chiffres à vérifier par un bureau d'experts INDÉPENDANT!). Des emplois, des cotisations sociales et quelques impôts, tout cela est bénéfique pour le GDL et permet de financer la politique envirronementale du gouvernement... surtout pour un fabricant d'isolation

    • Vinscz le 20.02.2018 10:15 Report dénoncer ce commentaire

      Le pollueur paie, la belle règle des legislateurs. Celui qui respire lui....

    • Unicorn le 20.02.2018 11:56 Report dénoncer ce commentaire

      Et depuis quand, dans la pratique, les entreprises sont-elles obligées de suivre les règles? Dans le passé, des filtres non-conformes ou inadaptés ont fonctionné provisoirement pendant une éternité, celle des procédures administratives. Et en dernier recours, s'il faut investir pour ne pas dépasser les limites de pollution, les entreprises jouent toujours la carte de la menace de licenciements. Ou alors ils ferment et laissent derrière eux des terrains pollués.