Ouverte au débat public

18 mai 2014 18:12; Act: 11.06.2014 13:33 Print

L'e-​​pétition sur les bourses atteint 4 500 signatures

LUXEMBOURG - Après celle sur le tram, c'est la pétition publique concernant les aides aux étudiants qui compte un nombre suffisant de signatures pour être débattue à la Chambre.

storybild

La première e-pétition qui sera débattue est celle concernant le référendum sur le tram. Ce sera le 27 mai. (photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

La pétition 329 intitulée «garantir l'indépendance des étudiants face à des réformes du système d'aide financière» a atteint les 4 500 signatures ce dimanche après-midi. Elle devient la deuxième e-pétition à pouvoir être débattue à la Chambre par un maximum de six pétitionnaires, par les députés membres de la commission, ainsi que par le ministre concerné, juste après celle en faveur d'un référendum sur le tram, qui sera débattue le 27 mai.

«Il est primordial pour le Luxembourg de donner la possibilité au plus large nombre possible de jeunes gens de faire des études supérieures. Cependant, ce n'est pas tout le monde qui ait le support nécessaire par ces parents», explique l'auteur de la pétition Sven Clément (Parti Pirate), dans la présentation sur le site de la Chambre. Il propose entre autre d'adapter le montant de bourse de base «au montant des allocations familiales».

D'autres pétitions sont sur la bonne voie, comme celle qui appelle à punir d'avantage la cruauté envers les animaux, qui en est actuellement à plus de 3 000 signatures ou encore la pétition 339 contre le projet de loi 6670 qui concerne également les bourses d'étude et qui a fait l'objet d'une manifestation dans les rues de la capitale fin avril. Elle en est pour le moment à plus de 2 000 signatures.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Peter le 18.05.2014 20:31 Report dénoncer ce commentaire

    Le gouvernement n'a qu'à transférer les bourses aux compétences communales. Comme ça, les communes décident elles-même des montants à allouer et peuvent faire du cas pas cas (chose qui n'est pas possible maintenant avec 12 500 étudiants à traiter). Certains communes donnent déjà des primes à leurs étudiants qui réussissent, ce n'est donc pas impossible.

  • Oups ! le 18.05.2014 20:11 Report dénoncer ce commentaire

    Depuis le temps que ça dure, tous les frontaliers qui ont commencé en bachelor seront en doctorat lorsque ce sera fini...

  • Sigefroid le 18.05.2014 19:12 Report dénoncer ce commentaire

    Toutes seront sans doute vouées aux gémonies par les Ciceron de la Chambre. C'est l'ennui de la scolarisation pour tous...A la longue il est certains qui commencent à réfléchir et ne plus être d'accord avec les pseudo élites autoproclamées, qui ne sont rien d'autres que des têtes d'affiches et rarement des têtes de l'art (politique). Contre le tram, 6918, pour, 69 (année érotique!)... C'est un plébiscite pour un référendum! Hier sur 100.7, débat pour l'UE! Même "de Charel" jouait au démocrate social et tous ne connaissaient que le verbe au conditionnel: "on devrait"! Quelle misère!

Les derniers commentaires

  • Peter le 18.05.2014 20:31 Report dénoncer ce commentaire

    Le gouvernement n'a qu'à transférer les bourses aux compétences communales. Comme ça, les communes décident elles-même des montants à allouer et peuvent faire du cas pas cas (chose qui n'est pas possible maintenant avec 12 500 étudiants à traiter). Certains communes donnent déjà des primes à leurs étudiants qui réussissent, ce n'est donc pas impossible.

    • Grincheux le 19.05.2014 11:43 Report dénoncer ce commentaire

      Peter, je ne suis pas sur que celà n'exclu pas la possibilité de porter l'affaire devant la juridiction Européenne, le cas échéant. En effet si le Gouvernement refinance directement ou indirectement les communes pour qu'elles donnent les bourses aux résidents celà peut donner droit à un recours. Or sans refinancement du Gouvernement les communes n'ont pas les fonds pour distribuer les bourses. L'affaire est complexe et le contexte de l'UE nous laisse peu de marge de manoeuvre.

  • Oups ! le 18.05.2014 20:11 Report dénoncer ce commentaire

    Depuis le temps que ça dure, tous les frontaliers qui ont commencé en bachelor seront en doctorat lorsque ce sera fini...

    • Banjo le 19.05.2014 14:18 Report dénoncer ce commentaire

      C'est peut être (même sûrement) le but de la manoeuvre,car en attendant les résidents reçoivent la bourse,pourvu que celà dure encore très longtemps avant que ce problème ne soit réglé.

  • Sigefroid le 18.05.2014 19:12 Report dénoncer ce commentaire

    Toutes seront sans doute vouées aux gémonies par les Ciceron de la Chambre. C'est l'ennui de la scolarisation pour tous...A la longue il est certains qui commencent à réfléchir et ne plus être d'accord avec les pseudo élites autoproclamées, qui ne sont rien d'autres que des têtes d'affiches et rarement des têtes de l'art (politique). Contre le tram, 6918, pour, 69 (année érotique!)... C'est un plébiscite pour un référendum! Hier sur 100.7, débat pour l'UE! Même "de Charel" jouait au démocrate social et tous ne connaissaient que le verbe au conditionnel: "on devrait"! Quelle misère!