Au Luxembourg

23 janvier 2018 09:00; Act: 23.01.2018 18:06 Print

La loi sur la prostitution sera votée en février

LUXEMBOURG - Le projet de loi sur la prostitution et le proxénétisme arrive au bout du processus législatif. Il se veut plus efficace tout en renforçant l'État de droit.

storybild

Certains quartiers, comme celui de la Gare dans la capitale, seront plus surveillés que d’autres. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre de la Justice, Félix Braz (Déi Gréng), est formel. Le nouveau texte sur la prostitution «doit être plus efficace pour lutter contre le proxénétisme et la traite des êtres humains, tout en renforçant l’État de droit». Pour lui, il était grand temps de changer le texte actuel, car «aujourd’hui, la loi dit que la police peut pénétrer dans tous les endroits de débauche. Nous voulons encadrer cela».

Ainsi, le terme de «débauche», «pas approprié dans un contexte législatif», sera remplacé par le terme «prostitution». Par ailleurs, la nouvelle loi fera le distinguo entre les endroits ouverts au public (comme les cabarets), où la police peut accéder «si elle sait que la prostitution y est régulièrement pratiquée» et le domicile privé, «où la police doit avoir des indices certains, précis et concordants, sans quoi elle ne peut pas intervenir», précise Félix Braz. «Dans les deux cas, le bureau du procureur devra donner une autorisation préalable à la police pour pénétrer ces lieux», ajoute-t-il.

Pour le député Gilles Roth (CSV), c’est justement là que le bât blesse. «C’est au juge d’instruction, qui occupe la fonction de magistrat neutre, instruisant une affaire à charge et à décharge, de délivrer un mandat de perquisition. Pas au procureur ou au substitut du procureur, qui sont les supérieurs hiérarchiques des agents de police judiciaire, de donner une autorisation préalable», regrette-t-il. La loi pourrait être votée à la Chambre des députés, dès le mois de février. Le ministre de la Justice Félix Braz explique les objectifs du projet de loi:

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jean le 23.01.2018 09:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut légaliser comme en Allemagne ou au Pays Bas

  • cricri le 23.01.2018 09:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi faire toujours comme les autres je croyais que le Lux.etait un pays libre ??????

  • effaré le 23.01.2018 11:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Même en plein après midi devant les écoles !!! À côté des seringues ... Bienvenue à Luxembourg le pays qui marche sur la tête !!!

Les derniers commentaires

  • dieux le 24.01.2018 15:11 Report dénoncer ce commentaire

    Y'a pas de mal a ce faire du bien: heureusement qu'elle sont là sinon y'aurait pleins de pédophiles lol

  • Luxo le 23.01.2018 22:02 Report dénoncer ce commentaire

    Ce métier , n'est pas un travail. Le client n'est pas l'acheteur mais l'exploiteur. Il doit donc être sanctionné. Le problème n'est pas l'offre, mais la demande. Pour combattre , réduire et faire disparaître la prostitution du Pays et pas des rues, la seule solution est de s'attaquer aux clients.

    • NoSir le 24.01.2018 09:26 Report dénoncer ce commentaire

      Vous ne pouvez pas sanctionner quelqu'un pour quelque chose qui n'est pas interdit! Pour sanctionner le client, le mac ou la prostituée il faut que la prostitution soit interdite, or elle ne l'est pas!

  • Expatlulu le 23.01.2018 17:26 Report dénoncer ce commentaire

    il faut demander l'avis des personnes concernées avant de légiférer non `

  • Unicorn le 23.01.2018 16:51 Report dénoncer ce commentaire

    A croire que M.Braz est Ministre de la Justice en stage. Comment définir prostitution? Si on paye un Monsieur/Madame pour qu'il me présente sa copine/son copain, et que celle/celui-là m'invite pour une relation plus connectée, où du point de vue juridique la police peut elle avoir des indices certains de prostitution? Elle sera entièrement caché derrière le principe de la vie privée, ce qui profitera aux pires mafieux.

  • FMST le 23.01.2018 16:39 Report dénoncer ce commentaire

    Et ils veulent un satellite...

    • Hein le 24.01.2018 11:09 Report dénoncer ce commentaire

      Qui "ils"?