Au Luxembourg

19 mars 2018 12:31; Act: 19.03.2018 14:29 Print

«Ne plus fermer les yeux» sur les multinationales

LUXEMBOURG - Treize organisations ont appelé lundi les partis politiques du pays à s'engager pour une législation contraignante pour les multinationales domiciliées au Grand-Duché.

storybild

Les treize organisations ont envoyé aux multinationales une proposition concrète. (photo: L'essentiel/Olivier Loyens)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«Ne plus fermer les yeux ». En vue des élections législatives en octobre, treize* organisations de la société civile demandent aux partis politiques luxembourgeois de se positionner en faveur d'une législation contraignante pour les multinationales installées au Grand-Duché. Une proposition en ce sens leur a été envoyée la semaine dernière. Elle vise à intégrer le respect des droits humains, des normes de travail ainsi que des accords et des dispositions environnementaux internationaux dans l'ensemble de la chaîne de valeur des entreprises.

Les treize organisations demandent aussi au ministère des Affaires étrangères et européennes, qui est en train de rédiger un plan d'action national sur les entreprises et les droits humains, d'intégrer la proposition. «Conditions de travail déplorables, travail forcé, travail des enfants, exploitation des ressources naturelles, accaparement des terres, changement climatique, financement de conflits armés, etc. Les exemples ne manquent pas pour nous inciter à tirer la sonnette d'alarme et passer à l'action», explique Antoyina Argirova, d'Action Solidarité Tiers Monde.

«Tout le monde en profitera»

Même si de nombreuses multinationales se sont dotées de chartes éthiques ou ont mis en place des programme de responsabilité sociale des entreprises (RSE), les organisations constatent que ces mesures volontaires sont insuffisantes et que la violation des droits humains se poursuit à l'échelle mondiale. À ce titre, l'initiative propose de mettre en place un organe de contrôle indépendant et de prévoir des sanctions en cas de non-respect de la législation.

Cette logique s'inscrit dans une dynamique internationale, initiée en 2011 par les Nations unies. En février 2017, l'Assemblée nationale française a par exemple adopté une loi instaurant un devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d'ordres. Au Royaume-Uni, les entreprises sont tenues d'exclure explicitement le travail forcé et le travail des enfants de l'ensemble de leur chaîne de valeur.

«Si elle est adoptée au Luxembourg, cette législation pourrait profiter à tout le monde, estime Antoyina Argirova, à la fois aux multinationales, aux victimes, à l’État luxembourgeois (sa réputation ne sera pas entachée) et aux citoyens, qui souhaitent de plus en plus avoir accès à des produits responsables».

Antoyina Argirova, d'Action Solidarité Tiers Monde, au micro de «L'essentiel Radio»:

(Olivier Loyens/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • moi je le 19.03.2018 13:15 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait déja faire en sorte que les multinationales paient des impots la ou elles ont de l'activité, et non la ou elles ont une boite aux lettres!

  • Opinion le 19.03.2018 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    Sorry mais "une bonne réputation" ne paye pas le loyer. En plus, les critiques les plus vives viennent des pays premiers exportateurs d'armes, qui sont responsables de l'instabilité chronique de l'Afrique. Les ONG ne sont que les canaux officieux de ces Etats dont ils reçoivent une bonne partie de leur budget. Alors chers ONG gardez vos discours moralisateurs si vous n'avez pas de morale vous même (OXFAM).

  • iceberg le 19.03.2018 14:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toutes ces organisations bien pensantes sont subventionnees par ??? Les multinationales font vivre 1/3 des locaux

Les derniers commentaires

  • resident le 19.03.2018 20:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo continuez

  • Donald le 19.03.2018 20:06 Report dénoncer ce commentaire

    Faisons comme nos amis US, coupons les vivre aux ONG qui n´oeuvrent pas dans le sens économique du Luxembourg et de ses contribuables

    • Spagur le 20.03.2018 08:09 Report dénoncer ce commentaire

      Le problème c'est que le GdL n'oeuvre pas lui-même dans le sens de ses contribuables.

  • Oscar le 19.03.2018 19:01 Report dénoncer ce commentaire

    Mesdames, Messieurs, restons raisonnables! Si vous importunez ces entreprises, elles nous quitterons sans arrière-pensée. Ce n'est pas tout-à-fait ce que vous désirez, n'est-ce-pas?

    • @Oscar le 20.03.2018 07:58 Report dénoncer ce commentaire

      et alors? Où est votre problème? On a aussi pu survivre sans ses multinationales pendant des siècles! Il nous faut vraiment une croissance économique sans cesse? Nos routes ne sont pas encore saturées assez,l'air n'est pas encore polué assez et la place à vivre suffit-elle encore largement?

    • Joelle Andrieux le 20.03.2018 08:10 Report dénoncer ce commentaire

      C'est pas faux!

  • effaré le 19.03.2018 17:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Revolution ouvrez les yeux !!

  • Django le 19.03.2018 16:38 Report dénoncer ce commentaire

    Droits humains avant profits??? Ah oui, c'est lundi. Continuons un peu de rêver...

    • @Django le 20.03.2018 07:59 Report dénoncer ce commentaire

      oui il vaut mieux fermer les yeux et ne rien faire!