Accord entre 7 pays

31 janvier 2017 20:34; Act: 01.02.2017 16:38 Print

Le Luxembourg a signé une «alliance du routier»

LUXEMBOURG - Les ministres des Transports de neuf pays européens, dont le Luxembourg, veulent combattre la concurrence déloyale dans le secteur du transport routier.

storybild

Actuellement, les camionnettes ne sont pas soumises aux mêmes règles que les poids lourds. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet

Cette alliance, signée par l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la France, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège et la Suède, vise à simplifier la mise en œuvre de la réglementation européenne par les opérateurs, et à rendre les contrôles plus efficaces. Elle doit également permettre de «définir des positions communes pour l'avenir de la politique européenne du transport routier».

«Nous souhaitons d'abord mieux prendre en compte la qualité de vie des conducteurs routiers, qui sont pour beaucoup devenus des forçats de la route», a déclaré le secrétaire d'État français aux Transports, Alain Vidalies, lors d'une conférence de presse commune. «En second lieu, nous souhaitons supprimer les failles qui sont apparues au cours de ces dernières années dans l'organisation du marché et qui sont le fruit de l'imagination créative des acteurs de la chaîne logistique», a-t-il ajouté.

«Initiative cruciale»

Il a ainsi fait référence aux camionnettes, qui ont pris une «part croissante dans le transport international de marchandises ainsi que dans le transport domestique», mais qui ne sont pas soumises aux mêmes règles que les poids lourds. «Ces exploitants tirent vers le bas le prix des prestations de transport, ajoutant ainsi à la déstabilisation du marché, sans compter les impacts inquiétants en terme d'accidentologie et les effets désastreux en termes environnemental. Nous avons donc décidé de renforcer les règles qui leur sont applicables», a affirmé Alain Vidalies.

Le ministre luxembourgeois François Bausch a salué l'initiative, qui «est d’une importance cruciale dans notre lutte contre le dumping social en Europe. Dans un marché unique, il appartient de renforcer l’application des droits sociaux des travailleurs et la sécurité routière des chauffeurs voire des autres usagers de la route».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Simon le 01.02.2017 11:00 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut être honnête – le coût du travail a toujours été un facteur de la compétitivité. Même à l'intérieur d'un seul pays, les frais associés au travail varient (e.g. entre Paris et Poitiers). Alors, tant qu'on n'a pas un salaire européen minimum, nous devons accepter qu'un chauffeur polonais soit payé moins qu'un chauffeur français ou luxembourgeois. Pourquoi on appelle ça 'dumping social'? Aucune idée. En plus, les services du transport bon marché permettent l'accès plus facile aux marchés étrangers pour les petites et moyennes entreprises qui veulent exporter.

  • claude le 01.02.2017 06:47 Report dénoncer ce commentaire

    faudrait peut etre commencer à diminuer le transport par camion sur nos routes on ne pourra bientot plus circuler et mettre une taxe sur ces transports comme nos voisins l ont fait

  • olivertwist le 01.02.2017 09:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    S'attaquer au transport routier ou tout autre transport, c'est s'attaquer à l'économie. Moins de transport, c'est moins de vente, moins de productivité, bref une économie qui va battre de l'aile.

Les derniers commentaires

  • europeo le 01.02.2017 13:31 Report dénoncer ce commentaire

    vous croyez que un employeur attende le bondieu pour baisser la paye quand il voit arriver un frontalier ? voilá le dumping !

  • Simon le 01.02.2017 11:00 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut être honnête – le coût du travail a toujours été un facteur de la compétitivité. Même à l'intérieur d'un seul pays, les frais associés au travail varient (e.g. entre Paris et Poitiers). Alors, tant qu'on n'a pas un salaire européen minimum, nous devons accepter qu'un chauffeur polonais soit payé moins qu'un chauffeur français ou luxembourgeois. Pourquoi on appelle ça 'dumping social'? Aucune idée. En plus, les services du transport bon marché permettent l'accès plus facile aux marchés étrangers pour les petites et moyennes entreprises qui veulent exporter.

    • C'est du dumping! le 01.02.2017 12:32 Report dénoncer ce commentaire

      Pour vous aider à comprendre, si le chauffeur polonais dont vous parlez restait à travailler chez lui pour une société polonaise (même en faisant de l'international), il n'y aurait pas de dumping! Son salaire serait en rapport avec la conjoncture de son pays. Le problème est qu'ils viennent travailler ici, au tarif de là-bas+un petit plus pour les attirer. Résultat : on licencie des gens ici qui coutent le prix d'ici pour les remplacer par des gens de l'est payé que pouic. C'est cà le dumping social! Il n'y a pas dumping pour travailleur frontalier qui bosse au Lux, avec un salaire Lux, par ex

  • olivertwist le 01.02.2017 09:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    S'attaquer au transport routier ou tout autre transport, c'est s'attaquer à l'économie. Moins de transport, c'est moins de vente, moins de productivité, bref une économie qui va battre de l'aile.

  • Expatlulu le 01.02.2017 07:38 Report dénoncer ce commentaire

    pourtant Kralowetz était établi pendant des années au Lux

  • claude le 01.02.2017 06:47 Report dénoncer ce commentaire

    faudrait peut etre commencer à diminuer le transport par camion sur nos routes on ne pourra bientot plus circuler et mettre une taxe sur ces transports comme nos voisins l ont fait