Consommation

02 juin 2017 15:41; Act: 02.06.2017 16:59 Print

Le Luxembourg autorise (presque) tous les excès

LUXEMBOURG - Le Grand-Duché est parmi les pays européens qui entravent le moins la consommation de produits nocifs pour la santé en cas d'excès.

storybild

L'État n'intervient guère pour limiter les comportements à risques, selon l'institut Molnari.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Le Luxembourg n’est pas un pays «moralisateur», selon l’institut Molinari qui a comparé les législations des 28 pays européens en matière d’alcool, de tabac et de produits sucrés. En d’autres termes, l’État luxembourgeois ne cherche pas influencer le choix des consommateurs à l’aide des instruments dont il dispose (taxes, interdictions…). Ainsi, le pays pointe à la 25e place d’un classement dominé par la Finlande, le Royaume-Uni et l’Irlande. La France est 6e, la Belgique 12e et l’Allemagne 27e.

Pourquoi le Luxembourg est-il si bas dans ce classement? D’abord parce que l’État luxembourgeois est plutôt très tolérant en ce qui concerne le tabac: il n’existe pas de paquet neutre et c’est tout simplement le pays européen où les taxes sont les plus faibles. À noter que le pays est un peu moins permissif depuis 2016 parce qu’il a rejoint les pays qui interdisent la cigarette électronique dans les lieux publics, au même titre que la cigarette traditionnelle. Le projet de loi antitabac adopté jeudi - qui interdit notamment la vente de cigarettes aux mineurs - va également dans le bon sens.

Aucune restriction sur le sucre

En ce qui concerne l’alcool, là encore, le pays est celui qui a la plus faible taxation et n’a que peu de limite en matière de publicité. En revanche, il affiche une certaine sévérité envers l’ivresse au volant puisque la limite autorisée est de 0,5g d’alcool, comme dans 18 pays européens. Seules la République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie et la Roumanie interdisent complètement l'alcool aux conducteurs.

En matière d’alimentation et de boissons sucrées, le Luxembourg n’impose aucune taxation, aucune restriction sur les ingrédients utilisés, sur l’emplacement des distributeurs automatiques et aucune limite à la publicité. Résultat, comme de nombreux pays, le Grand-Duché obtient zéro point dans cette catégorie.

(MC/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Boulot le 02.06.2017 16:55 Report dénoncer ce commentaire

    Bah au moins ce pays n'est pas une dictature comme ses voisins.

  • gigi le 02.06.2017 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On peut responsabiliser sans interdire. Chez certains de nos voisins , tout ce qui n'est pas spécifiquement autorisé est interdit...

  • Shhtix le 03.06.2017 16:03 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vois pas où est la liberté quand les non fumeurs sont forcés de partager l'espace public avec des fumeurs comme les quais de gare et autres... La liberté d'une minorité n'est pas une liberté mais une peur de légiférer, voire une appointance avec les lobbies en tout genre. Alors quand certains parlent ici de dictature, on ne voit bien qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent.

Les derniers commentaires

  • Sabrine le 03.06.2017 23:03 Report dénoncer ce commentaire

    Je constate qu'effectivement qu'au niveau restriction alimentaire dans les lycées les jeunes sont blindés de distri à gogo en veux en voilà entre boissons et confiseries. Alors que moi à la maison je me bats pour ne pas avoir ce genre de chose là bas c'est liberté totale. Pas de contrôle du tout. ca n'aide pas les parents qui sont le même cas que moi. Et pareils aux caisses tout est fait pour vendre, rien à faire de la santé des petits. il n est pas évident de faire taire un enfant devant ces confiseries alléchantes. Et tant pis si l'enfant pleure mais c'est comme ça, il n'aura pas ceux là

  • licachica le 03.06.2017 20:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jp citex moi alors un seul cas de mort causé par le cannabis??

    • bob le 04.06.2017 02:32 Report dénoncer ce commentaire

      - cannabis au volant par exemple -> ca tue des innocents

  • fabilux le 03.06.2017 18:09 Report dénoncer ce commentaire

    Les personnes devraient se responsabiliser seules et ne pas attendre les interdictions! C'est fou quand même de tjrs devoir avoir des leçons de l'état pour être responsable de soi même!!!!!

    • Shhtix le 04.06.2017 13:07 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez tout à fait raison, ça s'appelle l'éducation. Malheureusement de nos jours quand celle ci est défaillante il faut bien quelqu'un pour instaurer des limites...

  • Shhtix le 03.06.2017 16:03 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vois pas où est la liberté quand les non fumeurs sont forcés de partager l'espace public avec des fumeurs comme les quais de gare et autres... La liberté d'une minorité n'est pas une liberté mais une peur de légiférer, voire une appointance avec les lobbies en tout genre. Alors quand certains parlent ici de dictature, on ne voit bien qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent.

  • matt le 03.06.2017 11:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ca s appel la liberté, enfin en partie car il reste qq efforts à faire mais c est déjà tellement mieux que ses voisins.