Au Luxembourg

14 avril 2016 16:21; Act: 14.04.2016 17:45 Print

Le nom de la mère n'est pas très populaire

LUXEMBOURG - Depuis le 1er mai 2006, les parents peuvent donner à leur nouveau-né le nom de famille du père, de la mère ou les deux. C'est celui du père qui reste privilégié.

storybild

Seuls 8% des bébés héritent du nom de leur mère. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Lors de la naissance de leur premier enfant, les parents ne doivent pas seulement se casser la tête à trouver un prénom, ils doivent aussi, depuis le 1er mai 2006, décider quel sera son nom de famille. Ils ont le choix parmi quatre options: le nom du père, le nom de la mère, le nom du père suivi de celui de la mère ou le nom de la mère suivi du nom du père.

Malgré ces possibilités, le seul nom de famille du père reste l'option privilégiée. Sur les 65 747 enfants nés depuis le 1er mai 2006, près de 40 000 enfants, soit 60%, ont été déclarés sous le nom du père, selon les chiffres donnés par le ministre de l'Intérieur, Dan Kersch, en réponse aux députés Simone Beissel et André Bauler. Quant au nom de la mère, il n'est transmis aux enfants que dans 8% des cas. Un pourcentage qui semble tout de même augmenter au détriment de celui du père. Selon les chiffres précédents, communiqués en 2015, 6,89% des enfants avaient hérité du nom de leur maman.

Depuis l'année dernière, la tendance est par contre stable du côté du double nom. 31,34% des enfants nés après le 1er mai 2006 possèdent le nom des deux parents. Sans surprise, c'est le nom du père qui est généralement inscrit en premier (3,10% des enfants). Très peu d'enfants (0,97%) ont été déclarés sous le nom de la mère suivi de celui du père. Par ailleurs, 27,19% des enfants portent un nom composé différent du nom du père et de la mère. Il s'agit du cas des enfants d'origine étrangère, précise le ministre. Les noms des enfants portugais, par exemple, peuvent se combiner de diverses manières.

(jd/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Isabelle le 15.04.2016 13:29 Report dénoncer ce commentaire

    La mère porte l'enfant, le met au monde, s'en occupe majoritairement, accepte souvent de ralentir sa vie professionnelle - et tout cela en abandonnant au père le nom. Quelle injustice ! Mais il est vrai que les choses ne bougeront pas facilement...............

  • Daniel le 16.04.2016 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @cedber La limite est inscrite dans la loi et c'est maximum deux noms.

  • Complexitude le 14.04.2016 21:02 Report dénoncer ce commentaire

    Faire compliqué quand on peut faire simple. C'était pourtant bien l'ancien système, surtout sur le long terme pour s'y retrouver. Pourquoi toujours vouloir enlever ce qui était stable au sujet de la famille. Et pensez un peu à nous pauvres généalogistes amateurs.

Les derniers commentaires

  • Daniel le 16.04.2016 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @cedber La limite est inscrite dans la loi et c'est maximum deux noms.

  • Isabelle le 15.04.2016 13:29 Report dénoncer ce commentaire

    La mère porte l'enfant, le met au monde, s'en occupe majoritairement, accepte souvent de ralentir sa vie professionnelle - et tout cela en abandonnant au père le nom. Quelle injustice ! Mais il est vrai que les choses ne bougeront pas facilement...............

  • cedber le 15.04.2016 11:58 Report dénoncer ce commentaire

    et qu'en sera-t-il de la génération suivante ? 4 nom de famille ? ou est la limite ?

  • Kaira optera le 15.04.2016 09:54 Report dénoncer ce commentaire

    et pourquoi c'est pas possible de changer le nom de famille vers celui de la mère quand le père les à abandonner ?

    • José le 15.04.2016 11:07 Report dénoncer ce commentaire

      C'est possible. Même si le père ne les a pas abandonné.

  • Poco Loco le 15.04.2016 08:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pq vous ne faites pas le plus simple: le nom du père et celui de la mère? Jamais compris pq une femme perd son nom quand elle se marie ici.

    • Hein? le 15.04.2016 08:42 Report dénoncer ce commentaire

      Ma femme porte toujours son nom!!! Elle ne l'a pas perdu!

    • Joao le 15.04.2016 11:09 Report dénoncer ce commentaire

      C'est vrai qu'il est plus pratique d'accumuler les noms. Moi même portugais j'ai trois prénoms et 4 noms de famille. C'est super simple quand je dois remplir des papiers. Et je parle pas de la boite aux lettres