Emploi au Luxembourg

13 mars 2018 13:02; Act: 13.03.2018 14:15 Print

Le secteur des TIC a besoin de profils qualifiés

LUXEMBOURG – Les perspectives d'emploi dans le domaine des technologies de l'information et de la communication sont bonnes, le besoin de diplômés domine clairement.

storybild

Les autorités veulent développer l'emploi dans les TIC, où de nombreux postes ne trouvent pas preneur. (photo: Editpress/François Aussems)

Sur ce sujet

La Fédération des industriels luxembourgeois (Fedil) et l'Association des banques et banquiers du Luxembourg (ABBL) ont publié mardi les résultats de leur neuvième enquête sur les prévisions d'embauche dans le domaine des TIC. «Cela nous donne un bon point de vue sur les besoins réels du marché», lance le ministre du Travail, Nicolas Schmit (LSAP).

L'étude révèle une demande de travail importante dans le domaine pour les deux années à venir, que ce soit dans l'industrie manufacturière, la construction ou le commerce. Pour les 118 entreprises qui ont répondu, il y aurait 698 embauches potentielles, dont 31% pour remplacer des départs. Les 69% restants concerneraient des postes nouvellement créés. «Les banques sont les premières à rechercher les profils pour tout ce qui relève de la fintech, voire de la cybersécurité», précise Marc Hemmerling, general counsel sur les questions fintech à l'ABBL.

L'occasion pour Gaby Wagner, directrice adjointe à l’Adem, de rappeler que sur les 2 000 postes libres déclarés en 2017 pour le domaine des TIC, environ 69% n'ont pas trouvé preneur. «Les exigences du domaine sont de plus en plus dirigées vers des niveaux de formation élevés», ajoute René Winkin, directeur de la Fedil. Le niveau bac+2 est un minimum requis pour la grande majorité des postes (93%) et les masters et doctorats sont plus convoités que les bachelor. Du coup, Claude Meisch (DP), ministre de l'Éducation nationale, envisage la création de quatre nouveaux brevets de technicien supérieur (BTS), en Cloudcomputing, en Internet of Things (IOT), en Game art et en Game programming. «Les talents se trouvent seulement si on arrive à proposer les bonnes formations», conclut René Winkin.

(Pierre François/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pastor le 13.03.2018 14:13 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils donnent déjà de bons salaires et des conditions acceptables de travail. Lorsqu'on nous demande d'être à la pointe en permanence (on se forme sans cesse), travailler hors heures de bureau, avoir un stress fou pour que tout fonctionne, se faire incendier au moindre problème, etc.. et que derrière de simples encodeurs de banques se font des primes XXL, il y a de quoi être énervé.

  • Pepe le 13.03.2018 14:30 Report dénoncer ce commentaire

    On cherche BAC +7 avec 10 annees d'experience, tres flexible et moins de 30 ans ...

  • Developpeurs le 13.03.2018 14:26 Report dénoncer ce commentaire

    Problème 1: Travailler au Luxembourg dans les TIC n'offre pas plus d'avantage qu'ailleurs, ni en terme de salaire, ni en terme d'opportunité. C'est un constat depuis plusieurs année. Solution ? Soit on importe de la main d'oeuvre des pays de l'est (souvent très compétent par ailleurs) Et bcp d'entreprises l'ont déjà fait (par nécessité) Soit on trouve un moyen d'attirer les talents sur place, avec d'autres incentives que le salaire. Et là je trouve qu'on pèche au niveau PR et communication. Pourtant le potentiel est là !

Les derniers commentaires

  • Prolux le 14.03.2018 08:50 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai proposé à un ami architecte système qui travaille dans les hautes technologies (rafale) de venir au Luxembourg. Il refuse pour raison de plan de carrière et même avec un bon salaire.

  • Joe Limorté le 14.03.2018 07:43 Report dénoncer ce commentaire

    Financer des formations IT au GdL, c'est de l'argent jeté par les fenêtres, car les professions sont toujours moins attractives, et les conditions de travail sans-cesse dégradées. La majorité des embauches se font dans les SSII, c'est clairement des contrats précaires. Enfin les plus grosses entreprises luxembourgeoises tendent à délocaliser leur IT.

  • le futur le 13.03.2018 21:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des datacentres labélisés UE, managé depuis l'Inde. il est la le modèle.

  • sebdesign le 13.03.2018 17:31 Report dénoncer ce commentaire

    Je travaille dans les TIC depuis 20 ans. J'ai souvent constaté qu'être résident apportait un autre salaire. Mais maintenant l'expérience en TIC est variable car avant quand on qualifiait une personne de helpdesk et que l'on voit maintenant la demande pour un helpdesk c'est presque un admin system réseau. Et puis il y a le débat des langues, car souvent beaucoup d'annonces demande le Luxembourgeois et quand on passe l'entrevue le français/anglais suffit et encore.

  • IT Developer le 13.03.2018 16:36 Report dénoncer ce commentaire

    si est-il besoin de plus de gens IT ils ont juste besoin d'augmenter les salaires pour obtenir plus de gens et de mieux.