Au Luxembourg

16 février 2018 07:00; Act: 16.02.2018 09:46 Print

Le surendettement se règle souvent à l'amiable

LUXEMBOURG - En 2017, ce sont 543 demandes d’aide liées à un surendettement qui ont été déposées. Un chiffre qui reste stable pour le pays.

storybild

Les conditions pour un plan de remboursement ont été assouplies.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Des accidents de la vie tels que la perte d’un emploi, un divorce, une maladie, c’est souvent ce qui pousse les personnes à s’adresser à un service de surendettement. «Parfois, les ménages vivent sur le fil. Il suffit d’un imprévu pour qu’ils perdent pied», commente Susana Canaria, d’Inter-Actions, qui gère les dossiers pour le Sud.

Près de 50% de ceux qui nous contactent ont contracté des crédits au-delà de la frontière, car leur banque au Luxembourg ne voulait plus leur prêter, ajoute Christian Schumacher, de la Ligue médicosociale qui intervient pour le Centre et le Nord. En 2017, les nouvelles demandes d’aide sont restées stables. Elles étaient de 341 pour Inter-Actions et de 202 pour la Ligue. Chaque demande ne donne pas forcément lieu à une procédure. «Parfois, il suffit d’un coup de fil à la banque pour régler le problème», explique Christian Schumacher.

Conditions assouplies

«La nouvelle loi a assoupli les conditions pour qu’un plan de remboursement soit validé», note Susana Canaria. «Cela a permis d’évacuer des dossiers. À la Ligue, nous sommes passés d’une soixantaine de procédures engagées en 2014 à 18 en 2017, illustre Christian Schumacher. En revanche, le suivi que nous sommes tenus de proposer est plus étroit, cela signifie plus de travail pour nos deux services».

La législation offre la possibilité de faillite privée, soit l’effacement des dettes. «Cela reste rare. Depuis 2014, nous avons eu une vingtaine de cas au niveau national», dit Christian Schumacher. Les consommateurs peuvent calculer leur endettement sur le site web de la Ligue.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jerry le 16.02.2018 10:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je peux partager mon expérience en matière de surendettement qui a commencé en 2014 ou j’ai accumulé 45 000 € de dette. Ne sachant plus rembourser mes crédits, j’ai pris contact avec la ligue sociale. Un plan de redressement a été établi sur trois ans et demi. L’année dernière au mois de septembre j’ai terminé le remboursement de mes dettes. Le message que je veux passer c’est que personne est à l’abri d’un accident de parcours. Il faut oser en parler autour de soi. C’est un sujet encore trop tabou . Le seul conseil que je puisse donner c’est de passer laisser influencer par le genre de courtier etc. un crédit ça coûte toujours de l’argent quelqu’un est intéressé je peux vous référer à une interview sur RTL que j’ai faite le 24 mars 2015.

  • jean.m le 16.02.2018 11:13 Report dénoncer ce commentaire

    Faudrai peut-être réfléchir avant d'acheter

  • Médecin contrôle le 16.02.2018 08:04 Report dénoncer ce commentaire

    Lorsque le seul médecin-conseil contrôle de la CNS décide qu'une personne est encore apte á effectuer son dernier Job ou une occupation correspondante (tel que répondre aux appels dans un Call Center,...) alors que celle-ci souffre de fybromyalgie sévère (non reconnu par la CNS) alors la galère commence... 15 mois que cette personne est sans indemnité et attend son passage au Conseil Arbitral de la Sécurité sociale... Pour info... Même le médecin du travail a déclaré cette personne inapte.. Pourquoi donner toute puissance a un seul médecin Conseil de la CNS ???

Les derniers commentaires

  • rik777 le 16.02.2018 14:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au Luxembourg tout n est que feux de paille!

  • Auguste L le 16.02.2018 14:18 Report dénoncer ce commentaire

    543 , j'estime que c'est beaucoup pour un pays ou on dit que le salaire MOYEN est de pratiquement 4000 euros (( diffusé l'année dernière )) . quoi penser ?

  • MetalmaniaX le 16.02.2018 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Médecin conseil. Je vous rejoins dans vos dires. Myélopathie cervicale + maladie de lyme. 6 ème année sous morphine et je dois toujours cuisiner ( mon métier) c'est dur, éprouvant, mais j'ai du recommencer à bosser car rien de la CNS ni de la CNAP. Toute demande rejetée. La seule chose c'est qu'à une époque on ma mis au RMG. Mes revenus sont passés de 2200 a 700€. Et voilà comment on se retrouve surendettés sans pour autant avoir de crédit hlr

  • Baron Rouge le 16.02.2018 12:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Surtout pour les politiques quand ils doivent rembourser les sommes indûment perçues emplois fictifs détournements de fond publics ect .... amen

  • Geldschlaang le 16.02.2018 11:54 Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve très inquiétant que des personnes adultes ne savent pas prendre en charges leur situation financière. La formule est pourtant très simple: il ne faut pas dépenser plus qu'on a! Ensuite les finances se gerent à l'aide d'un budget qu'il faut dresser. Pour la plupart des "accidents" de la vie, tel que perte d'emploi, maladie, incendies, ..., on peut se protéger par l'entraide d'une assurance appropriée. Ainsi, ces soi-disants accidents ne sont souvent que le résultat d'un mal-planification des ses propres finances. Commencez à épargner 6 fois votre salaire et vous serez moins embêtés.

    • pierre le 16.02.2018 13:31 Report dénoncer ce commentaire

      très vrai!