Opposition au président

17 juillet 2017 15:21; Act: 17.07.2017 16:41 Print

Les Vénézueliens aussi mobilisés au Luxembourg

LUXEMBOURG/VENEZUELA - Dimanche, la communauté vénézuélienne du Grand-Duché a participé à la consultation populaire contre le président Maduro.

storybild

84 personnes de nationalité vénézuélienne vivent au Luxembourg, selon le Statec. (photo: Maria Fernanda Rangel)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

«Hier était une journée historique. L'une des plus grandes rébellions civiles du monde», s'exclame ce lundi, Maria Fernanda Rangel, une Vénézuélienne installée depuis deux ans au Grand-Duché. Dimanche, cette dernière a coordonné le vote de ses compatriotes qui habitent au Luxembourg et dans la Grande Région et qui ont souhaité exprimer, comme plus de 7 millions de personnes, leur opposition à Nicolas Maduro.

À travers cette démonstration de force, les Vénézuéliens opposés au président socialiste espèrent provoquer des élections anticipées et éviter une manœuvre du gouvernement vue comme un moyen pour Maduro de rester au pouvoir. «Cette consultation populaire nous permet de dire qu'on ne veut pas d'une dictature et que pour cela nous avons besoin d'aide», poursuit Maria Fernanda Rangel, contactée par L'essentiel.

«Les yeux désormais rivés sur notre pays»

«Au Luxembourg, peu de gens connaissent le Venezuela mais grâce à cette incroyable mobilisation, nous allons avoir plus de soutien. Les autres États ont désormais les yeux rivés sur notre pays», soutient cette mère de trois enfants. Dimanche, dans un bureau d'Hollerich transformé pour l'occasion en bureau de vote, 166 personnes sont venues apporter leur voix. Deux fois plus qu'initialement espéré par Maria Fernanda Rangel, qui croit qu'un changement est possible.

«Si le pays change, nous pourrions retourner y vivre», confie-t-elle. «Au lieu d'évoluer, le Venezuela a fait marche arrière de deux générations ces dernières années. Si le gouvernement change, il y aura besoin de monde et de nouvelles forces pour reconstruire notre pays».

(jd/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.