Santé au Luxembourg

14 novembre 2017 10:41; Act: 14.11.2017 15:50 Print

Les cancers liés au travail coûteraient 380 millions

LUXEMBOURG - Selon une étude de l'Institut syndical européen, les cancers professionnels coûtent chaque année des millions d'euros au Luxembourg.

storybild

Le cancer lié au travail coûte très cher à l'UE. (photo: AFP)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Amiante, benzène, silice, travail de nuit ou posté… Les salariés européens sont exposés à de nombreux risques au quotidien et l’Institut syndical européen (ETUI) a voulu mesurer l’impact de ces expositions sur la santé des travailleurs. Il a commandé une étude aux cabinets Risk&Policy et Analysts et FoBIG, spécialisés en évaluation des risques chimiques, qui ont pris en compte 25 agents ou situation de travail cancérogènes. Et le résultat fait froid dans le dos.

«Avec plus de 100 000 morts par an, les cancers professionnels sont la première cause de mortalité au travail dans l’UE», a indiqué Tony Musu, expert en risques chimiques à l’ETUI. L’étude démontre que le coût sociétal des cancers liés au travail est faramineux: entre 270 et 610 milliards d’euros, soit entre 1,8 et 4,1% du PIB de l’UE. L’écart s’explique par la difficulté à imputer directement les cas de cancer au travail.

0,7% du PIB luxembourgeois

Le coût s’élèverait à 53 milliards d'euros pour la France (2,4% de son PIB), 67 milliards d'euros pour l'Allemagne (2,2%) ou encore 11 milliards d'euros pour la Belgique (2,6%) et dans certains pays, le poids de ce fléau est immense comme en Bulgarie où cela représenterait 13% du PIB ou encore en Roumanie (10%) ou en Hongrie (9,5%).

Au Luxembourg, le coût avoisinerait les 380 millions d’euros, soit 0 ,7% du PIB. Le cancer du poumon représenterait à lui-seul un coût de 300 millions, loin devant celui de la plèvre (20 millions d’euros), celui de la vessie (17 millions d’euros) et celui du sein (16 millions d’euros).

«Ce sont les travailleurs et leur famille qui assument la part la plus importante du coût sociétal des cancers liés au travail. Cette situation constitue une injustice inacceptable, tant sur le plan social qu’économique et l’UE se doit d’agir pour mettre fin à ces cancers évitables», a conclu Tony Musu.

(MC/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • j-pierre le 14.11.2017 12:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ayant travaillé en sidérurgie, je peux témoigner qu'une bonne partie du personnel a été exposée à des produits, vapeurs et poussières hautement cancérogènes. L'ignorance par manque d'information faisait que l'on travaillait souvent sans protection avec les conséquences que l'on connaît, preuve de l'article ci-dessus. Certains de mes collègues sidérurgistes en sont morts et pour les autres comme moi, avec tout ce que nous savons aujourd'hui, nous ne pouvons éviter de penser à cette épée de Damoclès au dessus de nos têtes.

  • timix le 14.11.2017 11:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et oui le travail, le travail pour les heures de nuit le patron devrait payer tout un minimun de 30% en supplément à ses salariés!

  • Pierre le 14.11.2017 11:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et le cancer du pancréas on en fait quoi....? Espérance de vie en six mois à une année, cela serait peut-être bien aussi qu'un jour que les personnes atteintes de cancers soient reconnues comme travailleurs handicapés.............!

Les derniers commentaires

  • Paul le 15.11.2017 12:36 Report dénoncer ce commentaire

    Tous des clients route d'esch!

  • on a tout ou maladies préprogrammées le 15.11.2017 09:38 Report dénoncer ce commentaire

    ... et avec notre alimentation industrielle 'moderne' empoisonnée par les insecticides, pesticides, ... et où tout est emballé dans du plastique, on ne connaît ni la composition de l'aliment même,ni la composition de l'emballage et on ne peut pas avoir confiance dans la composition et la sécurité des aliments ...en route, on inspire les poisons que notre société hyperactive pète sans gêne et sans réflection chaque jour dans l'air et qui fait des malades de cancer et morts route... au travail, on a le stress qui rend malade et tue ... on a tout pour devenir malade et attraper le cancer!

  • lea le 14.11.2017 23:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D accord les ondes des GSM nocifs !!!!

  • Fulgure le 14.11.2017 17:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le travail c’est la santé ne rien faire c’est la conserver !

  • RamBo le 14.11.2017 13:02 Report dénoncer ce commentaire

    Dans quelques années, nous connaîtrons le nombre de cancers dûs aux ondes des GSM .......... humanité hyperconnectée.